Derniers articles publiés

[Revue de Presse] Covid-19 : manifestations anti-masques et rentrée scolaire sur fond de reprise de l'épidémie

Revue de presse 31.08.2020

Alors que l’Europe fait face à une hausse du nombre de cas confirmés de Covid-19, des manifestations contre le port du masque, jugé "liberticide", ont eu lieu dans plusieurs capitales dimanche 31 août. Pendant ce temps, de nombreux élèves s’apprêtent à reprendre le chemin de l’école, dans un contexte inédit.

Les élèves français effectuent leur rentrée des classes alors qu'une seconde vague de l'épidémie de Covid-19 se précise

Les élèves français effectuent leur rentrée des classes alors qu'une seconde vague de l'épidémie de Covid-19 se précise - Crédits : FamVeld / iStock

"Partout en Europe, les pays constatent une recrudescence des cas de Covid-19 après avoir réussi à contrôler les épidémies plus tôt cette année", écrit Euronews dans son comparatif pays par pays de la situation de l'épidémie la semaine passée. Tout en restant prudent, l'article affirme que "la France, la Pologne, les Pays-Bas et l'Espagne font probablement face à la deuxième vague tant redoutée et ont commencé à prendre des mesures pour l'endiguer". Comme le notent également Les Echos, la France a enregistré "plus de 10 000 nouveaux cas au cours du week-end".

Ce constat général cache des situations très variables. L'Italie, très touchée au mois de mars, est pour le moment "en deçà de la France et de l'Espagne". Mais les autorités suivent de près "l'âge moyen des nouveaux malades qui […] est passé de 68 ans en avril à moins de 30 ans sur les dernières analyses d'août", souligne Le Point. En Belgique, "où plus de 70% de la population avoue ne pas respecter les mesures sanitaires", la Première ministre Sophie Wilmès a déclaré au micro de la RTBF comprendre le relâchement : "nous sommes des êtres humains qui avons besoin de se rapprocher les uns des autres, de se toucher". Elle insiste toutefois sur le respect de "la bulle de 5", mesure qui consiste à avoir un "contact rapproché avec 5 personnes maximum".

Coronavirus : chronologie de la pandémie en Europe

Manifestations contre les mesures sanitaires

"Plusieurs rassemblements ont eu lieu ce samedi à travers l'Europe pour protester contre les restrictions, jugées liberticides, prises par les gouvernements pour faire face à la crise sanitaire", indique Euronews. Parmi les villes concernées, Zurich, Londres mais également Paris où "200 à 300 personnes seulement se sont réunies". La capitale britannique a vu défiler près d'un "millier de manifestants 'anti-confinement, anti-vaccins et anti-masques'”, écrit The Independent. Les manifestants ont arboré des pancartes où figuraient des slogans tels que "Organisation mondiale du canular”, ou bien "les masques sont des muselières".

Mais c’est au pied de la porte de Brandebourg, à Berlin, que les contestataires ont été les plus nombreux. "Quelque 38 000 personnes – selon les autorités – dont un certain nombre avaient 'voyagé de loin' se sont retrouvées sur fond de musique pop allemande non identifiée", écrit Deutsche Welle. Le média allemand souligne l'hétérogénéité du mouvement, auquel ont notamment pris part des "sceptiques du coronavirus, des théoriciens du complot et d’anti-vaccins", ainsi que "des membres de la scène d’extrême droite allemande", qui n'ont pas hésité à tancer les médias aux cris de "Lügenpresse !” (presse mensongère).

"Des drapeaux du Reich et des grossièretés d’extrême droite devant le Bundestag sont une attaque insupportable contre le cœur de notre démocratie. Nous n’accepterons jamais cela", s'est indigné le président de la République Frank-Walter Steinmeier, cité par La Croix. "Plusieurs centaines de protestataires sont parvenus à forcer des barrières de sécurité et un barrage policier pour monter sur les escaliers menant à l’entrée du Reichstag", poursuit le journal. Un acte qui rappelle de mauvais souvenirs : "le bâtiment et sa célèbre coupole avaient été incendiés en 1933 par les nazis dans un acte perçu comme destiné à mettre à genoux ce qui restait de la démocratie allemande de l’entre-deux-guerres", remarque Le Monde avec l'AFP.

Rentrée des classes en ordre dispersé

Pendant ce temps, "l'Europe entre dans une période délicate avec le début de la nouvelle année scolaire", prévient l'Organisation mondiale de la Santé [Challenges avec Reuters]. Or "de plus en plus de publications [semblent indiquer] que les enfants jouent effectivement un rôle dans la transmission du virus", affirme le directeur régional de l’organisation pour l'Europe, Hans Kluge. En France, quelque 12 millions d'élèves sont attendus demain en classe, avec un protocole parmi les "plus stricts d'Europe", selon le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, interviewé par le Journal du Dimanche.

En Espagne, l’un des pays les plus touchés par la reprise de l’épidémie, les règles s’annoncent plus draconiennes encore : "masques obligatoires à partir de 6 ans, distances et mesures d'hygiène"… A huit jours de sa rentrée des classes, "le gouvernement et les régions espagnoles se sont mis d'accord pour définir les modalités de ce retour", expliquent Les Echos. "Le document prévoit un enseignement 'présentiel et sûr', selon la ministre de l'Education Isabel Celaá", poursuit le journal. En Suède, où les cours ont repris depuis deux semaines, la stratégie est diamétralement opposée. "Que ce soit dans la rue ou à l'école, le masque n'est absolument pas obligatoire, ni même recommandé", indique Franceinfo. Concernant les enseignements en ligne, "une proportion de cours à distance est recommandée, mais c'est l'enseignement en présentiel qui doit être la règle". L'article conclut : "En Suède, on s’intéresse plutôt au nombre de morts, aux admissions à l’hôpital, et on constate que pour l’instant, de ce côté-là, les chiffres sont très bas, et ce depuis plusieurs semaines".

 

Les autres sujets du jour

Culture

Economie  

Espagne

Migrations

République tchèque

Royaume-Uni  

 

 

Abonnez-vous gratuitement aux newsletters de Touteleurope.eu !