Derniers articles publiés

Brexit : la fin de la libre circulation en 2019 ?

Revue de presse 06.09.2017

Selon un document révélé par le Guardian mardi 5 septembre, le gouvernement britannique voudrait mettre fin à la libre circulation entre les pays de l'Union européenne et le Royaume-Uni dès 2019. Au travers de différentes mesures, l'objectif est de contrôler l'immigration européenne et de réduire drastiquement le nombre de travailleurs peu qualifiés.

Une du journal The Guardian (Royaume-Uni) du 06/09/2017

Une du journal The Guardian (Royaume-Uni) du 06/09/2017

Un nouveau système d'immigration

Alors que les négociations pour le Brexit ont officiellement démarré le 19 juin, un document de 82 pages considéré comme "extrêmement sensible" a été publié par le Guardian le mardi 5 septembre. Rédigé par le Home Office, qui est le ministère de l'Intérieur britannique, le rapport est intitulé "The Border, Immigration and Citizenship System After the UK Leaves the EU" (La frontière, système d'immigration et de citoyenneté après la sortie du Royaume-Uni de l'UE).

Daté d'août 2017, il s'agit, pour la BBC, du brouillon d'un document appelé à être prochainement distribué à des hauts fonctionnaires britanniques. On découvre que "le gouvernement envisage l’introduction progressive d’un nouveau système" visant à supprimer la libre circulation des Européens vers le Royaume-Uni [Le Monde]. Or comme le rappelle La Libre (Belgique), "la question du statut des 3,2 millions d'Européens qui vivent outre-Manche et du million de Britanniques installés dans le reste de l'UE est au cœur des négociations de divorce entre Londres et Bruxelles".

L'immigration doit bénéficier aux Britanniques

Le document révèle en outre que le gouvernement britannique veut prendre des mesures pour réduire le nombre de travailleurs peu qualifiés, qui selon Europe 1 "n'obtiendraient un permis de séjour que pour une durée maximale de deux ans". A l'inverse, les travailleurs qualifiés devraient pouvoir bénéficier d'un permis de travail "pour une plus longue période de trois à cinq ans" [The Guardian]. En substance, note le média belge 7 sur 7, pour le ministère de l'Intérieur britannique, "'l'immigration ne devrait pas seulement bénéficier aux migrants eux-mêmes, mais aussi profiter financièrement aux résidents actuels'".

Aussi, il est envisagé la mise en place d'un système qui restreindra pour les Européens "la possibilité de s’installer au Royaume-Uni et instaurera de nouvelles restrictions sur le regroupement familial" [Le Monde]. Pour le Guardian, une telle mesure pourrait briser des milliers de familles. Il faudrait alors "montrer un passeport plutôt qu'une carte d'identité en arrivant dans le pays" [La Libre]. De même le document suggère l'instauration d'"un système de permis de résidence biométriques temporaires pour les ressortissants de l’UE qui pénètrent au Royaume-Uni après le Brexit, et qui souhaitent rester pour une durée supérieure à quelques mois" [Le Monde].

Des propositions à négocier avec l'UE

Le document du Home Office "souligne toutefois que les propositions qu'il contient doivent encore obtenir l'approbation de l'ensemble du gouvernement et qu'elles sont 'sujettes à négociation avec l'UE'" [Europe 1]. La Libre précise que le gouvernement a refusé de commenter ces révélations, annonçant toutefois pour l'automne les "premières propositions pour un nouveau système migratoire permettant de reprendre le contrôle des frontières britanniques". Cependant la BBC rappelle que le gouvernement de Theresa May vise à réduire l'immigration nette en passant en-dessous de la barre des 100 000 nouveaux arrivants européens par an.

Pour les partisans d'un Brexit dur, les mesures évoquées ont logiquement été bien accueillies. Ainsi pour Andrew Green, président du think tank Migration Watch, "ces propositions se concentrent avec justesse sur la migration peu qualifiée" [BBC]. Au contraire, pour les opposants au gouvernement May, le document va à l'encontre de l'engagement pris par la ministre de l'Intérieur Amber Rudd "de mener des consultations au sujet du système d'immigration pour l'après-Brexit" [BBC].