Derniers articles publiés

[Revue de presse] Covid-19 : la Commission européenne prépare une nouvelle proposition de budget pour endiguer la crise

Revue de presse 30.03.2020

La Commission européenne a annoncé samedi 28 mars qu’elle allait formuler une nouvelle proposition de budget destinée à lutter contre les conséquences économiques de la crise du coronavirus. Une proposition axée sur “la solidarité et la responsabilité” dans l’espoir de mettre d'accord les 27.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen à l'issue du sommet des leaders européens le 26 mars 2020 - Crédits : Etienne Ansotte / Commission européenne

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen à l'issue du sommet des leaders européens le 26 mars 2020 - Crédits : Etienne Ansotte / Commission européenne

Samedi 28 mars, la Commission européenne a annoncé qu’elle allait “proposer un nouveau projet de budget pluriannuel de l’UE pour faire face aux conséquences de la pandémie de coronavirus”, indique La Tribune. L’idée directrice de cette proposition tient en deux mots, martelés par la présidente de l’exécutif européen Ursula von der Leyen : “la solidarité et la responsabilité”.

Un choix qui ne doit rien au hasard, ni en termes de timing, ni en termes sémantiques, souligne La Croix, pour qui l’Union européenne se retrouve désormais face “au défi de la solidarité”. En effet, ce nouveau projet de budget survient après l’échec du sommet européen du jeudi 26 mars, qui avait “vu resurgir les divisions entre Européens du Nord et du Sud, comme pendant la crise de la dette grecque à partir de 2009". D’un côté, neuf pays européens, menés par l’Italie et l’Espagne – et dont fait également partie la France – poussent pour une mutualisation au niveau européen des emprunts des Etats de la zone euro pour faire face à l'épidémie. Une option rejetée par plusieurs pays d’Europe du Nord, l’Allemagne et les Pays-Bas en tête.

[Revue de presse] Covid-19 : divisé, le Conseil européen apporte une réponse timide à la crise économique

Maintenir la perspective d’un consensus

Pour la Commission européenne, tout l’enjeu est de maintenir l’espoir d’un consensus entre les Etats membres pour parvenir à la réponse la plus coordonnée possible, tant sur le plan sanitaire que sur le plan économique. Ursula von der Leyen s’est ainsi exprimée dans les médias allemands, affirmant que les "inquiétudes allemandes sur le sujet [des coronabonds] étaient justifiées" [Politico]. Ce pas en direction d'Angela Merkel n’a pas manqué de susciter une vive réaction dans le camp adverse : le ministre italien des Finances Roberto Gualtieri s'est ainsi dit "désolé" du choix de mots de la présidente de la Commission, qui vont selon lui "dans le mauvais sens", cite le média.

Dans la soirée du vendredi 27 mars, le président français Emmanuel Macron s'était également interrogé dans les médias italiens, rapporte Le Monde (avec l'AFP) : "l’UE et la zone euro se résument-elles à une institution monétaire et un ensemble de règles, très assouplies, qui permettent à chaque Etat d’agir de son côté ? Ou agit-on ensemble pour financer nos dépenses, nos besoins dans cette crise vitale ?". Plus offensif encore, le Premier ministre portugais Antonio Costa a fustigé la "mesquinerie récurrente" des Pays-Bas, eux aussi frileux à l'idée de plus de solidarité financière, note La Croix. Ce "manque de solidarité européenne" inquiète enfin l'ancien président de la Commission, Jacques Delors, qui y voit "un danger mortel" pour l'UE, cite Le Figaro.

Un débat budgétaire toujours aussi difficile

La Commission européenne, déjà à l’origine de plusieurs mesures exceptionnelles de soutien sanitaire et économique face à la pandémie, n’est en effet pas assurée de parvenir à faire consensus. Sa présidente a annoncé qu'elle présenterait prochainement un nouveau projet de budget européen pour l’exercice 2021-2027. Celui-ci inclura "un plan de relance qui garantira le maintien de la cohésion au sein de l'Union par la solidarité et la responsabilité", a-t-elle précisé [La Libre], promettant que le budget européen serait "au cœur" de la réponse à la pandémie. Et si elle ne s’est pas avancée sur les futurs contours de sa proposition, la Commission européenne affirme “n’exclure aucune option autorisée dans les limites du traité” pour sortir de la crise, rapporte Politico.

Comment l'Union européenne peut-elle éviter une nouvelle crise économique ?

Pour que cette ambition se réalise, cette proposition doit encore être votée par le Conseil, puis approuvée par le Parlement. Or "les dirigeants des 27 pays de l'UE avaient échoué à s'entendre" sur la dernière proposition de la Commission lors du Conseil européen des 20 et 21 février dernier, rappelle la RTBF. Les désaccords portaient alors "aussi bien sur son montant global que sur la répartition des dépenses (de l'agriculture au numérique, de la défense aux migrations)".

 

Autres sujets du jour

Corruption

 

Environnement

 

Economie

 

Politique

 

Technologie

 

 

Abonnez-vous gratuitement aux newsletters de Touteleurope.eu !