Derniers articles publiés

En état d'alerte, Bruxelles recherche les auteurs présumés des attentats de Paris

Revue de presse 23.11.2015

La capitale belge a été mise en sommeil depuis samedi, quand l'état d'alerte a été déclaré par le ministère de l'Intérieur par peur de voir se dérouler des évènements similaires aux attentats qu'a connus Paris vendredi dernier. Plusieurs opérations simultanées ont été menées dans les quartiers de la ville ainsi que dans les communes avoisinantes telles que Molenbeek.

Alerte niveau 4 à Bruxelles

"L’alerte est survenue dans la nuit de samedi à dimanche. 'Menace imminente en Région bruxelloise' […] dans les 19 communes de la région de Bruxelles", rapporte Bruxelles 2. L'alerte est maintenue, ce lundi "Bruxelles se prépare à une troisième journée à l'arrêt et sur le qui-vive", d'après Le Figaro.

"Ce que nous redoutons, ce sont des attaques similaires à Paris, avec plusieurs individus, avec des offensives à plusieurs endroits", a déclaré Charles Michel, le Premier ministre belge [Libération].

La Croix évoque une "ambiance d’État de siège" dans la capitale belge, une situation que Bruxelles 2 qualifie d'"alerte inégalée" : "de mémoire de Bruxellois on ne se rappelle pas une telle mise en sommeil aussi brutale".

Le Monde rapporte que "dimanche soir, la police a mené 21 perquisitions", donnant lieu à "seize arrestations". Afin d'assurer l'efficacité des mouvements des forces de l'ordre, "la police a diffusé un appel à ne pas diffuser d'informations" [Le Figaro].

Les Echos précisent que ces opérations visent "tout particulièrement Salah Abdeslam, ce Français de 26 ans résidant en Belgique qui a joué au minimum un rôle de logisticien dans les attentats de Paris".

Néanmoins, "la menace est plus large que le seul présumé terroriste Salah Abdeslam. […] Un troisième suspect arrêté en Belgique a été inculpé vendredi 20, pour terrorisme. Des armes ont été retrouvées à son domicile." [La Croix]

Selon La Tribune, "Salah Abdeslam […] reste néanmoins introuvable, a annoncé le parquet fédéral de Belgique tôt ce matin". Le quotidien cite le ministre belge de l'Intérieur, Jan Jambon, d'après lequel "l'action n'est pas encore terminée."

Les Echos estiment que "la Belgique est devenue une base arrière du djihadisme en Europe". D'après le quotidien, "rapporté au nombre d’habitants, la Belgique compte le plus grand nombre de combattants étrangers en Europe". Slate.fr rappelle un rapport de l'ONU qui comptabilisait "500 Belges partis ou revenus d'Irak et de Syrie au cours des dernières années".

Quand ce ne sont pas les Belges eux-mêmes, les djihadistes des pays frontaliers semblent également s'inviter sur le territoire. "'La Belgique est un petit pays d’où l’on entre et sort rapidement, c’est de nature à attirer tous ceux plongés dans des activités illégales', estime Brice De Ruyver, l’ex-conseiller à la sécurité de l’ancien Premier ministre belge Guy Verhofstadt" [Les Echos].

L'Express
s'attarde sur la commune bruxelloise de Molenbeek, où "au moins trois auteurs présumés des attentats de Paris ont grandi" et dans laquelle "le revenu moyen par habitant est le plus faible de la région bruxelloise". Molenbeek, récemment qualifiée de "repaire de djihadistes", s'inquiète pour sa jeunesse. En effet, "les recruteurs profitent de l'angoisse identitaire des jeunes Molenbeekois qui se sentent rejetés par la société belge. Ils jouent le 'eux' contre 'nous'".

Les autres sujets du jour

Pays de l'UE