Derniers articles publiés

Israël furieux contre l'UE à propos du dossier palestinien

Revue de presse 18.12.2014

Le Parlement européen a appelé, hier, à reconnaître l'État palestinien, tandis que le Tribunal de l'Union européenne annulait la décision de placer le Hamas sur la liste des organisations terroristes. Israël a vivement réagi en ordonnant le retour de l'organisation palestinienne sur cette liste.

Federica Mogherini et Benjamin Netanyahu

"Après les parlements nationaux, Strasbourg prend le pas", constatent Les Échos au sujet de l'appel du Parlement européen à reconnaître l'État palestinien. Le site du quotidien précise néanmoins que c'est "une résolution de compromis", qui "a évolué vers une formule plus neutre non contraignante", afin de rallier le Parti populaire européen. Constat partagé par EurActiv qui titre : "le Parlement européen appelle du bout des lèvres à reconnaître l'État palestinien". Le site Internet parle d'un "rétropédalage par rapport à la formulation d'origine prévue par le texte socialiste".

Cette résolution fait suite à la reconnaissance par la Suède de l'État palestinien. Sept autres États avaient déjà reconnu le pays avant leur entrée dans l'UE. Plus récemment, les parlements britanniques, français, espagnol et irlandais ont appelé à cette reconnaissance. Pour Le Taurillon, "ces décisions n'ont a priori qu’une portée symbolique et aucune application concrète ; comme le dit le géopolitologue Frédéric Encel, 'la souveraineté, ça se proclame sur le terrain (…) et non pas à l’extérieur'". Le site Internet ajoute qu'"aussi longtemps qu’Israël sera en mesure d’exercer un contrôle sur ses territoires, la Palestine ne sera nullement un État souverain".

Le même jour, par un hasard du calendrier, le Tribunal de l'Union européenne a annulé la décision du Conseil plaçant le Hamas sur la liste des organisations terroristes, pour vice de procédure, tout en maintenant les décisions de gel des fonds de l'organisation pendant trois mois. "C'est une décision qui pourrait changer les relations internationales", estime Le Parisien. Le site du quotidien note la "satisfaction" de l'organisation palestinienne, alors que "le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exigé mercredi que l'Union européenne replace 'immédiatement' le Hamas sur les listes des organisations terroristes". Le Parisien ajoute que "le Hamas n'a pas réformé sa charte qui continue d'évoquer la destruction d'Israël".

Le Conseil a trois mois pour prendre une nouvelle décision de gel des fonds ou deux mois pour se pourvoir en appel auprès de la Cour de justice de l'UE contre cette décision. "C'est un vice de procédure plutôt gênant", selon Europe 1, mais "cette annulation est cependant à relativiser". Le site de la radio explique que le Tribunal de l'UE a "précisé que  cette annulation 'n'implique aucune appréciation de fond sur la question de la qualification du mouvement Hamas de groupe terroriste'". De son côté, "la Commission européenne considère toujours le Hamas comme une organisation terroriste", rapporte Euronews. Le site Internet explique qu'"à la commission, on insiste sur le caractère juridique et non politique de cette décision de la cour, et l’on envisage d’ailleurs de faire appel".

Les autres sujets du jour

Sur Touteleurope.eu

Culture, Sport

Asile, migrations, Schengen