Derniers articles publiés

Conseil franco-allemand : l'unité Merkollande à l'affiche

Revue de presse 20.02.2014

"France-Allemagne : des petits pas mais dans la même direction". Après le Conseil des ministres franco-allemand qui s'est déroulé hier à Paris, Les Echos résument les échanges qui ont eu lieu : un bilan en demi-teinte alors que les sujets d'entente sont nombreux.

François Hollande Angela Merkel Conseil des ministres franco-allemand 19 février 2014

Comme prévu, le Président français et la Chancelière  ont abordé de nombreux points. Si cette rencontre soulevait peu d'attentes [La Tribune], une convergence importante entre Paris et Berlin a été tout de même affichée [Les Echos]. "Hollande et Merkel, plus unis que jamais", titre Libération, soulignant que la nouvelle coalition allemande – le SPD étant entré au gouvernement – a une influence sur l'"intimité politique" qui se créée entre les deux pays.

En effet, un grand nombre de projets a été mis à l'agenda par les deux chefs de gouvernement: la finalisation de l'Union bancaire, l'accord sur la taxe sur les transactions financières (TTF), une convergence social et fiscale, une union de l'énergie, la transition énergétique, la défense et une Europe du numérique [Les Echos]. Mais les résultats concrets de ces déclarations font douter certains, dont le journaliste Jean-Marc Vittori dans Les Echos : "comme si la confiance et l'envie n'étaient pas, ou pas encore, assez grandes pour avancer vraiment ensemble", analyse-t-il. Une défiance surtout de la part de l'Allemagne qui, selon le journaliste, "ne peut pas se fier à la France".

Sur la taxe sur les transactions financières, le tandem plaide pour un accord avant les élections européennes de mai, un accord qui inclurait tous les produits dérivés et qui serait donc "un signal très important pour les hommes et les femmes d'Europe" a souligné la chancelière allemande [Les Echos]. Mais plusieurs ONG dénoncent l'absence de volonté politique sur ce dossier : "La France et l'Allemagne prouvent qu'elles n'arrivent toujours pas à mettre leurs intérêts nationaux de côté pour proposer une taxe progressiste et servant l'intérêt général" déplore la directrice de ONE France, Friederike Röder [La Tribune].

Alors que l'Allemagne se réinvestit de plus en plus dans les affaires étrangères, le rapprochement franco-allemand a été très clair en ce qui concerne l'Afrique avec notamment l'envoi de la brigade franco-allemande au Mali et la préparation conjointe du sommet UE-Afrique, une opportunité selon Angela Merkel qui a indiqué qu'"il faut utiliser cette chance d'être unis pour donner une impulsion nouvelle" [Libération].

Les deux dirigeants se sont également prononcés sur la situation en Ukraine. Ils ont affiché une position commune ferme à l'égard des violences qui se multiplient depuis mardi, dénonçant l'usage de la force de la part du gouvernement de Viktor Ianoukovitch. "Moi-même, avec nos deux gouvernements, nous avons condamné tous ces actes et la répression venant du pouvoir" s'est ainsi exprimé François Hollande [Le Figaro]. L'usage de sanctions est souhaité mais Libération indique que celles-ci ne concerneront probablement pas le président ukrainien. De plus, selon Angela Merkel reprise par L'Express, "seul le dialogue politique peut véritablement produire des progrès".

Les autres sujets du jour

Ils font l'Europe

Emploi, social

Sécurité, terrorisme

Recherche & innovation

Diplomatie, Défense