Derniers articles publiés

Immigration : l'UE et la stratégie de l'autruche

Revue de presse 15.05.2014

Publié hier, le dernier rapport de l'agence Frontex – en charge de la surveillance des frontières extérieures de l'UE – tire la sonnette d'alarme sur une hausse inédite du nombre d'immigrants en Europe. Les articles consacrés au sujet mettent l'accent sur les difficultés de l'UE pour faire face à ce phénomène, difficultés notamment dues au manque de moyens financiers et à la faible volonté de certains Etats membres moins exposés de se saisir du problème.

Camp de réfugiés syriens

L'UE fait face à un pic historique d'immigration : c'est ce que révèle le dernier rapport de Frontex. Parmi ces flux migratoires, l'agence met particulièrement en avant la part de l'immigration illégale qui a augmenté de 48%, ainsi que les 30% supplémentaires de demandes d'asile depuis le dernier bilan de l'agence. Selon Le Figaro, "le dernier bilan de l'agence Frontex, bras séculier de l'Europe pour le contrôle des frontières extérieures de l'Union, contient tous les ingrédients d'une crise".

Sur 350 000 demandes d'asiles en 2013 en Europe, 51 000 proviennent de citoyens syriens qui fuient la guerre, ce qui équivaut au double des demandes syriennes en 2012. Le conflit syrien est en effet une des trois raisons qui expliquent l'accroissement des chiffres révélés par Frontex. Le Monde revient également sur l'utilisation accrue de la route des Balkans de l'Ouest, ainsi que la persistance des flux migratoires depuis l'Egypte et la Libye.

Conséquences tragiques de ces exodes massifs depuis l'Afrique du nord, les réguliers naufrages d'embarcations de fortune au large des côtes de l'Italie viennent révéler les dysfonctionnements de l'UE sur le sujet du contrôle de l'immigration. Face à l'immobilisme européen, Le Figaro revient sur la colère de l'Italie – particulièrement exposée aux flux de clandestins. "Nous devons dire à l'Europe qu'elle ne peut sauver ses banques et ne pas en faire autant pour les femmes et enfants secourus en mer. L'Europe doit nous aider. Ses institutions ne peuvent pas tourner la tête ailleurs", a ainsi sommé le président du Conseil italien, Matteo Renzi.

Le financement des opérations de sauvetage en mer est au centre des difficultés italiennes, Rome supportant un coût supérieur aux autres Etats membres, rappelle Le Figaro. Le thème sera au cœur de la présidence italienne du Conseil de l'UE, du 1er juillet prochain au 1er janvier 2015. De plus, sur la question financière, un autre article du Figaro révèle que le budget de Frontex a subi une baisse ces deux dernières années.

"Immigration : la funeste myopie européenne", titre quant à lui Le Monde : son correspondant à Bruxelles, Jean-Pierre Stroobants, y souligne l'enjeu de campagne pour les européennes que représente l'immigration, jusque-là apanage de l'extrême droite.

L'urgence à se saisir du problème est grande alors que les prévisions sont sombres : "si la tendance se confirme, l'année 2014 pourrait bien être la pire qu'aient connue les institutions européennes en matière d'immigration clandestine depuis longtemps", indique enfin Le Figaro.

Les autres sujets du jour

Culture, Sport