Derniers articles publiés

[Revue de presse] Covid-19 : alors que le G20 apporte son soutien à la vaccination, les inquiétudes des Européens persistent

Revue de presse 23.11.2020

Les leaders du G20 se sont réunis par visioconférence durant le week-end pour évoquer la stratégie globale de vaccination. Les chefs d'Etat et de gouvernement s'y sont engagés à garantir une distribution équitable du vaccin. Pendant ce temps, des manifestations se sont poursuivies à travers l'Europe, lesquelles dénoncent les mesures de restriction et expriment les craintes des Européens face aux perspectives économiques moroses.

 

 

Lors de la réunion du G20, le président du Conseil européen Charles Michel et la chancelière allemande Angela Merkel ont évoqué la stratégie de vaccination européenne

Lors de la réunion du G20, le président du Conseil européen Charles Michel et la chancelière allemande Angela Merkel ont évoqué la stratégie de vaccination européenne - Crédits : Conseil européen

Les Etats membres de l'UE connaissent des fortunes diverses dans leurs stratégies de lutte contre la deuxième vague de coronavirus. En France, "près de 300 malades du Covid-19 sont morts au cours des dernières vingt-quatre heures, mais le nombre de patients en réanimation poursuit sa décrue pour le cinquième jour de rang, selon les statistiques officielles publiées samedi", indiquait dimanche Le Monde. Malgré ces premiers résultats encourageants, "pas de déconfinement en vue à partir du 1er décembre, mais des 'assouplissements'", titre le quotidien. Hier, le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a affirmé de son côté que la stratégie mise en place dans son pays "[donnait] des résultats". "C'est la preuve que l'état d'urgence déclaré le mois dernier, qui a permis aux autorités régionales de prendre toute une série de restrictions, porte ses fruits", a-t-il affirmé [Le Figaro].

En revanche, "après un été et un début d'automne sous contrôle, la Suède est à nouveau frappée", écrivent Les Echos. A partir du 24 novembre et pour quatre semaines, "les Suédois n'auront plus le droit de se rassembler à plus de huit dans l'espace public. Contre 50 auparavant, avec possibilité de se retrouver jusqu'à 300 (assis) pour des événements culturels et sportifs". Une décision "sans précédent", a admis le Premier ministre Stefan Löfven [Les Echos]. Constat similaire en Allemagne, où "Angela Merkel observe avec inquiétude une situation qui devient hors de contrôle dans la capitale", fait savoir le JDD. Berlin compte 225 cas pour 100 000 habitants, un taux d'incidence "désormais supérieur à celui de Paris (122)". Jeudi dernier, le président de l'Institut Robert-Koch, dédié à la lutte contre les maladies, estimait que la situation "reste sérieuse, très sérieuse" [Le JDD].

[Dossier] Covid-19 : l'Europe confrontée à la deuxième vague

Le G20 promet une distribution équitable des vaccins dans le monde

L'annonce de premiers résultats probants concernant les vaccins a suscité une vague d'espoir à travers le monde. Dernière en date, celle du laboratoire britannique AstraZeneca et de l’Université d’Oxford dont le candidat est "efficace à 70 %" [Ouest-France]. La course au vaccin s'est d'ailleurs invitée au menu de la réunion des principaux chefs d'Etat et de gouvernement de la planète. "Réunis en vision conférence, samedi et dimanche, sous la présidence saoudienne, les leaders du G20 ont promis de 'ne reculer devant aucun effort' pour assurer une distribution équitable des vaccins contre le Covid-19 dans le monde", précisent Les Echos. Pour ce faire, ils ont indiqué qu'ils combleraient "les besoins de financement encore existants" pour garantir cette équité.

Parmi les Etats représentés, plusieurs se sont déclarés prêts à entamer leurs campagnes de vaccination. En Allemagne, "Angela Merkel table sur un début des opérations dès le mois de décembre et au plus tard, en tout début d’année prochaine", souligne Laurent Desbonnets  pour France 2. Jeudi dernier, la chancelière allemande a détaillé son plan : "À Berlin, on sait déjà qu’il y aura six centres, dont un ancien aéroport, une patinoire ou encore un centre des congrès“, poursuit le correspondant de la chaîne à Berlin. L'Espagne semble être sur la même longueur d'onde. "Après huit mois d'angoisse et plus de 42 000 morts, Madrid a annoncé, dimanche 22 novembre, un grand plan de vaccination contre le Covid-19 pour protéger une grande partie de la population d'ici à l'été prochain", écrit France 24. Le chef du gouvernement socialiste Pedro Sánchez a affirmé que son pays serait "le premier pays de l'UE, avec l'Allemagne, à avoir un plan global de vaccination", précise la chaîne d'information.

"Quand les premières doses arriveront-elles en France ?", s'interroge de son côté Le Figaro. "Chacun (des vaccins) doit faire ses preuves, trois sont en quasi-qualification finale mais rien ne préjuge de la fin des essais cliniques“, estime la ministre déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher, restant prudente à ce sujet. Cette dernière relève par ailleurs que "15 % des volumes acquis par l'UE iront à la France" [Le Figaro].

Vaccin européen contre le Covid-19 : où en est-on ?

Inquiétudes grandissantes et multiples des Européens

La pandémie engendre de nombreuses conséquences dépassant le simple plan sanitaire. En témoigne une déclaration de la directrice du Fonds monétaire international Kristalina Gueorguieva, en marge du G20 : "la Chine sera le seul grand pays à terminer 2020 avec une croissance positive, tandis que l’Europe et les pays émergents paient le prix fort" [La Croix]. La zone euro devrait être particulièrement touchée. "L’Espagne (– 12,8 [points de PIB]), l’Italie (– 10,6), la France (– 9,8) ou le Royaume-Uni (– 9,8) font partie des pays les plus affectés […] mais ces chiffres ne tiennent pas encore compte de la deuxième vague en cours, si bien qu’ils pourraient descendre", poursuit le journal.

"En pleine seconde vague épidémique, de nombreux citoyens européens protestent contre les mesures de restrictions et s'inquiètent de la situation économique", écrit pour sa part Euronews. La chaîne fait un tour d'horizon des inquiétudes à travers les Etats membres. "Au Portugal, ce sont les techniciens du secteur de la culture qui ont manifesté, déposant leurs outils de travail devant les arènes du Campo Pequeno à Lisbonne", mentionne-t-elle par exemple. Des mouvements qui prennent une ampleur particulière outre-Rhin, rassemblant des "personnes issues, entre autres, de la gauche radicale, des milieux conspirationnistes ou de l'extrême droite", selon Le Parisien. Certains vont jusqu'à se comparer "à des résistants face au nazisme". "Samedi dernier, à Karlsruhe, c'est une fillette de 11 ans qui estimait vivre un cauchemar à la hauteur de celui vécu par Anne Frank parce qu'elle avait dû fêter son anniversaire au calme", rapporte ainsi le quotidien. Une déclaration qui "banalise l'Holocauste et révèle un oubli inadmissible de l'histoire", a rétorqué dimanche sur Twitter le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas.

Les autres sujets du jour

Covid-19

Economie

Environnement

France

Politique migratoire

 

 

Abonnez-vous gratuitement aux newsletters de Touteleurope.eu !