Derniers articles publiés

L'autorisation d'un nouveau maïs OGM sème la zizanie en Europe

Revue de presse 12.02.2014

Réunis au sein du Conseil mardi 11 février, les 28 Etats membres de l'Union européenne se sont prononcés sur l'autorisation d'un nouveau maïs OGM. 19 Etats se sont opposés à la culture de ce nouveau maïs mais, malgré cette opposition l'introduction est approuvée, mettant en lumière les "mésententes entre Etats" [Les Echos] et remettant ainsi en cause la démocratie européenne selon la plupart des députés européens.

Maïs OGM Pioneer UE Conseil

Lors du Conseil Affaires extérieures qui réunissait à Bruxelles les 28 ministres des Affaires européennes, la France ainsi que 18 autres Etats ont voté contre l'introduction dans l'UE du maïs TC1507 produit par le groupe américain Pioneer. Cette absence de consensus laisse l'ultime décision à la Commission européenne. Un état de fait qui indigne notamment l'eurodéputée Corinne Lepage qui a twitté hier "#OGM 3 Etats pour imposent leur choix aux 25 autres, au Parlement et à 500 millions de personnes ! Est-ce normal ?" [Libération]. Dans une interview accordée à Libération, l'eurodéputé des Verts José Bové critique également "un système invraisemblable" où l'autorisation politique du nouvel OGM l'emporte sur les considérations techniques.

Le fonctionnement particulier du Conseil est rappelé par le Nouvel Observateur qui cite le service juridique de l'institution : "La règle veut que si le Conseil ne prend pas de décision, la Commission européenne devra approuver la culture dans les prochaines 24 heures". Une procédure qu'avait rappelée le commissaire Tonio Borg chargé de la Santé : "Si vous ne votez pas contre, alors vous êtes pour" avait-il prévenu les Etats membres.

La situation est donc aussi tendue qu'avant la tenue du Conseil. En effet, Thierry Repentin, ministre français des Affaires européennes, avait fait part avant la réunion qu'"il serait incompréhensible que l'opposition d'une majorité de pays puisse se traduire par une autorisation de planter ce maïs transgénique" [Le Monde].

Mais la France ne va pas se laisser faire. L'Express indique dans son article "Maïs transgénique : la riposte française face à l'UE" que le gouvernement de François Hollande a mis à l'agenda la priorité d'une loi interdisant le maïs OGM dans l'Hexagone. Une loi qui devrait être adoptée le 10 avril par le Parlement. C'est toutefois une position que le professeur Philippe Chalmin déplore pour l'industrie agricole dans une tribune du Figaro : "Mais quel désastre ! Est-il encore possible de redonner à l'industrie française des semences la compétitivité mondiale qui fut la sienne en termes d'innovation ?".

Toutefois, Le Monde souligne que si la Commission venait à autoriser la culture du maïs TC1507, elle s'exposerait à ce que les anti-OGM déposent un recours devant la justice européenne. Le risque réside également dans le message envoyé à quelques mois des élections européennes, qui pourrait entraîner une radicalisation des extrêmes politiques. "C'est la pire décision au pire des moments" résume le ministre hongrois des Affaires européennes [Le Nouvel Observateur].

Les autres sujets du jour