Derniers articles publiés

L'Irlande n'aurait plus besoin d'aide financière en décembre / Un cimetière nommé Méditerranée

Revue de presse 14.10.2013

Le Premier ministre irlandais, Enda Kenny, a annoncé samedi soir que le pays s'affranchirait le 15 décembre du plan d'aide accordé par l'Union européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international.

Enda Kenny (c) Commission européenne

"Dublin avait appelé à l'aide face à l'explosion de la bulle immobilière ainsi qu'au naufrage de ses banques et avait ainsi obtenu en 2010 un plan de sauvetage global de 85 milliards d'euros, assorti de conditions strictes", rappelle Le Monde/AFP.

De fait, poursuit le site, l'économie irlandaise s'est récemment améliorée : "au deuxième trimestre, elle est sortie de la récession, avec une croissance de 0,4 % grâce aux progrès du secteur de la construction et des exportations".

Pour La Tribune, ce succès s'explique pour deux raisons. D'une part "l'amélioration de la compétitivité s'est rapidement traduite par une amélioration des exportations et de la croissance, ce qui n'a pas été le cas d'économies moins industrialisées ou plus vastes comme l'Italie ou la Grèce". D'autre part, l'Irlande a nationalisé ses principales banques grâce à un crédit avantageux accordé par la Banque centrale européenne.

Toutefois, souligne Le Monde/AFP, "le chômage reste lui à plus de 13 %, même s'il est au plus bas depuis 2010". Un argument de poids pour le parti d'opposition Sinn Fein (gauche), qui "a estimé [que M. Kenny] ne comprenait rien à la situation réelle lorsqu'il affirmait que l'austérité des trois dernières années avait marché et avait été bénéfique à l'Irlande" [Reuters].

Le gouvernement de coalition (Fine Gael et Parti travailliste) doit présenter la semaine prochaine "un budget 2014 prévoyant la réduction d'un tiers du déficit et ramenant le montant des réductions de dépenses et des hausses de prélèvements obligatoires à environ 2,5 milliards d'euros" [Reuters]. Dès lors, le déficit devrait reculer à 4,8% du PIB l'année prochaine, conformément à ce qui a été convenu avec l'Union européenne.