Derniers articles publiés

Cap sur les Européennes : cacophonie à l'UMP, crainte au PS et mobilisation contre l'abstention

Revue de presse 15.04.2014

J – 40. "Les élections européennes seront une élection difficile, mais elles ne sont jamais faciles" résume Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, invité de RTL ce matin. Les quotidiens dressent l'état des lieux de la campagne des européennes en France : d'importantes disparités apparaissent entre les partis.

François Hollande Martin Schulz Parlement européen février 2013

"La question européenne va-t-elle faire exploser l'UMP ?" s'interroge Le Figaro qui donne la parole à Guillaume Bernard, spécialiste politique et maître de conférences à l'Institut Catholique d'Etudes Supérieures, sur les clivages internes à l'UMP entre pro-Europe et eurosceptiques, provoqués par l'approche du scrutin européen. Les seuls appuis que peut prendre l'UMP pour mener campagne apparaissent être la concurrence du FN [Le Figaro] et l'opposition au gouvernement Hollande [Le Figaro]. Mais cette campagne sera lancée mercredi prochain seulement alors que les listes ne sont pas encore bouclées. Nadine Morano, tête de liste dans l'Est, tente toutefois de faire passer un message clair sur les priorités de la campagne UMP : "nous souhaitons nous investir pour défendre les intérêts français au sein de l’Union européenne" indique-t-elle [Direct Matin].
Nicolas Sarkozy est-il le sauveur attendu par le parti ? Le sujet divise profondément. Alors que François Baroin l'appelait à se manifester, Bruno Le Maire ne juge pas nécessaire l'intervention de l'ancien président et pense que le parti peut très bien se débrouiller seul pour dépasser les oppositions : "il peut y avoir des voix discordantes, ça fait partie d'une vie de famille" [20 Minutes].

"Les socialistes redoutent une seconde catastrophe électorale" titre Le Figaro qui qualifie le rendez-vous du 25 mai de "scrutin piège" pour le PS. Le quotidien revient sur les messages contradictoires envoyés aux électeurs de gauche : alors que le Parti socialiste souhaite combattre l'idée de l'austérité lors de la campagne, Manuel Valls réaffirme les efforts que la France va entreprendre pour respecter les 3% du PIB de déficit d'ici 2015.
Les oppositions sont fortes au sein du PS quant au candidat qui pourrait prendre la place de Michel Barnier, commissaire au Marché intérieur sortant : le match a commencé entre Pierre Moscovici, adoubé par François Hollande, et Elisabeth Guigou qui s'est annoncée candidate [Le Point].
Le PS doit choisir aujourd'hui un remplaçant pour Harlem Désir qui était tête de liste dans la circonscription d'Île-de-France : Pervenche Bérès, député sortante, est pressentie selon Le Point.

Du côté des Verts, l'objectif de cette campagne est de "dépasser les socialistes, voilà l'ambition des écologistes" résume Le Figaro. Mais encore : "la question n’est pas 'sortir de l’Europe ou être dans l’Europe', la question, c’est de changer les majorités. Plus le groupe écologiste sera important au Parlement européen et plus les idées que nous défendons seront prises en compte dans les choix politiques" explique Karima Delli, eurodéputée sortante et tête de liste dans le Nord-Ouest [Le Parisien]. Cette opinion est partagée par José Bové, tête de liste dans le Sud-Ouest, qui s'en est pris à Marine Le Pen et à Jean-Luc Mélenchon qui, selon lui, "se trompe d'élection et trompe les électeurs en menant une campagne nationale contre (le président François) Hollande, alors que c'est une campagne européenne" [Le Point].

"Nous voulons davantage d’Europe, mais une meilleure Europe. Nous sommes les seuls véritablement pro-européens" affirme quant à lui l'eurodéputé sortant et tête de liste UDI-MoDem du Nord-Ouest, Dominique Riquet [La Voix du Nord]. Pas de doute au centre donc qui se veut une force face à l'abstention et à l'euroscepticisme.

D'ailleurs l'abstention est l'ennemi n°1 du prochain scrutin. Des initiatives ont été lancées pour essayer de limiter les dégâts : un "Campus Tour" par les Jeunes Socialistes et un "Tour de France des écologistes pour l'Europe" par Europe Ecologie-les Verts en direction des jeunes et des citoyens en général [Libération].

De son côté, le Front national est confiant sur l'issue du vote et mène une campagne qui se veut être un "grand référendum" selon les dires de Florian Philippot, directeur de la campagne pour le FN et tête de liste dans l'Est [Le Figaro].

Si les élections s'annoncent donc comme un obstacle pour presque tous les partis, Stéphane Le Foll souligne toutefois un "changement majeur" avec l'élection du président de la Commission européenne via le vote du 25 mai [RTL].

Les autres sujets du jour