Derniers articles publiés

[Revue de presse] Covid-19 : l'Italie entame son déconfinement

Revue de presse 04.05.2020

L'Italie, pays le plus touché d'Europe par la pandémie de Covid-19, entame lundi 4 mai son déconfinement, afin de relever doucement son économie lourdement ébranlée par la crise. Si les derniers chiffres semblent encourageants, les autorités craignent toujours une deuxième vague de contamination.

Le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, a appelé la population à la responsabilité pour éviter une seconde vague de contamination une fois les mesures de confinement levées - Crédits : Conseil de l'UE

Le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, a appelé la population à la responsabilité pour éviter une seconde vague de contamination une fois les mesures de confinement levées - Crédits : Conseil de l'UE

"Dimanche, les grandes avenues historiques des grandes villes [italiennes] sont restées quasi-désertes", rapporte la RTS. Seule exception, "quelques rares joggers faisant le tour des pâtés de maisons, obligés de rester à moins de 200 mètres de chez eux". Ce week-end, les mesures prises depuis le 9 mars par le gouvernement de Giuseppe Conte pour lutter contre la pandémie de Covid-19 s'appliquaient encore en Italie. Mais lundi 4 mai, "le soulagement est immense" pour la population [Euronews] : "les autorités italiennes vont entamer un allègement attendu par tous", explique Le Point avec l'AFP.

La reprise se veut toutefois progressive, et plusieurs interdits restent ainsi en vigueur : "pas d'école pour 8,5 millions d'élèves, vraisemblablement jusqu'en septembre ; pas de pique-nique ou de week-end à la plage (…) ; pas de musées, de commerces de détail ni de bibliothèques jusqu'au 18 mai ; pas de messe ni de spectacles jusqu'à nouvel ordre", énumère TV5 Monde avec l'AFP. L'attestation de déplacement reste également obligatoire. Toutefois, "les Italiens pourront se déplacer dans leur commune et retourner dans les parcs avec un maintien des distanciations sociales" [RTL]. Les visites aux proches sont également autorisées.

Une économie "à genoux"

Ce retour de la vie sociale s'accompagne d'une reprise de l'économie : Ce sont "quelque 4,4 millions de salariés" qui retrouvent ainsi le chemin du travail ce lundi [TV5 Monde]. La vente à emporter dans les bars et restaurants est de nouveau permise, mais "les mesures diffèrent dans les vingt régions du pays", rappelle RTL : "la Calabre et la Vénétie ont ainsi déjà allégé les restrictions, autorisant notamment la réouverture des bars et restaurants, mais sans terrasse".

Le retour de l'activité apparaît nécessaire : les neuf semaines de confinement ont mis l'économie italienne "à genoux" [Le Point]. Le pays "devrait connaître une récession de 8 à 10 %, des millions d'emplois sont en danger, la dette publique devrait dépasser 155% du PIB", rapporte TV5 Monde. Les premières estimations témoignent des dégâts économiques considérables causés par l'épidémie et les mesures de confinement mises en place pour l'endiguer : "l'organisation patronale du commerce, Confcommercio, prévoit une baisse de la consommation de 84 milliards d'euros en 2020", tandis que "seulement 20% des Italiens envisagent de partir en vacances une fois l'urgence sanitaire terminée". Or "en Italie, le tourisme représente 13% de l'économie, rapporte plus de 40 milliards et touche environ 4 millions d'emplois" [RTS]. "Si le gouvernement n'investit pas efficacement dans le système productif du pays, (…) une crise sociale explosera dès septembre ou octobre", a ainsi déclaré le chef du principal lobby industriel italien, Carlo Bonomi [Reuters].

Appel à la responsabilité

L'autre enjeu de ce déconfinement est sanitaire : avec la reprise du travail, "il y aura bien plus de risques de contagion", a reconnu le Premier ministre italien, cité par Euractiv. Et même si le pays a enregistré dimanche le plus faible nombre de morts "depuis le début du confinement le 10 mars" [Euronews], il reste "traumatisé par le décès d'environ 30 000 personnes, un bilan officiel sans doute en deçà de la réalité", rappelle TV5 Monde.

La prudence reste donc de mise dans cette "phase deux" de la lutte contre le coronavirus. Cette dernière vise surtout "à créer les conditions pour vivre avec le virus jusqu'à ce qu'un vaccin ou un traitement soit disponible" [Euractiv]. Avant quoi, l'Italie "reste à la merci d'une reprise de la pandémie", avertit TV5 Monde. Le risque d'une deuxième vague inquiète en effet : "nous devons être conscients que ce sera le début d'un défi encore plus grand", a prévenu le responsable de la cellule chargée de répondre à la pandémie, Domenico Arcuri, cité par la RTS.

Pour concilier reprise économique et sécurité sanitaire, le gouvernement appelle ainsi à la responsabilité individuelle. "Plus que sur les décrets et ordonnances, nous comptons sur l'autoprotection", a ainsi déclaré Giuseppe Conte au Corriere della Serra. "Jusqu'à présent, la réponse de la population a été très efficace et j'espère qu'elle continuera à l'être".

 

 

Les autres sujets du jour

Belgique

Commerce international

Déconfinement

Défense

Espagne

France

Portugal

Solidarité

Suède

Abonnez-vous gratuitement aux newsletters de Touteleurope.eu !