Derniers articles publiés

Irlande et Espagne quittent le plan de sauvetage européen/ Croissance française en panne

Revue de presse 15.11.2013

L'Espagne et l'Irlande vont enfin voler de leurs propres ailes, après respectivement un an et trois ans de tutelle internationale. Une bonne nouvelle pour ces deux économies sauvées de la banqueroute en 2010 et 2012. Surtout, un signal positif pour la zone euro.

Jurado & Noonan

"Les Irlandais et les Espagnols sont passés par une période difficile, mais j'ai confiance dans le fait que leurs efforts seront payants", commentait ce matin Jeroen Dijsselbloem, ministre néerlandais des Finances et président de l'Eurogroupe. Il a "félicité les deux pays en ce moment important" [L'Express].

Selon Les Echos, trois ans après avoir obtenu une aide de 85 milliards d'euros de l'Union européenne et du FMI, l'Irlande sortira le 15 décembre du programme d'assistance, sans réclamer la moindre aide supplémentaire.

Dublin a annoncé hier, via son ministre des Finances, Michael Noonan, qu'il ne demandera pas de crédit de précaution, une option longtemps étudiée afin de parer tout problème éventuel lors de son retour sur les marchés financiers. Selon le ministre, le pays préfère désormais naviguer seul sur les marchés financiers et s'affranchir de la tutelle de ses créanciers pour retrouver toute sa souveraineté.

"Depuis trois ans, nous avons répondu positivement aux 260 conditions et critères imposées par la troïka. Notre économie est à nouveau en croissance, (…) et si, malgré tout, de grands efforts restent encore à faire, ils se feront sous notre autorité et non plus sous celle de la troïka", a-t-il expliqué.

Avec un déficit budgétaire de 7,4 % du PIB en 2013, une dette publique de 117 %, et un taux de chômage de plus de 13 %, l'Irlande n'est pas encore rétablie. Mais elle s'attend à une reprise économique de 1,75 % cette année et compte ramener son déficit budgétaire à 4,8 % en 2014 puis 3 % en 2015.

Quant à l'Espagne, à l'issue du programme d'aide actuel, la quatrième économie de la zone euro ne demandera pas de nouvelle aide financière au MES. Elle avait été doublement frappée en 2008 par l'éclatement de sa bulle immobilière et le démarrage de la crise financière internationale. Le pays s'était vu octroyer au printemps 2012 une aide de 100 milliards d'euros, dont seuls 41,3 milliards avaient été utilisés, rappelle Le Monde.

L'aide fournie par le MES (le mécanisme européen de stabilité), le filet de sécurité de la zone euro, "s'est avérée efficace pour traiter les fragilités du système financier. La situation générale du secteur bancaire espagnol s'est significativement améliorée", ont commenté hier les ministres des Finances de l'Eurogroupe réunis à Bruxelles [L'Express].

Un signal positif pour la zone euro donc qui affiche, ce trimestre encore, une croissance quasi-nulle à 0,1 % [Libération].

Les autres sujets du jour