Derniers articles publiés

[Revue de presse] Covid-19 : malgré l'arrivée probable d'un vaccin, l'Europe condamnée à vivre plusieurs mois avec le virus

Revue de presse 16.11.2020

La propagation de l'épidémie de Covid-19 ne faiblit pas en Europe et conduit les différents Etats membres à multiplier les mesures restrictives. Des dispositifs amenés à demeurer plusieurs mois selon certains responsables gouvernementaux. Si la perspective d'une vaccination prochaine est un bon motif d'espoir, le processus prendra cependant un certain temps.

La distribution d'un vaccin contre le Covid-19 pourrait débuter dès le mois de janvier 2021, selon le directeur de l'Agence européenne des médicaments

La distribution d'un vaccin contre le Covid-19 pourrait débuter dès le mois de janvier 2021, selon le directeur de l'Agence européenne des médicaments - Crédits : zoranm / iStock

"Alors que l’explosion des cas de coronavirus aux Etats-Unis force New York à refermer ses écoles, l’Europe multiplie les tours de vis", observe Sud Ouest. Le Vieux Continent est, "avec 284 000 nouveaux cas quotidiens", c'est la région du globe enregistrant "la plus forte progression" de la pandémie, poursuit le quotidien. En réaction, "le gouvernement autrichien a annoncé samedi 14 novembre la fermeture des écoles et des magasins non essentiels jusqu’au 6 décembre", tandis que le Portugal durcit ses mesures de couvre-feu et que l'Italie a confiné ce dimanche "près de la moitié de [sa] population […], après le classement en 'zone rouge' de la région de Naples (Campanie) et de la Toscane", indique L'Obs. Deux régions où les tensions sur le système de santé se font sentir. "Les hôpitaux sont débordés au point que les patients qui ne peuvent pas être admis attendent dans leur voiture avec une bouteille d'oxygène", précise France Culture.

Confinement, couvre-feu, restrictions : que font les pays européens face au rebond de la pandémie de Covid-19 ?

Face à ces mesures restrictives, les protestations se multiplient. En Allemagne, "samedi plusieurs manifestations 'anti-masques' ont eu lieu, à Francfort la police a fait usage de canons à eau pour disperser des contre manifestants", écrit RFI. La radio à diffusion internationale fait également part de rassemblements en France : plusieurs centaines de personnes à Marseille et 1 500 manifestants à Nice ont protesté ce week-end contre les mesures liées au reconfinement. Enfin, "500 manifestants ont bravé les restrictions à Lisbonne pour une 'marche pour la liberté'", indique L'Express.

Vivre avec le virus sur le long terme

Malgré ces mouvements, les gouvernements se préparent à des mesures sur le long terme. "Les restrictions pour faire face à la pandémie de Covid-19 pourraient durer plusieurs mois dans les pays européens", écrit RFI. Interrogé par le journal Bild, le ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier a estimé que "les Allemands [devaient] se préparer à vivre encore quatre ou cinq mois avec des mesures de restriction sévères pour endiguer l'épidémie de coronavirus". "Tous les pays qui ont levé leurs restrictions trop tôt ont jusqu'à présent payé un prix élevé en termes de vies humaines", a-t-il déclaré, pointant notamment du doigt la situation en France. Pour faire accepter ce constat outre-Rhin, le gouvernement a misé sur l'humour. Depuis hier, "deux clips vidéo du gouvernement allemand parodiant le style des mémoires de guerre suscitaient dimanche l'emballement des internautes", rapporte Le Parisien. Le mot d'ordre de cette campagne de publicité : "Paresser tout l'hiver sur son canapé et devenir le 'héros' du combat contre le Covid-19", écrit le quotidien.

Le constat de la nécessité de "vivre avec le virus sur le temps long" est partagé par le Premier ministre français Jean Castex, dans une interview au Monde. "S’il a annoncé un programme jusqu’à fin 2020, jeudi, lors de sa conférence de presse, Jean Castex travaille par ailleurs sur une stratégie de lutte contre le Covid-19 jusqu’à l’été, qui devrait être présentée fin novembre", révèle le quotidien. "A quoi ressemblera le pays dans les mois à venir ?", interroge le journaliste Alexandre Lemarié."Une certitude : les rassemblements festifs, familiaux dans des salles de fêtes ne pourront pas reprendre avant longtemps. De même, les bars et les restaurants qui font aussi partie des endroits de contamination forte ne pourront pas rouvrir dès le 1er décembre, contrairement aux magasins de jouets, par exemple", répond le pensionnaire de Matignon.

Du côté des scientifiques et des laboratoires, le discours est similaire. Le professeur Ugur Sahin, co-fondateur du laboratoire BioNTech, qui développe avec Pfizer un vaccin contre le nouveau coronavirus, n'attend pas un retour à une vie normale avant l'hiver 2021 : "Je suis convaincu que... nous pourrions avoir un hiver normal l'année prochaine", a-t-il déclaré au micro de la BBC.

Bientôt un vaccin ?

"Les projets de vaccin contre le coronavirus continuent d’avancer dans le monde entier. En Europe, certaines prévisions vont même jusqu’à imaginer un vaccin disponible dès janvier 2021", indique France Info en ouverture de son reportage. La chaîne d'information rappelle que "plusieurs projets avancent considérablement comme celui développé par les laboratoires Pfizer et BioNTech". "L’Agence européenne des médicaments […] prévoit de donner son avis favorable à un premier vaccin contre le Covid-19 'd’ici la fin de l’année' en vue d’une distribution 'à partir de janvier' 2021", a pour sa part indiqué Guido Rasi, directeur de l'agence, au journal italien Il Sole 24 Ore. "Pour assister à un déclin de la pandémie", il faudra vacciner "plus de la moitié de la population", ce qui nécessitera "au moins 500 millions de doses", poursuit-il.

Vaccin européen contre le Covid-19 : où en est-on ?

"C'est une 'Europe de la santé très concrète' qui est en train d'émerger 'pour la première fois et en seulement quelques mois'", a déclaré de son côté le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Clément Beaune, soulignant l'action de l'UE dans la quête d'un vaccin [Les Echos]. "Imaginez si demain nous avions le vaccin en France et pas l'Allemagne, ou l'inverse, le nationalisme sanitaire en Europe serait un désastre", a-t-il notamment déclaré.

 

Les autres sujets du jour

Budget européen

Chypre

Hongrie

Moldavie

Royaume-Uni

Abonnez-vous gratuitement aux newsletters de Touteleurope.eu !