Derniers articles publiés

Elections européennes : l'épouvantail du traité transatlantique

Revue de presse 06.05.2014

A 19 jours des élections européennes, de nombreux articles reviennent sur les sujets de la campagne. Le partenariat de libre-échange transatlantique (TTIP) avec les Etats-Unis et les oppositions qu'il rencontre sont particulièrement mis en lumière aujourd'hui.

Sommet UE-USA mars 2014 Van Rompuy, Obama, Ashton, De Gucht

Officiellement lancées en juillet 2013, les négociations du partenariat transatlantique de commerce et d'investissement font l'objet d'une importante couverture par Le Figaro. Le quotidien explique à quoi correspond le projet d'accord commercial entre l'UE et les Etats-Unis et les mécanismes de sa négociation, en insistant sur le rôle du Parlement européen : celui-ci "intervient en fin de procédure par un vote pour ou contre mais ne peut amender le texte. L'avis du Parlement est donc décisif" [Le Figaro].

C'est également la question de l'utilité de cet accord qui est soulevée par Le Figaro dans un autre article. Si "les négociations entre l'Union européenne et les États-Unis vont encore durer de longs mois, voire plusieurs années" rapporte la journaliste Anne Cheyvialle, le projet n'en reste pas moins très clivant.

"Le traité de libre-échange transatlantique divise droite et gauche", titre Le Figaro. Le dossier, dont les négociations se sont faites discrètes, fait partie des thèmes de la campagne européenne et toutes les formations politiques y reviennent, alors que l'extrême-gauche et les écologistes y sont opposés. Tribunal supranational de règlement des différends entre Etats et entreprises, appellations d'origine, risques sanitaires et environnementaux, règles de réciprocité d'accès aux marchés publics, transparence des négociations… autant de points épineux qui sont à l'origine de ce rejet [Le Figaro]. "Arme de destruction massive contre la démocratie" pour la tête de liste EELV dans l'Ouest, Yannick Jadot, celui-ci appelle les citoyens à refuser par leur vote du 25 mai le danger que représenterait la conclusion de cet accord [Marianne].

Toutefois, la tête de liste UMP en Île-de-France, Alain Lamassoure, pointe du doigt l'ambiguïté de la perception du traité : "contrairement à ce qui est dit, ce n'est pas du tout un traité de libre-échange, et ce n'est qu'accessoirement un traité de commerce. Le véritable enjeu, c'est la maîtrise des normes et des standards. Celui qui arrivera à imposer ses standards au reste du monde gagnera les marchés. Et, à l'origine, ce sont les Européens qui ont voulu ce traité. Les Américains, eux, traînent les pieds" [Le Figaro].

Le journaliste Pierre-Yves Dugua revient sur l'absence, pour le moment, de véritable polémique puisque les négociateurs n'ont pas réussi à s'entendre sur les sujets les plus délicats, ce qui laisse présager de longues discussions avant l'aboutissement du projet. Une raison qui peut expliquer que Barack Obama ne se soit pas véritablement engagé pour la conclusion de cet accord. Mais ce sont également les élections législatives américaines de novembre et les négociations parallèles pour un accord de libre-échange transpacifique qui pèsent dans la balance [Le Figaro].

Un nouveau round de négociations (le cinquième) est prévu juste avant le scrutin européen, le 19 mai à Washington.

Les autres sujets du jour

Humanitaire, développement