Derniers articles publiés

Rapport d'évaluation sur la Turquie, dumping social et crise de la dette

Revue de presse 17.10.2013

Voilà huit ans que les Européens ont donné le coup d’envoi des négociations d’adhésion avec la Turquie, et la Commission en est à son 16ème rapport d‘évaluation. Des rapports qui se suivent et se ressemblent. Il y a du mieux, explique Bruxelles en citant les réformes en cours, mais le pays doit veiller au respect des droits fondamentaux [Euronews].

Erdogan & Van Rompuy

Selon Libération, l’enjeu est particulièrement délicat cette année, puisque Bruxelles espère relancer les négociations débutées en octobre 2005 mais enlisées depuis, sans pour autant passer sous silence les atteintes aux libertés. Ni fermer les yeux sur la répression au printemps des manifestations contre l’autoritarisme croissant du Premier ministre conservateur, Recep Tayyip Erdogan.

"Le mouvement du parc  Gezi est un tournant qui a montré la force de la société civile turque, qui veut profiter des libertés acquises ces dernières années dans le cadre du processus d’adhésion", estime Jean-Maurice Ripert, chef de la délégation de l’UE à Ankara.

En juin, les gouvernements européens, convaincus par l'Allemagne, avaient reporté le projet d'ouverture de discussions sur le chapitre de la politique régionale pour protester contre la façon dont les autorités turques avaient répondu aux manifestations. [L’express]

Le rapport présenté par  la Commission se veut "équilibré". Il s’agit de dire les choses sans pour autant braquer les autorités turques après des mois de tension.
"Nous avons adopté une position très objective et en même temps très critique sur les événements de mai et de juin, déclare Stefan Füle, commissaire européen à l’Elargissement, cité par Euronews. Nous avons aussi fait référence aux démarches positives notamment le processus de paix [avec l’insurrection kurde].", ajoute-t-il.

Le rapport suggère notamment au gouvernement turc de concrétiser son projet de réforme de la police afin que les forces de l'ordre puissent être supervisées de manière indépendante. Il insiste également sur la mise en œuvre du "paquet de démocratisation" annoncé le 30 septembre par le Premier ministre turc. Malgré ses critiques, la Commission se montre satisfaite des réformes judiciaires entreprises en Turquie et de la mise en place d'un processus de paix avec l'insurrection kurde. Elle recommande de relancer les négociations d'adhésion avec Ankara en ouvrant les discussions sur un nouveau chapitre politique.

Si cette recommandation est suivie par les gouvernements européens qui doivent se réunir le 22 octobre, une nouvelle série de négociations pourrait être lancée début novembre [L’Express]

Les autres sujets du jour

Mobilité, Erasmus

Elections européennes 2014

Asile, migrations, Schengen