Derniers articles publiés

Programme de stabilité budgétaire : la France rend sa copie

Revue de presse 15.04.2015

Aujourd’hui, comme dans tous les autres pays de la zone euro, le détail du programme de stabilité budgétaire de la France sera remis à la Commission européenne. La presse française est unanime sur l’importance cruciale de ce programme. La plupart des médias émet toutefois quelques réserves quant à la capacité de la France à convaincre une Commission européenne exigeante.

Michel Sapin

Le ministre des Finances Michel Sapin va présenter cet après-midi au Conseil des ministres le programme de stabilité ainsi que le programme des réformes qui devra ensuite être envoyé à la Commission européenne ce soir avant minuit. Dans une interview au Monde, le ministre affirme que "la France sera au rendez-vous" et atteindra l’objectif de moins de 3% de déficit en 2017.

Ce programme détaille la trajectoire des comptes publics de 2015 à 2018 et les solutions envisagées pour  réduire la dette publique de la France. Il dévoile en outre le plan national des réformes à venir [Le Figaro].

L’Opinion détaille le contenu de ces deux programmes : "cadrage macro-économique et trajectoire budgétaire d’un côté,  bilan des réformes mises en place et programme des réformes à venir de l’autre". C’est donc aujourd’hui que sera présenté le plan de réformes économiques de François Hollande, pour les deux dernières années de son quinquennat.  

La Commission européenne donnera son avis sur ce programme dans un mois. Si celui-ci est jugé insuffisant, une procédure pour déséquilibres macroéconomiques excessifs pourrait être enclenchée contre la France, avec des sanctions potentielles [L’Opinion].

M. Sapin prévoit de faire 4 milliards d’euros d’économies supplémentaires, et Le Monde détaille les économies prévues : l’Etat et ses opérateurs contribueront pour 2,4 milliards d’euros, la Sécurité sociale participera à hauteur de 1 milliard et 600 millions d’euros de recettes supplémentaires sont attendus, même si aucune hausse d’impôts n’est prévue.

Le journal explique que la stratégie budgétaire française vise à "atteindre les objectifs de réduction du déficit qu’elle s’est fixés et que la Commission lui a recommandés" sans pour autant "mettre en danger la croissance renaissante".

Selon Les Echos, ce programme est "particulièrement attendu par la Commission européenne". Le Figaro confirme : ce rapport "revêt une importance cruciale", il doit "restaurer la crédibilité de la France à Bruxelles".

D’autant plus que la Commission attend des réformes ambitieuses, notamment en ce qui concerne le marché du travail qui est considéré comme trop peu performant, comparé à l’Allemagne où le taux chômage est à 6,4% et à l’Espagne, où le nombre de demandeurs d’emploi commence à diminuer.

Pourtant, Les Echos restent sceptiques. Pour le quotidien, il n'est pas certain que le programme de Michel Sapin "soit totalement du goût de Bruxelles".

Le ministre des Finances, lui, se dit confiant. Dans son entretien accordé au Monde, il a déclaré : "Avec 2,7% de déficit en 2017, nous serons largement en dessous des 3% du produit intérieur brut. Les démarches du gouvernement, du Parlement et de la Commission sont aujourd’hui convergentes". Et d’ajouter : "Après avoir analysé les conséquences qu’aurait une application stricte des recommandations de la Commission pour 2016 et 2017, après avoir constaté que leur mise en œuvre aurait fait chuter la croissance et nous aurait empêchés de faire reculer le chômage, nous avons considéré qu’une autre voie était possible, pour atteindre les mêmes objectifs, même meilleurs, sans pour autant mettre en danger le niveau de croissance".

Les autres sujets du jour

Pays de l'UE

Justice et droits

Pays de l'UE