Derniers articles publiés

Elections européennes : EELV dégaine la carte Cohn-Bendit

Revue de presse 05.03.2014

"C'est le come-back du gri-gri" indique Libération aujourd'hui. Daniel Cohn-Bendit – qui n'a plus d'enjeux politiques à faire valoir – était en effet présent hier au lancement de la campagne du parti Europe Ecologie – Les Verts (EELV) pour les élections européennes. Son soutien participe au grand espoir du parti de voir une réussite d'EELV à la hauteur des 16,28% des voix remportées en 2009 aux élections européennes – un chiffre jusque-là inégalé.

Daniel Cohn-Bendit

Hier, les têtes de liste d'EELV étaient toutes réunies à Paris pour une conférence de presse lançant la campagne du parti pour les élections européennes. Parmi les candidats présents (Eva Joly, Karima Delli, Yannick Jadot, José Bové, Sandrine Bélier, Michèle Rivasi …), un invité particulier figurait également au casting : Daniel Cohn-Bendit, eurodéputé sortant et tête de liste pour la région Ile de France en 2009. Son implication est pour le moins surprenante si l'on se rappelle son annonce de retraite politique, souligne la presse ce matin. De plus, Libération rappelle qu'il n'est même plus membre du parti depuis décembre 2012, suite aux tensions internes qui existaient entre lui et d'autres membres.

Et pourtant, il est présenté comme le sauveur d'EELV. Devant les craintes d'un score faible par rapport à la surprise de 2009 (forte abstention, poussée des extrêmes) [La Voix du Nord], il a donc été décidé d'une "opération de com" analyse L'Opinion qui titre "Tapis rouge pour "Dany" le vert, appelé à la rescousse par EELV". La presse déverse une myriade de qualificatifs élogieux face à ce soutien phare pour la campagne : "incontournable" [Le Point], "fétiche", "père prodigue" [Libération]. C'est sur son magnétisme médiatique que compte le parti pour s'assurer un résultat à deux chiffres lors du scrutin du 25 mai. "Il attire les caméras dans tous les pays d'Europe parce qu'il incarne la citoyenneté européenne" explique Sandrine Bélier, eurodéputée de la circonscription de l'Est qui se représente en tête de liste cette année. Karima Delli, également tête de liste mais pour le Nord-Ouest, va même jusqu'à déclarer : "Il est notre boussole" [Libération].

"J'ai passé un pacte de responsabilité avec Europe Ecologie – Les Verts. Je suis prêt à donner un coup de main pendant la campagne [des élections européennes] et EELV est prêt à me donner un coup de main pour transformer l'Europe" a expliqué hier Daniel Cohn-Bendit [Le Monde].

Les espoirs placés en lui sont tels que "les écologistes sont prêts à tout passer à Daniel Cohn-Bendit, même son soutien affiché au centriste Michel Barnier" [Le Point]. M. Cohn-Bendit a en effet indiqué que le candidat pressenti du Parti populaire européen à la présidence de la Commission européenne représentait la seule option possible pour lui : "Barnier c'est un Delors de centre-droit, le seul candidat crédible" [Libération]. Un poste de président de la Commission qui pourrait bien signer le possible retour de "Dany le rouge" en 2019 ainsi que celui-ci l'évoque : "Je ne suis pas candidat sauf si EELV réussit à ce que, dans cinq ans, le président de la Commission européenne soit élu directement par les Européens. Alors même à 74 ans, je me poserai la question..." [Le Monde].

Si EELV compte sur ce pilier pour sa réussite aux européennes, d'autres personnalités du parti sont également susceptibles d'être mobilisées comme Noël Mamère [L'Opinion].

Les autres sujets du jour

Numérique

Diplomatie, Défense