Derniers articles publiés

Catalogne : le tribunal constitutionnel suspend le référendum

Revue de presse 30.09.2014

Après l'Ecosse, la Catalogne veut, elle aussi, se prononcer sur l'indépendance de la région mais "Madrid contre-attaque" [Libération]. Hier, le Tribunal institutionnel a accepté le recours du gouvernement, suspendant le référendum prévu par Artur Mas, président de la communauté autonome de Catalogne. La consultation était prévue le 9 novembre prochain.

Manifestation catalane

"L'Espagne ne veut pas du référendum catalan (…) l'accusant d'attenter à 'la souveraineté' du pays", rapporte Ouest France, pour qui "le bras de fer se poursuit". Sans attendre la décision du tribunal, " le gouvernement catalan avait donné dès dimanche le coup d'envoi des préparatifs logistiques du scrutin", explique Le Monde. La consultation est suspendue jusqu'à ce que les juges se prononcent, dans un délai maximum de cinq mois.

Cette journée a été marquée par un nouveau chassé-croisé de propos très vifs entre le chef du gouvernement Mariano Rajoy, qui accusait l'initiative de la Catalogne d'attenter à "la souveraineté" de l'Espagne, et le président de la région Artur Mas qui dénonçait "la vitesse supersonique" avec laquelle s'est réuni le Tribunal constitutionnel [La Croix].

Euronews explique que "la tension et les problèmes viennent de loin et le divorce a été consommé le 11 septembre dernier lors de la fête nationale de la Catalogne". Une manifestation réunissant près de deux millions de Catalans avait eu lieu en réaction à la position de Mariano Rajoy, qui avait exclu toute possibilité d'accord.

Citant les articles du code pénal correspondants, le journal espagnol ABC explique quels seraient les éventuels délits dont pourrait être accusé  le dirigeant catalan s'il persiste dans l'organisation du référendum : "désobéissance", "prévarication", "sédition", "malversation" et "délit contre l'intimité".

El Pais donne la parole à Jean Leclair, professeur de droit à Montréal, qui compare les situations écossaise, québécoise et catalane : "la campagne du référendum écossais, marquée par un processus pacifique et négocié avec Londres, a suscité l'espoir des nationalistes de toutes obédiences". Il ajoute : "lamentablement, elle a aussi contribué à alimenter l'idée selon laquelle un référendum, qui ouvre la voie de l'indépendance, constitue l'unique vecteur de liberté pour les groupes nationaux minoritaires".
 

Les autres sujets du jour

Mobilité, Erasmus