Derniers articles publiés

Fraude fiscale, euro fort et OGM

Revue de presse 07.11.2013

Publié jeudi 7 novembre par l'ONG Tax Justice Network, un rapport sur l’opacité financière dans 82 pays montre que les Etats européens sont loin d’être champions dans la lutte contre les paradis fiscaux. La Grande-Bretagne est particulièrement épinglée, tandis que la France fait son entrée dans le classement à la 43eplace [Les Echos].

fraude fiscale

Alors que l'OCDE se réunit à Istanbul dès aujourd'hui pour un forum consacré aux délits financiers, le classement publié par l'ONG Tax Justice Network (TJN ou Réseau mondial pour la justice fiscale) devrait faire pas mal de bruit du côté des pays développés, estime Challenges.

L'étude s'appuie sur quinze indicateurs, regroupés sous quatre chapitres, qui mesurent l’opacité des places financières : qui est le véritable propriétaire des biens ? Quelle est la transparence des entreprises ? La réglementation financière et fiscale est-elle efficace ? Le pays fournit-il des informations demandées par les autres pays sur leurs contribuables ?

Sans surprises, c'est la Suisse qui arrive en tête du classement. Elle est suivie par le Luxembourg [Le Monde], pays où le TJN dénonce  "un mélange dangereux d'opacité, de lacunes dans la législation fiscale et de règles financières laxistes".

L'Asie n'est pas en reste dans ce classement puisque Hong Kong et Singapour se classent respectivement 3e et 4e. Ils ont profité de la croissance de la région mais aussi des transferts de l'activité offshore (marché des services financiers à destination des non-résidents) en provenance d'Europe et d'Amérique du Nord pour gonfler leur secteur financier, qui reste particulièrement opaque. Les fameuses îles Caïman, malgré quelques efforts, ont augmenté leur part de marché dans l'activité offshore mondiale et sont 5e de ce palmarès

Classés à la sixième place, les Etats-Unis restent pour TJN "un territoire opaque très important, puisqu’il propose de l’opacité financière à la fois au niveau fédéral et au niveau des États", notent Les Echos. Dans le top 10 mondial, on retrouve ensuite le Liban (7e), Jersey (8e) et, plus surprenant, l'Allemagne (9e) et le Japon (10e). Nos voisins d'Outre-Rhin hébergent notamment un important volume d'avoirs étrangers illicites, même si leur industrie financière est plus modeste que celle des Etats-Unis.

La France n'est pas non plus exempte de tout reproche. Elle fait son entrée dans le classement à la 43e place parmi les 82 pays répertoriés. Son score d'opacité atteint les 41%, avec un poids dans la finance mondiale offshore de 2,1%.

La surprise du classement vient du Royaume-Uni  qui, bien que classé 21ème, est largement fustigé par l'ONG.  Elle estime qu'il est en réalité le champion mondial de l'opacité financière si l'on prend en compte  la "British Connection", ces 10 territoires satellites qui dépendent de la couronne britannique (Jersey, Guernesey, l’Ile de Man, Iles Vierges, les Bermudes, Gibraltar, Anguilla, Iles Turks et Caicos, Grenade, Montserrat). "Ce réseau permet à la City de garder le business financier douteux à portée de main, tout en évitant d’en avoir la responsabilité quand un scandale éclate", écrivent les responsables de Tax Justice Network. Ce dispositif représente entre le tiers et la moitié du marché mondial des services offshore [Le Monde].

Les autres sujets du jour

Elections européennes 2014

Numérique

Pays de l'UE

Pays de l'UE

Justice et droits