Derniers articles publiés

[Revue de presse] Elections américaines : les Européens retiennent leur souffle

Revue de presse 03.11.2020

Ce mardi 3 novembre, les Américains élisent leur nouveau président. Les derniers sondages prédisent une victoire du candidat démocrate Joe Biden mais le niveau d'incertitude demeure très élevé et les Européens scrutent ainsi avec attention cette élection. Quel que soit le résultat du scrutin, son impact sera conséquent pour l'Europe.

Le président sortant Donald Trump est opposé au démocrate Joe Biden dans la course à la Maison Blanche

Le président sortant Donald Trump est opposé au démocrate Joe Biden dans la course à la Maison Blanche - Crédits : Shealah Craighead / Flickr The White House Public Domain Mark 1.0

"Jour J, ou plutôt dernière ligne droite pour la présidentielle américaine. Les Américains sont appelés aux urnes pour élire le président des États-Unis pour les quatre années à venir", annonce Courrier international, alors que près de 100 millions d'électeurs ont déjà voté par correspondance.

Les derniers sondages donnent le candidat démocrate gagnant avec "51 % des intentions de vote contre 43 % pour Donald Trump", note l'Opinion. "Mais les sondages nous ont trompés il y a quatre ans", souligne  CNN. "Et s'il n'y a que deux options réelles, l'une ou l'autre pourrait l'emporter", continue le média américain. Le monde entier attend avec impatience les premiers résultats qui paraîtront dès demain matin. "Donald Trump a défini les présidentielles de 2020 comme 'l'élection la plus importante de l'histoire des États-Unis', mais son impact se fera également sentir de ce côté-ci de l'Atlantique", souligne la chaîne d'information européenne Euronews.

Une relation transatlantique mise à mal par la présidence Trump

"La politique de Trump au cours des quatre dernières années a affecté des millions d'Européens, tant au niveau du portefeuille que dans la sphère privée", explique Euronews. D'une part, la guerre commerciale entre l'Union européenne et les Etats-Unis "a entraîné des pertes de revenus considérables pour de nombreux travailleurs européens". D'autre part, "des groupes de pression inconnus mais influents ayant des liens avec l'administration américaine mènent la lutte pour éroder les droits fondamentaux des femmes et des communautés LGBT en Europe", commente la chaîne.

Le mandat de Donal Trump a par ailleurs également eu des conséquences importantes sur le multilatéralisme et l'équilibre des relations internationales. "Le premier coup de tonnerre a [eu] lieu le 1er juin 2017", rappelle la RTBF, avec l'annonce du retrait des Etats Unis de l'accord de Paris pour le climat. Puis, deuxième coup de tonnerre lorsque les Etats-Unis ont quitté "l'accord sur le nucléaire iranien et [réinstauré] des sanctions économiques à l’égard du régime de Téhéran", poursuit le média belge.

Même si Donald Trump n'était pas réélu, les dommages sur la relation transatlantique pourraient être irrévocables. En effet, les Européens, et particulièrement la France et l'Allemagne "commencent à reconnaître que certains éléments d'un partenariat transatlantique vieux de plusieurs décennies pourraient être presque irrévocablement perdus, quel que soit le vainqueur en Amérique le mois prochain", fait ainsi valoir David Andelman pour CNN. Après le mandat de Donald Trump, "tout est à réinventer, les relations entre les États-Unis et leurs alliés, un vrai défi pour une Europe qui peine toujours à exister collectivement", note Pierre Haski au micro de France Inter.

Les Européens espèrent Biden, par défaut

"L'Europe, mais surtout la France et l'Allemagne - les deux nations moteurs du continent - retiennent leur souffle collectif avant l'issue de l'élection présidentielle américaine de mardi", note CNN. "Si le reste du monde pouvait voter aujourd'hui, Donald Trump serait défait haut la main", souligne Pierre Haski [France Inter]. Un sondage BVA cité par l'Opinion indique à ce titre qu'à peine 9 % des Français et 8 % des Allemands voteraient pour Donald Trump s'ils en avaient la possibilité.

Relations extérieures : "La nécessité d’avoir une Europe plus autonome se fait jour"

"Personne n'est naïf et ne pense que nous allons revenir à une forme de statu quo ante […]. Mais en ce qui concerne une présidence Biden, il y a des espoirs que la situation pourrait s'améliorer substantiellement", explique Janis Emmanouilidis, directeur du think tank bruxellois European Policy Centre [Deutsche Welle]. En espérant la victoire de Joe Biden, "les Français et les Allemands veulent retrouver une certaine cohérence dans les relations transaltantiques - la fin du règne des tweets et du sentiment d'être constamment perçus comme des citoyens de seconde zone", explique David Andelman [CNN]. En cas de défaite de Donald Trump, "le monde ne sera plus à la merci d’un tweet vengeur d’un président qui a trop regardé Fox News", abonde en ce sens Pierre Haski sur France Inter.

 

 

Les autres sujets du jour

Brexit

Covid-19

Pologne

Terrorisme

Abonnez-vous gratuitement aux newsletters de Touteleurope.eu !