Derniers articles publiés

Prévisions économiques d'automne de la Commission et revers de Stephane Le Foll à Bruxelles

Revue de presse 06.11.2013

Tous les quotidiens reviennent ce matin sur les prévisions de croissance publiées hier par la Commission européenne. L'exécutif bruxellois affirme que la zone euro connaîtra une reprise plus faible que prévu l'an prochain, avec de nouveaux risques de dérapages des déficits en France et en Espagne qui pourraient obliger les deux pays à faire des efforts budgétaires supplémentaires [L'Express].

prévisions économiques

Mauvaise nouvelle pour le gouvernement français. La Commission européenne estime que la France finira l'année avec un déficit de 3,8 % en 2014. C'est moins bien que ce que prévoit l'équipe de Jean-Marc Ayrault, qui espère encore être en mesure de ramener le déficit à 3,6 % du PIB l'année prochaine, grâce aux mesures prises dans le budget 2014, rapporte Le Point.

"Je réaffirme notre engagement à ramener notre déficit sous le seuil de 3% en 2015", a déclaré le ministre de l’Economie Pierre Moscovici devant la presse, jugeant que Bruxelles "raisonnait à politique inchangée", en ne prenant pas en compte les réductions de dépenses promises par Paris [Libération]. Le déficit prévu par Bruxelles pour la France est de 4,1% cette année, 3,8% l'an prochain et encore 3,7% en 2015, note L'Express.

Le quotidien rapporte que l'Espagne est dans la même situation : comme la France, elle a obtenu un délai de deux ans, en ce qui la concerne jusqu'en 2016, pour ramener son déficit dans les clous européens. Mais ce dernier devrait atteindre 6,8% cette année, baisser à 5,9% l'an prochain avant de remonter à 6,6% en 2015.

Bruxelles dispose depuis cette année d'un droit de regard sur les budgets des 17 Etats membres de la zone euro, et pourra exiger des changements s'ils ne sont pas conformes aux objectifs de déficit ou aux recommandations économiques faites au printemps. Le verdict sera rendu le vendredi 15 novembre. A cette date, la Commission européenne fera également un point sur les déséquilibres économiques en Europe. Elle pourrait épingler l'Allemagne pour ses excédents commerciaux. La balance des comptes courants allemands est largement excédentaire depuis des années, au-dessus de 6% du PIB [Le Monde ].

Enfin, La Commission a revu à la baisse de 1,2 % à 0,6 % ses prévisions de croissance pour 2014, note  La Tribune.  Sans surprise, la reprise devrait être soutenue par l'Allemagne qui devrait enregistrer une croissance de 1,7% en 2014, puis de 1,9% en 2015. La France ne devrait finalement pas être en récession cette année, la Commission tablant désormais sur une croissance de 0,2%, puis une accélération à 0,9% et 1,7% les deux années suivantes.

Parmi les motifs d'inquiétude, figure, en revanche, le niveau "inacceptable" du chômage, au-dessus de 12% en zone euro et qui touche largement plus d'un actif sur quatre en Espagne et en Grèce. Le chômage dans l'ensemble de la zone euro ne devrait pas décroître avant 2015, selon les prévisions de la Commission.

L'assainissement budgétaire - potion préconisée par Bruxelles pour sortir de la crise - devrait donc se poursuivre malgré les vives critiques qu'il suscite. La "politique obsessionnelle de réduction des déficits étouffe la croissance", a réagi Hannes Swoboda, le chef de file des socialistes au Parlement européen. Il plaide pour "une approche équilibrée, avec une stratégie de consolidation budgétaire raisonnable à long terme qui permette de libérer l'investissement et de créer des emplois" [L'Express].

Les autres sujets du jour

Pays de l'UE

Justice et droits