Derniers articles publiés

[Revue de presse] Covid-19 : les répercussions sur l'agriculture européenne commencent à se faire sentir

Revue de presse 26.03.2020

La fermeture des frontières et les mesures de confinement imposées dans plusieurs pays perturbent le bon fonctionnement du marché agricole. Tandis que les professionnels du secteur tirent la sonnette d'alarme, les institutions européennes tentent de garantir un approvisionnement agroalimentaire adéquat.

Les ministres de l'Agriculture se sont réunis par vidéo-conférence mercredi 25 mars sous la présidence de la ministre croate Marija Vučković

Les ministres de l'Agriculture se sont réunis par vidéo-conférence mercredi 25 mars sous la présidence de la ministre croate Marija Vučković - Crédits : Conseil de l'Union européenne

La réunion des ministres de l’Agriculture, qui s’est tenue par visio-conférence ce mercredi 25 mars, visait à "identifier les principaux obstacles au bon fonctionnement de la chaîne d’approvisionnement pour l’agroalimentaire" [RTBF]. Pour faire face à la situation, les ministres ont fait plusieurs propositions à la Commission européenne. Les mesures concernent notamment la possibilité de déroger à certaines procédures comme "les contrôles sur place obligatoires à la délivrance des aides directes de la Politique agricole commune (PAC), la modification des programmes de développement rural, ou la réalisation de certaines obligations par les bénéficiaires", liste le média belge. Des suggestions destinées à permettre un financement plus rapide de la politique agricole.

Dans un courrier adressé mardi à la Commission, Norbert Lins, le président de la commission de l'agriculture du Parlement européen, appelle quant à lui à "établir une stratégie globale […] qui comprend également l'activation de lignes de crédit d'urgence pour les agriculteurs" [Les Echos]. "En délivrant un laissez-passer permettant aux travailleurs saisonniers de voyager dans des bus ou des trains spéciaux, voire des avions, le [bon] fonctionnement du secteur agricole pourrait être maintenu", a notamment demandé l'eurodéputé dans sa lettre [Euractiv].

Faire face à une pénurie de main d’œuvre

Car outre les enjeux financiers, l'agriculture européenne fait également face à un problème de main d'œuvre pressant. "Les mesures visant à limiter le virus ont bloqué les frontières entre les États membres de l'UE et risquent d'empêcher l'arrivée de travailleurs saisonniers", explique Reuters. Le lobby européen des agriculteurs COPA-COGECA prévient à ce sujet que "le secteur agricole européen pourrait être confronté à une pénurie dramatique de travailleurs en raison des restrictions aux frontières mises en place […], ce qui pourrait avoir des conséquences dévastatrices" [Euractiv].

Plusieurs pays sont déjà touchés. L’Allemagne a annoncé mercredi 25 mars vouloir interdire l’entrée sur le territoire de ces travailleurs saisonniers étrangers afin de ralentir la propagation du virus, "malgré l'opposition des organisations agricoles du pays", relate La Libre. En effet, le média belge rapporte que "cette interdiction s'applique même aux ressortissants des Etats membres de l'Union européenne, notamment la Roumanie et la Pologne, qui fournissent le plus gros contingent de travailleurs saisonniers dans les exploitations agricoles allemandes". Pour limiter cette pénurie de main d’œuvre, la ministre allemande de l'Agriculture Julia Klöckner a ainsi proposé "de faciliter l'emploi des personnels de la restauration, des chômeurs mais également des migrants pour prêter main forte aux agriculteurs" [La Libre]. Côté français, le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a lancé un appel semblable mardi 24 mars en invitant ceux "qui n'ont plus d'activité en ce moment à aller dans les champs pour rejoindre les agriculteurs en manque de main-d'œuvre" [Le Parisien].

Maintenir la chaîne d’approvisionnement

Autre lobby, réunissant quant à lui les entreprises européennes du secteur agroalimentaire, Food and Drink Europe insiste également sur la nécessité de fluidifier la libre circulation des marchandises et affirme que "[la] capacité à fournir de la nourriture pour tous dépendra de la préservation du marché unique de l'UE" [Politico]. Pour le moment, la Commission européenne a demandé aux Etats membres de "faire en sorte que les véhicules de transport de marchandises puissent passer d'un pays à l'autre en 15 minutes”, indique Reuters.

Le retour des contrôles aux frontières mis en place par les différents pays de l’UE a en effet fortement perturbé le secteur agroalimentaire. "Il ne fait aucun doute que la crise a mis à rude épreuve les chaînes d'approvisionnement européennes", affirme Politico. Sans sombrer dans le catastrophisme pour autant. Pour le média européen "ces défis ne signifient pas que l'Europe va manquer de nourriture, mais simplement qu'il faudra peut-être plus de temps pour réapprovisionner les rayons".

 

Les autres sujets du jour

Economie

Politique

Solidarité

 

 

 

Abonnez-vous gratuitement aux newsletters de Touteleurope.eu !