Derniers articles publiés

[Revue de presse] Désinformation, Biélorussie, Russie : les enjeux de la visite d'Emmanuel Macron dans les pays baltes

Revue de presse 29.09.2020

Le président français Emmanuel Macron a entamé lundi un voyage de trois jours en Lituanie et en Lettonie. Après une proposition conjointe contre la désinformation et les cyberattaques en Europe, il rencontrait ce mardi l'opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa avant de se rendre dans une base de l'Otan. Avec la Russie comme fil rouge.

Le président français Emmanuel Macron, en visite en Lituanie et en Lettonie, a été reçu par le ministre lituanien des Affaires étrangères Linas Antanas Linkevičius à son arrivée à Vilnius lundi 28 septembre

Le président français Emmanuel Macron, en visite en Lituanie et en Lettonie, a été reçu par le ministre lituanien des Affaires étrangères Linas Antanas Linkevičius à son arrivée à Vilnius lundi 28 septembre - Crédits: J. Azanovas/URM / Flickr ministère lituanien des Affaires étrangères CC BY-NC-ND 2.0

"Emmanuel Macron entame une visite officielle de trois jours dans les deux républiques baltes, durant laquelle les thèmes de la cybersécurité et de la désinformation doivent tenir une place centrale", explique Le Figaro. Lors de la première étape de sa visite, lundi soir à Vilnius, le président français et son hôte lituanien, Gitanas Nausėda, ainsi que le président de la Lettonie Arturs Krišjānis Kariņš, ont appelé à la mise en œuvre de nouvelles mesures pour lutter contre la désinformation et renforcer la cybersécurité des démocraties européennes.

Les trois pays ont diffusé une "déclaration commune dans laquelle ils énumèrent une série de recommandations pour le 'plan d'action pour la démocratie' que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'est engagée à présenter en juillet 2019", explique Challenges.  Prenant appui sur le modèle du corps de garde-frontières Frontex et la force de protection civile RescEU, les trois pays appellent ainsi de leurs vœux la création d'un "mécanisme conjoint de protection des élections" [Le Figaro]. Celui-ci serait animé par "une réserve d'experts nationaux pouvant être sollicités pour venir en aide à tout État membre demandant un soutien afin de protéger son système électoral", ajoute l'Elysée.

Première rencontre avec Svetlana Tikhanovskaïa

Le président français rencontre aujourd'hui la cheffe de file de l'opposition biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa. Il est ainsi "le premier dirigeant occidental de haut rang à rencontrer l'opposante exilée à Vilnius, s'adressant à travers elle à 'toute la société civile' bélarusse", note L'Obs. Celle-ci avait fui Minsk peu après les résultats de l'élection présidentielle du 9 août, qui entérinait la réélection d'Alexandre Loukachenko et marquait le début d'importantes manifestations dans le pays.

"Nous avons terriblement besoin d'une médiation pour éviter que davantage de sang soit versé. M. Macron pourrait être ce médiateur, avec les leaders d’autres pays", a expliqué Mme Tikhanovskaïa dans un entretien à l’Agence France-Presse lundi. "Il pourrait être capable d’influencer M. Poutine, avec lequel il a de bonnes relations",  a-t-elle poursuivi  [Le Monde]. Le président français a souligné lundi soir qu'à la demande de l'Union européenne, l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) "conduira cette médiation le plus fermement possible", rapporte Courrier international.

Dialogue avec Moscou

Dans ces deux dossiers, Paris plaide pour un dialogue "sans complaisance et sans naïveté" avec la Russie, note l'hebdomadaire international. "Le président français comprend les préoccupations de la Lituanie concernant la Russie, mais il estime que la coopération avec Moscou est nécessaire pour parvenir à une paix durable en Europe", explique The Baltic Times. "La Russie reste un sujet de préoccupation pour la Lituanie, qui, comme les deux autres États baltes, était autrefois un membre réticent de l’Union soviétique," note Bloomberg cité par Courrier international.

"Les Etats baltes attendent du président français un appui ferme contre les pressions de Vladimir Poutine", explique l'Obs. Or les relations entre Moscou et l'Occident se sont tendues ces dernières semaines du fait du rôle important joué par le Kremlin dans la situation biélorusse et de l'empoisonnement de l'opposant politique russe Alexeï Navalny. Sur ce dossier, le président français a par ailleurs demandé des "explications claires". "Avant de s'envoler mardi pour la Lettonie", Emmanuel Macron rencontrera également les troupes de l'Otan stationnées dans la base lituanienne de Rukla, où 300 soldats français sont intégrés à un bataillon international. "Une présence symbolique face aux forces russes", considère l'Obs.

Les autres sujets du jour

Brexit

Covid-19

Démocratie

Institutions

 

Abonnez-vous gratuitement aux newsletters de Touteleurope.eu !