Derniers articles publiés

Commission européenne : Schulz en avant toute

Revue de presse 03.03.2014

"Martin Schulz officiellement candidat socialiste à la tête de la Commission européenne" [La Tribune]. Le 10ème congrès du Parti socialiste européen (PSE), qui s'est tenu à Rome samedi, a officiellement désigné l'actuel président du Parlement européen, l'Allemand Martin Schulz, comme candidat pour leur parti à la tête de la Commission européenne. La presse revient sur le candidat et l'homme.

Martin Schulz candidat à la présidence de la Commission européenne

C'est très largement que Martin Schulz a été élu candidat officiel du PSE pour la course à la présidence de la Commission européenne. En effet il a recueilli 368 voix sur 404, 2 délégués seulement s'étant prononcés contre et 34 s'étant abstenus [Le Figaro]. La candidature de M. Schulz, bien qu'officialisée seulement ce samedi, était déjà fixée depuis plusieurs mois. Le Parti socialiste européen est donc en avance sur l'opposition puisque le Parti populaire européen (PPE) désignera son candidat officiel pour la présidence de la Commission européenne lors du Congrès de Dublin le 6 mars prochain.

"Durant les cinq prochaines années, pour chaque action prise dans l’Union européenne, nous devons répondre à une question : cela va-t-il créer de l’emploi ? Que pouvons-nous faire de plus pour donner une chance à nos enfants ?" a expliqué l'Allemand lors du congrès [Euronews]. L'emploi est en effet le fer de lance du candidat qui souhaite "réduire le fossé entre les riches et les pauvres, entre les grands pays et les petits pays" indique-t-il [Le Point].

Si Le Point le décrit comme "avenant et chaleureux, mais aussi autoritaire, voire parfois brutal" et "fonceur", il possède également un franc parler caractéristique tel que Martin Schulz explique lui-même "il faut parler sans ambages pour que les gens nous comprennent". Plusieurs quotidiens dressent son portrait, comme Le Monde qui revient sur l'autodidaxie et le dynamisme de l'Allemand qui ne plaît pas à tout le monde en Europe, le Britannique David Cameron et le Hongrois Viktor Orban comptant parmi ses principaux opposants. "Il a la tête de Lénine et parle comme Hitler" n'hésite pas à déclarer l'ancien président du Front national Jean-Marie Le Pen [Le Point].

L'ambition européenne de M. Schulz est mise en lumière par Libération qui revient sur les déceptions qu'il a pu avoir en tant que président du Parlement européen. Cet "hyper actif au sens politique aigu" [Challenges] a su partir avant tout les autres dans sa bataille pour la Commission européenne. Toutefois, son style "dynamique et offensif" qui a su faire émerger davantage le Parlement européen est salué par l'eurodéputée Sylvie Goulard [Le Point].

Outre la question de cette candidature durant le congrès, il a également été adopté un manifeste pour "une nouvelle Europe" [Le Point] appelant à la rupture avec "l'Europe de la peur et de l'austérité" créée par la droite. La campagne socialiste européenne pour les européennes rejoint également cette idée avec le slogan "l'Europe change de cap" [Euronews]. Tous les chefs de gouvernement socialistes des Etats membres étaient présents et certains se sont exprimés à ce sujet, comme par exemple Jean-Marc Ayrault, Premier ministre français, qui a appelé à un "nouvel avenir, car l'Europe ne peut pas continuer comme ça (…) c'est le projet européen qui est en danger" [Le Point].

Les autres sujets du jour

Commerce extérieur

Justice et droits

Sécurité, terrorisme

Agriculture, pêche

Diplomatie, Défense

Recherche & innovation

Pays de l'UE