Derniers articles publiés

L'Ukraine sur le fil du rasoir

Revue de presse 26.03.2015

Alors que l’Ukraine tente désespérément de trouver des aides financières pour sortir de l’impasse économique, les médias passent en revue les difficultés auxquelles le pays est confronté depuis les événements de Maidan.

L’Ukraine sur le fil du rasoir

Les Echos rapportent que le ministre de l’Economie ukrainien Aivaras Abromavicius s’est rendu hier à Paris pour présenter son programme de réformes et négocier une aide financière d’urgence. Le pays avait déjà reçu 40 milliards d’euros de la part du Fonds monétaire international (FMI), mais cela ne serait pas suffisant pour reconstruire l’économie ukrainienne.

La position de l'Ukraine est très délicate, d’autant plus que l’agence de notation Moody’s annonce la quasi-certitude d’un défaut de paiement de la part du pays.

Et il n’y a pas que sur le plan économique que la situation est très tendue.

Au niveau politique, le président ukrainien Petro Porochenko s’adonne depuis quelques jours à des limogeages et arrestations en série afin de lutter contre la corruption.

En effet, Le Monde relate l’arrestation mercredi matin du directeur du service d'Etat pour les situations d'urgence, Sergui Botchkovski, et de son adjoint Vassyl Stoïetski, tous deux accusés d'avoir effectué des achats publics "à des prix beaucoup plus élevés" que le prix du marché, notamment auprès du géant pétrolier russe Loukoïl. Une arrestation effectuée en pleine réunion gouvernementale, "sous l'œil éberlué de leurs collègues du gouvernement et des journalistes", et  retransmise en direct à la télévision.

La méthode a de quoi choquer, et Le Figaro dénonce l’usage de procédés soviétiques.

Le ministre de l’Intérieur ukrainien Arsen Avakov se justifie pourtant : "Il ne s'agit pas d'un spectacle mais d'une piqûre de rappel adressée à ceux qui n'ont pas compris que la société ukrainienne ne supporte plus les corrompus au sein du pouvoir".

Parallèlement, Euronews fait part du limogeage de l’oligarque Igor Kolomoïski par le président ukrainien, gouverneur de Dnipropetrovsk, une région clé de l’est du pays. Il est soupçonné de trafic d’influence.

Dans Libération, la journaliste Hélène Despic-Popovic redoute que cette massive lutte contre la corruption ne "déstabilise encore un peu plus le pays", même si elle est nécessaire "car c’est une des raisons pour lesquelles la jeunesse de Kiev s’était soulevée l’an dernier sur le Maidan".

La menace vient aussi de l’extérieur de l’Ukraine : Washington craint en effet que la Russie ne relance le conflit dès qu’elle le voudra car, même si un cessez-le-feu a été signé entre l’armée ukrainienne et les rebelles prorusses, la Russie continue d’envoyer des équipements militaires [Romandie].

Selon un diplomate américain, "tout le monde s'attend à ce que le conflit redémarre […] La seule inconnue, ce sont les intentions de Vladimir Poutine".

Le Figaro précise d'ailleurs que la Russie continue de se déployer stratégiquement dans l’est de l’Europe, notamment en Géorgie.

Les autres sujets du jour

Sur Touteleurope.eu

Diplomatie, Défense