Derniers articles publiés

[Revue de presse] Covid-19 : à l'approche de Noël, l'Europe durcit ses mesures sanitaires dans l'attente d'un vaccin

Revue de presse 16.12.2020

A l'approche des fêtes de fin d'année, la situation demeure très préoccupante en Europe. Dans l'attente d'un vaccin, de nombreux pays européens renforcent les mesures sanitaires pour éviter une nouvelle vague de contamination au lendemain des fêtes.

Alors que la deuxième vague de Covid-19 continue de sévir, les pays européens renforcent les restrictions pour les fêtes de fin d'année

Alors que la deuxième vague de Covid-19 continue de sévir, les pays européens renforcent les restrictions pour les fêtes de fin d'année - Crédits : Juanmonino / iStock

La deuxième vague de la pandémie de Covid-19 ne faiblit pas en Europe, comme en attestent les chiffres rapportés par la presse mercredi 16 décembre. L'Italie est le pays le plus touché par le virus avec une deuxième vague plus meurtrière que la première. "La péninsule enregistre une flambée des contagions et du nombre de décès qui oscille quotidiennement entre 600 et 900 personnes", portant son bilan à "65 857 décès et 1,871 million de cas depuis le début de l'épidémie", notent Les Echos. La situation se dégrade également aux Pays-Bas avec "10 000 nouveaux cas par jour, ce qui fait craindre des hospitalisations en grand nombre d’ici à la fin de l’année", et a fait grimper le bilan à "un peu plus de 10 000 morts" depuis le début de l'épidémie, rapporte France info.

L'Allemagne a également annoncé "un nombre record de décès liés à la pandémie de Covid-19, au premier jour de l'entrée en vigueur d'un reconfinement partiel pour tenter de limiter la propagation de la pandémie" avec 952 décès au cours des dernières 24 heures et 27 728 nouvelles infections, expliquent Les Echos. Si la France a mis fin à son confinement, son bilan épidémique n'est pas meilleur que ses voisins. Selon Santé Publique France, le pays "fait état de 8 693 nouvelles hospitalisations sur les sept derniers jours, dont 1159 en réanimation" et de "11 532 nouvelles contaminations au Covid-19 […] recensées ces dernières 24 heures, portant le nombre total de cas à 2 391 447 depuis le début de l'épidémie" [Le Figaro].

[Dossier] Covid-19 : l'Europe confrontée à la deuxième vague

Noël sous haute surveillance

Face à ces courbes qui ne fléchissent plus, "un certain nombre de pays européens ont renforcé les restrictions sur le coronavirus avant Noël", souligne la BBC. "Confrontée à une deuxième vague épidémique beaucoup moins maîtrisée qu'au printemps, l'Allemagne impose mercredi la fermeture des commerces jugés 'non-essentiels' jusqu'au 10 janvier", explique Challenges. Des mesures qui suscitent l'incompréhension "dans un pays où les commerces n'avaient pas été fermés depuis la première vague de la pandémie", poursuit l'hebdomadaire économique.

Les Pays-Bas ont également mis en place des mesures plus strictes, égrenées par France info : "fermeture depuis hier soir minuit de tous les commerces non essentiels, des salons de coiffure, des musées, des cinémas, des salles de sport ; arrêt de tous les cours en présentiel à l’école". Une décision plutôt bien acceptée par la population. "Deux Néerlandais sur trois approuvent l’action [du Premier ministre] Mark Rutte […] et ils sont même 49% à réclamer un confinement total, encore plus strict, pour enrayer la pandémie", poursuit le média.

Contrairement à ses voisins, la France a décidé d'alléger les mesures de confinement et "a de son côté instauré un couvre-feu qui s'applique désormais de 20h à 6h toutes les nuits, Nouvel an compris, à la seule exception du réveillon de Noël" [Challenges]. Cet allègement des mesures s'explique, selon France info, par le fait qu'elles étaient "globalement plus strictes en France qu’en Allemagne ou aux Pays-Bas" et que "la situation épidémique, même si elle n’est pas maîtrisée en France, connait une évolution plus préoccupante récemment chez nos voisins, en particulier là aussi en Allemagne et aux Pays-Bas".  

Confinement, couvre-feu, restrictions : que font les pays européens face à la pandémie de Covid-19 ?

Un vaccin plus tôt que prévu ?

Une perspective éclaire néanmoins cette situation épidémique européenne globalement morose. "Les citoyens de l'UE pourraient recevoir un cadeau de Noël supplémentaire : l'approbation de leur premier vaccin contre le coronavirus", note Politico. En effet, "sous la pression de l'Allemagne, l'Agence européenne des médicaments (EMA) pourrait donner ses conclusions sur le candidat vaccin de Pfizer-BioNTech dès le 21 décembre, à l'issue d'une réunion exceptionnelle", alors qu'elle avait d'abord annoncé qu'elle rendrait son avis d'ici le 29 décembre, expliquent Les Echos. L'EMA explique pour sa part que cette décision d'avancer l'échéance n'est pas due à une quelconque pression politique, mais au fait d'avoir reçu de nouveaux résultats cliniques de la part de Pfizer-BioNTech. Quoiqu'il en soit, Les Echos concluent qu'"en France, les premières doses pourraient être disponibles dès le début du mois de janvier".

Pour ce faire, "après la recommandation de l'EMA, la Commission [européenne] doit encore accorder l'autorisation de mise sur le marché, mais l'EMA a déclaré que celle-ci serait accordée rapidement et disponible en quelques jours", explique Politico. "Chaque jour compte", a souligné mardi la présidente de la Commission Ursula von der Leyen, alors que les vaccinations ont déjà commencé au Royaume-Uni, aux Etats-Unis ou encore au Canada, et qu'elles démarrent mercredi au Brésil [Challenges].

Vaccin contre le Covid-19 : quel rôle joue l'Union européenne ?

Les autres sujets du jour

Budget

Défense

Environnement

Hongrie

Innovation

Numérique

Relations extérieures


Abonnez-vous gratuitement aux newsletters de Touteleurope.eu !