Derniers articles publiés

Reprise des négociations avec la Turquie et budget de l'UE

Revue de presse 23.10.2013

Ankara fait un pas de plus vers l'Europe. La présidence lituanienne de l'UE a annoncé, mardi 22 octobre, qu'un nouveau chapitre dans les négociations d'adhésion avec la Turquie s'est ouvert après trois ans de paralysie.

Istanbul

Suivant les recommandations de la Commission européenne, les ministres chargés des Affaires européennes de l'UE, réunis à Luxembourg, ont donné leur feu vert à l'ouverture, le 5 novembre, du chapitre 22 portant sur la politique régionale.
La décision formelle d'ouvrir un nouveau chapitre dans les négociations d'adhésion avec la Turquie avait été prise en juin dernier avant d'être ajournée, notamment sous la pression de Berlin en raison de la répression par les autorités turques de la vague de contestation civile partie de la place Taksim à Istanbul [L'Express].

Le commissaire à l'Elargissement, Stefan Füle, s'est félicité de la décision des ministres, y voyant un "pas important" pour le rapprochement UE-Turquie. "Les récentes évolutions en Turquie soulignent l'importance de l'engagement de l'UE et de ce que l'UE reste la référence pour les réformes en Turquie. A cette fin, les négociations d'adhésion doivent retrouver de l'élan", a-t-il ajouté, cité par L'Expansion.

L'ancienne ministre française de la Justice, Rachida Dati, eurodéputée PPE (centre-droit) a, au contraire, dénoncé une décision "irresponsable dans le contexte de crise européenne actuelle". "La Turquie n'a pas vocation à entrer dans l'Union européenne", a soutenu Mme Dati "L'UE doit plus que jamais marquer une pause durable dans son élargissement", rapporte La Croix

Officiellement candidate depuis 1999, la Turquie a échoué jusqu'à présent à faire avancer ses négociations d'adhésion, qui se heurtent aux réserves de Paris et Berlin à l'entrée d'un grand pays musulman dans l'Union et à l'absence de règlement à Chypre, dont la partie nord est occupée depuis 1974 par les troupes turques. Sur les 35 chapitres de négociations, 13 ont été ouverts et un seul a jusqu'ici pu être bouclé. L'UE conditionne un déblocage supplémentaire des discussions à la reconnaissance par Ankara de la République de Chypre, l'un des 28 pays de l'UE [Le Point].

Afin de garantir la poursuite des réformes de démocratisation en Turquie, la Commission a néanmoins demandé aux 28 Etats de dégager la voie à l'ouverture de deux autres chapitres portant sur les droits fondamentaux, la justice, la liberté et la sécurité.
La Turquie s'est réjouie samedi des bons points décernés par la Commission, y voyant la reconnaissance de sa "détermination à mener les réformes" selon le ministre turc des Affaires européennes, Egemen Bagis. "Le niveau atteint aujourd'hui par la Turquie en termes de démocratisation, de droits de l'homme et de développement économique est incontestablement le plus proche des standards de l'UE jamais atteint", a-t-il jugé [La Croix].

La Turquie fait ainsi un pas supplémentaire dans le processus d'adhésion,  qui s'avère le plus lent jamais mené par l'UE avec un aspirant candidat.

Les autres sujets du jour

Diplomatie, Défense