Derniers articles publiés

Grèce-Allemagne : la rencontre de la dernière chance ?

Revue de presse 23.03.2015

La rencontre prévue entre le Premier ministre grec et la chancelière allemande aura lieu ce soir à Berlin. Si la presse semble partagée quant à l’issue de cette rencontre, tous applaudissent la patience et la diplomatie de Mme Merkel.

Alexis Tsipras - Angela Merkel

Après un mini-sommet ayant réuni les présidents des institutions européennes, la chancelière allemande et le président français le 19 mars dernier, Alexis Tsipras rencontrera de nouveau Angela Merkel. L'objectif de cette entrevue est de pacifier les relations entre les deux pays et de calmer les tensions, de plus en plus vives ces derniers jours.

Le journaliste Jean Quatremer explique dans Libération que la rencontre de vendredi à Bruxelles s’est soldée par un échec : les responsables européens ont refusé à Athènes le déblocage immédiat de la dernière tranche d’aide tant que le pays n’aura pas mené les réformes exigées par l’Union européenne. En outre, tous estiment que ce déblocage de fonds doit se négocier avec les 19 membres de l’Eurogroupe.

Libération, dans un autre article au sujet de la rencontre Tsipras-Merkel, parle d’un "tête-à-tête de deux entêtés".

Cette rencontre va se faire dans une atmosphère de "tension" de "relations à fleur de peau entre Berlin et Athènes", selon le correspondant à Berlin du Monde. L’opinion publique se montre en effet "hostile" au mouvement Syriza, et il est donc difficile pour le pouvoir allemand de s’afficher aux côtés du gouvernement grec.

Le Figaro souligne de son côté que la chancelière allemande est "honnie par l’opinion grecque", et se montre plutôt pessimiste quant au déroulé de cette entrevue : le gouvernement allemand estime que "la confiance a été détruite" et ce, malgré toute la bonne volonté d’une Angela Merkel "polie" "qui fait mine de croire que les différences d’opinion peuvent se muer en convergence".

De nombreux articles notent le malaise que le paiement des réparations de guerre à la Grèce a créé [Les Echos ; Le Figaro] : de vieux démons allemands se sont réveillés. Le magazine allemand Spiegel, en tentant d’interroger la superpuissance germanique en Europe, a même suscité une vive polémique en illustrant la chancelière aux côtés d’officiers nazis devant l’Acropole.

Pour Les Echos, bien au contraire, "le ton baisse entre Athènes et ses partenaires européens" et cette rencontre à Berlin "devrait contribuer à l’apaisement entre la Grèce et l’Allemagne" puisque M. Tsipras a été "mis en confiance" par une Angela Merkel "pédagogue".

Quoiqu’il en soit, l’objectif ultime est d’éviter la sortie de la Grèce de la zone euro. Angela Merkel s’y engage, elle l’aurait promis à François Hollande [Le Figaro].

Le Monde rapporte que le président de la Commission Jean-Claude Juncker a annoncé qu’il allait verser au gouvernement grec deux milliards d’euros de fonds européens non utilisés afin de lutter contre la "crise humanitaire" qui, selon le parti Syriza, fait rage en Grèce.

Ces fonds ne sont en aucun cas destinés à renflouer les caisses de l’Etat grec. Ils devront être mis à la disposition des familles les plus pauvres sous forme de bons alimentaires ou de transport, ou de gratuité en fourniture d’eau ou d’électricité.

Les autres sujets du jour

Pays de l'UE

La France dans l'UE