Derniers articles publiés

[Revue de presse] Italie : Matteo Salvini, perdant à son propre jeu ?

Revue de presse 20.08.2019

En réclamant des élections anticipées, Matteo Salvini, le chef de la Ligue italienne (extrême droite), espérait se débarrasser de son allié de coalition et obtenir les "pleins pouvoirs". Mais une coalition avec le Mouvement 5 étoiles (antisystème) est désormais envisagée par d'autres partis. Une nouvelle donne qui pourrait écarter la Ligue du prochain gouvernement.

Matteo Salvini après sa victoire aux élections européennes du 26 mai 2019

Matteo Salvini après sa victoire aux élections européennes du 26 mai 2019 - Crédits : Michel Christen / Parlement européen

Le 8 août dernier Matteo Salvini, le ministre de l'Intérieur italien, "a fait voler en éclats la coalition gouvernementale formée en juin 2018 entre son parti, la Ligue (extrême droite), et le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), en réclamant des élections anticipées" [L'Obs].

Par ses déclarations, il a déclenché la "crise la plus folle du monde", selon les termes du journal La Stampa [20 minutes]. De l'avis de tous, la situation est inédite : "une crise gouvernementale, quand tout le pays est en congé, ne s'était jamais produite auparavant", résume Euronews.

Un "mauvais timing" ?

"M. Salvini pensait pouvoir miser sur l’effet de surprise [et] sur l’affaiblissement du M5S" afin de d'obtenir les rênes du gouvernement, explique 20 minutes. Car une majorité d'Italiens "approuve" certaines actions emblématiques du ministre de l’Intérieur, comme la fermeture des ports aux bateaux d'ONG transportant des migrants [Le Figaro]. Crédité de 36 à 38 % des intentions de vote, "le leader de la Ligue envisageait la tenue d'élections en octobre", rapporte ainsi Politico.

Mais "les analystes politiques s'accordent sur le fait que le vice-Premier ministre a choisi le mauvais timing et se demandent si ce n'est que le début du déclin de M. Salvini", relate Euronews. "Même certains membres de la Ligue pensent que M. Salvini a fait une grosse erreur", ajoute Politico. Car plusieurs scénarios, qui lui barreraient la route, semblent privilégiés.

D'abord, le chef de l'exécutif italien, "le président du Conseil Giuseppe Conte, qui n'appartient ni à la Ligue ni au M5S, doit s'exprimer [ce mardi 20 août] devant le Sénat", explique Le Figaro. Sous le coup d'une motion de défiance "déposée par la Ligue afin de le faire chuter", sa déclaration est "très attendue", souligne Libération. M. Conte devrait en effet annoncer sa démission sans attendre le vote de la motion.

Barrer la route de Matteo Salvini

Si tel est le cas, "le président Mattarella engagera alors une consultation avec tous les partis politiques pour déterminer si un nouveau gouvernement peut être formé" [Challenges]. Et une alliance anti-Salvini pourrait alors voir le jour.

"Le Parti démocrate (PD, centre gauche) a indiqué ce lundi avoir eu de bons contacts préliminaires avec le Mouvement 5 Etoiles", explique en effet Le Figaro, même s'il ajoute dans un autre article qu'une telle formation s'avérerait "périlleuse et impopulaire", une majorité des électeurs y étant opposée.

Cette esquisse d'alliance surprend d'autant plus qu'elle vient de l'ancien chef de gouvernement Matteo Renzi, du Parti démocrate, "bête noire tout autant de M. Salvini que du M5S", note 20 minutes. Mais cette "réconciliation" pourrait "s'étendre au niveau européen" et permettre au M5S - actuellement isolé - de rejoindre l'une des familles politiques du Parlement européen, analyse le média.

Pour échapper à ce scénario, Matteo Salvini a semblé vouloir rappeler à lui le M5S la semaine passée. Mais "le chef du Mouvement 5 étoiles, Luigi di Maio, ne s'est pas laisser impressionner : 'maintenant il se repent, mais le mal est déjà fait'", relate ainsi Politico.

Par ailleurs, "une autre piste a été suggérée par l’ex-Premier ministre et président de la Commission européenne Romano Prodi" : la formation d'un gouvernement pro-européen, "une alliance gauche-droite pouvant inclure Forza Italia de Silvio Berlusconi, à la manière des coalitions allemandes", ajoute 20 minutes.

La délicate question du budget

Même si aucune coalition anti-Salvini n'était formée, la stratégie du chef de la Ligue pourrait échouer, puisque selon Fulco Lanchester, professeur de droit à La Sapienza interrogé par Euronews, le président de la République italienne préférerait "un gouvernement par intérim" à des élections anticipées, afin d'"éviter que le projet de loi de finances de l'Italie soit voté trop près du moment où les gens vont aux urnes". L'Italie n'a en effet "jamais organisé d'élections à l'automne depuis la fin de la Seconde guerre mondiale", pointe Le Figaro.

Car le vote du budget concentre toujours de forts enjeux. C'est d'autant plus le cas du budget 2020, qui doit "éviter une hausse de la TVA qui interviendra automatiquement en janvier si rien n’est fait, pour combler un trou de 23 milliards d’euros dans les caisses publiques", explique 20 minutes.

La situation économique de l'Italie ne manque ainsi pas d'inquiéter. "L'Italie a connu une croissance nulle de son Produit intérieur brut (PIB) sur les six premiers mois de l'année en cours" et "certains experts estiment que le pays pourrait de nouveau tomber en récession", note La Libre.

Pour l'instant toutefois, "l’Union européenne se garde bien de commenter la crise gouvernementale italienne", même si le pays "est un membre fondateur de l’Union, la troisième économie de la zone euro, et l’une des plus endettées", souligne Le Monde.

"La seule bonne nouvelle pour l’Union européenne : le fait que les deux noms proposés début août par le gouvernement Conte pour occuper, au nom de l’Italie, le poste de commissaire européen, risquent d’être remis en question", conclut le quotidien : "ils étaient tous les deux issus de La Ligue [eurosceptique] et représentaient dès lors un casse-tête pour la présidente élue de la Commission, Ursula von der Leyen [droite pro-européenne], qui est censée constituer son équipe avant le 26 août."

LES AUTRES SUJETS DU JOUR

Allemagne

Environnement

Groenland

Irlande

Migrations

Relations internationales

Terrorisme

 

 

Abonnez-vous gratuitement aux newsletters de Touteleurope.eu !