Derniers articles publiés

Elections européennes : cacophonie à l'UMP et détermination du FN

Revue de presse 08.01.2014

La presse en ligne revient aujourd'hui sur les élections européennes des 22 et 25 mai prochains et fait le point sur l'avancée des candidatures du Front National et de l'UMP.

Marine Le Pen (c) Parlement européen

L'Opinion (édition abonnés) rappelle l'importance du scrutin  européen pour Marine Le Pen. Cette échéance électorale, la présidente du FN en a bien compris la force pour son parti, qu'elle espère voir arriver "en tête aux européennes", grâce à une stratégie électorale de rejet de l'Europe, "à la racine du mal français" [Les Echos]. Ses vœux d'hier à la presse lui ont donné l'occasion de réaffirmer son intention d'amputer, notamment grâce aux européennes, "le système UMPS", selon ses mots. L'article insiste sur cette date qui pourrait mener à "un changement de politique en France" dans le cas d'une victoire du FN.

De son côté, Libération, qui titre "L'UMP" encore loin des européennes", revient sur les désaccords existants à l'UMP pour ce qui est de la nomination des candidats. Le fiasco de la commission nationale d'investiture interrompue hier laisse présager un blocage de la situation. Des auditions supplémentaires de candidats sont prévues et il a été mis en avant le fait que "l'UMP ne renonce pas à faire alliance avec l'UDI". Une prochaine rencontre est prévue le 21 janvier.

Cette "cuisine" interne à l'œuvre au sein de l'UMP est illustrée dans Libération. En effet, parmi les noms qui reviennent, celui de Michèle Alliot-Marie est brandi dans plusieurs régions à la fois (Sud-Ouest, Nord-Ouest et Ile-de-France). Le quotidien, qui la qualifie de "joker inattendu" et de "candidate virtuelle qu'on agite un peu partout", souligne l'incertitude de cette candidature instrumentalisée çà et là par certains.

A côté de cela, "L'Europe ne peut pas être un deuxième choix", indique Eric Woerth dans L'Opinion, appelant à l'unité des positions des élus de l'UMP à l'intérieur du Parti populaire européen et à l'engagement des futurs eurodéputés au respect de leurs fonctions jusqu'à la fin du mandat qui leur sera donné.