Derniers articles publiés

Canicule en Europe : le Portugal et l'Espagne payent un lourd tribut

Revue de presse 08.08.2018

Le bilan de la canicule qui frappe l'Europe continue de s'alourdir. Après les incendies ravageurs en Suède et en Grèce

Incendie en Espagne

Incendie en Espagne. Crédits : iStock

"Des effectifs sans précédent" pour lutter contre le feu au Portugal

Le "feu de forêt est visible depuis la station spatiale internationale", rapporte Le Figaro. Au Portugal, depuis le vendredi 3 août, "les flammes ont déjà ravagé plus de 15 000 hectares de forêt". Le feu "menace la petite ville touristique de Monchique, dans les montagnes de l'Algarve, dans le sud du Portugal (…) qui abrite quelque 6 000 âmes", sachant que "250 personnes ont déjà été évacuées de villages voisins" [Ouest-France]. "Encore traumatisé par deux vagues d'incendies qui avaient fait 114 morts l'an dernier", le Portugal "fait tout pour éviter une répétition de cette tragédie" même si "30 blessés, dont un grave", ont déjà été recensés.

Pour tenter de contenir le feu, le ministre de l'Intérieur, Eduardo Cabrito, a déclaré que "des effectifs sans précédent dans ce genre d'opération" ont été déployés [Le Figaro]. Ainsi, Ouest-France rapporte qu'un "millier de pompiers, une centaine de soldats, plus de 330 véhicules, 19 aéronefs (11 bombardiers d’eau, six hélicoptères et deux avions de reconnaissance) étaient engagés mardi dans l’opération".

Toutefois, "après avoir annoncé que 95% du périmètre de l’incendie était sous contrôle, les autorités ont finalement reconnu lundi soir que la situation s’était aggravée en raison des vents" rapporte Le Monde. Ouest-France explique que "les représentants des pompiers professionnels se sont interrogés sur les défauts d’organisation qui expliqueraient pourquoi (…) il est si difficile de venir à bout du feu de Monchique". Face à ces critiques, "le ministre de l’Intérieur portugais a annoncé mardi que la coordination des secours se ferait désormais au niveau national ce qui permettra une plus grande mobilisation de moyens" [Le Monde].

9 morts à cause de la chaleur en une semaine en Espagne

Comme l'indique Le Monde, "l’Espagne est également victime des feux de forêt". Dans la région de Valence, "un incendie a déjà dévasté près de 1 500 hectares, obligeant à déplacer 2 500 personnes dans la nuit de lundi à mardi". "Pendant le week-end, certaines régions ont enregistré des températures allant jusqu’à 46 degrés", précise Le Parisien.

En conséquence de ces fortes chaleurs, Le Monde rapporte que les autorités ont confirmé que "neuf personnes sont mortes en une semaine", dont deux personnes âgées dans l’Estrémadure, dans le sud-ouest de l'Espagne, ainsi qu'un "ouvrier d’origine nigériane qui travaillait le 31 juillet sur un chantier autoroutier" [Ouest-France]. De plus, "un Allemand de 40 ans qui parcourait le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle a également été comptabilisé parmi les personnes mortes d’insolation".

L'ensemble de l'Europe concernée

En montagne également, les températures atteignent des niveaux records en Europe, portant atteinte aux écosystèmes. C'est notamment le cas dans le nord de la Suisse, informe Le Monde, où l'eau du Rhin dépasse les 27°C par endroits, ce qui perturbe fortement la population de poissons du fleuve. Ainsi, "une tonne de poissons ombres morts a été extraite du Rhin dans le nord de la Suisse". Un chiffre qui représente "un peu plus du quart des prises moyennes en une saison".

Par ailleurs, sur un ton moins alarmant, la canicule et les incendies ont également permis de "découvrir des trésors cachés" [Le Point]. C'est le cas en Irlande où, sur la côte est, "un incendie sur les flancs montagneux a permis de mettre au jour une inscription géante, au sol, qui remonte à la Seconde Guerre mondiale". Quatre lettres sont visibles "pour former le mot 'Éire', qui signifie Irlande en gaélique irlandais". Ce procédé de marquage au sol de lettres géantes avec des pierres était couramment utilisé pendant le conflit mondial "afin d'alerter les bombardiers des Alliés et ceux des Allemands que la terre qu'ils survolaient était une terre neutre".