Derniers articles publiés

La Grèce prend ses distances avec l’UE

Revue de presse 07.04.2015

Empêtrés dans des négociations difficiles avec l’Union européenne (UE), les dirigeants politiques grecs sortent des frontières européennes et renforcent les relations de la Grèce avec le Fonds monétaire international (FMI), les Etats-Unis et la Russie.

Christine Lagarde et Yanis Varoufakis

Pour Le Monde, étant donné les difficultés que la Grèce rencontre pour trouver du soutien auprès de l’Union européenne, "le pays semble chercher d'autres appuis : après Mme Lagarde, Yanis Varoufakis doit rencontrer lundi des responsables du Trésor américain […]. Il s'entretiendra aussi avec Caroline Atkinson, la conseillère de Barack Obama pour les affaires économiques internationales".

EurActiv indique que le FMI "se montre conciliant" et que la présidente de l’institution Christine Largarde "a joué l’apaisement". L’Express et Le Monde renchérissent en expliquant que "le FMI est souvent apparu plus compréhensif que certains créanciers européens comme l'Allemagne".

La rencontre entre le ministre des Finances grec Yanis Varoufakis et Mme Lagarde dimanche 5 avril avait pour but de "désamorcer les inquiétudes", résume EurActiv.

Les rumeurs vont en effet bon train, rapporte Le Monde, et laissent entendre que la Grèce pourrait bien ne pas honorer ses dettes au Fonds monétaire international. Un défaut de paiement est particulièrement redouté dans la mesure où, selon La Tribune, les conséquences économiques d’une telle situation sont incalculables.

À la suite de cette réunion à Washington, Christine Lagarde a annoncé dans un communiqué de presse que "la Grèce s'est engagée à verser les 460 millions d'euros dus au FMI" et a salué "la confirmation du ministre que le versement dû au Fonds sera effectué le 9 avril".

Le ministre des Finances a approuvé en déclarant : "Avec Christine Lagarde, nous avons eu un échange très productif, dans une excellente atmosphère" [Euronews]. Il a en outre confirmé que "le gouvernement a l'intention de respecter toutes ses obligations financières" [EurActiv].

L’opération séduction à l’international de la Grèce ne s’arrête pas là.

Le Point annonce en effet que le Premier ministre grec Alexis Tsipras sera à Moscou mercredi et jeudi pour rendre visite aux responsables politiques russes Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev.

Devraient être abordés les thèmes du prix du gaz, le prolongement en Grèce du projet gazoduc 'Turkish Stream' entre la Russie et la Turquie, l’embargo sur les produits agricoles grecs ou encore les investissements russes en Grèce.

Depuis le conflit russo-ukrainien, il est très rare qu’un chef d’Etat européen se déplace en Russie, et une telle rencontre est vue d’un mauvais œil à Bruxelles. Le président du Parlement européen Martin Schulz a d’ailleurs mis en garde M. Tsipras et lui a demandé de "ne pas mécontenter ses partenaires européens".

Opposé aux sanctions de l’UE contre la Russie, EurActiv explique que le chef d’Etat grec aimerait voir son pays devenir "le lien entre l'Ouest et la Russie".

Mais la Grèce reste liée à l’UE : elle attend encore 7,2 milliards d’euros d’aides que l’Union doit lui verser, rappelle L’Express. Or pour cela, le pays devra présenter une nouvelle liste de réformes à l’Eurogroupe d’ici la fin du mois d’avril.

Les autres sujets du jour

Pays de l'UE

Pays de l'UE