Derniers articles publiés

Baisse des taux de la BCE et l'Irlande sort du plan de sauvetage

Revue de presse 08.11.2013

A la surprise générale, la Banque centrale européenne (BCE) a annoncé, jeudi 7 novembre, qu'elle réduisait le taux de refinancement, son principal taux directeur, d'un quart de point, à 0,25%, contre 0,5 % auparavant.

BCE

Il l'a fait! , s'enthousiasme ce matin Le Monde. Alors que la quasi-totalité des analystes misaient sur le statu quo, Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE) a déjoué tous les pronostics, jeudi 7 novembre, en annonçant une baisse du principal taux directeur de l'institution, de 0,5 à 0,25%.

Une telle mesure, dite d'assouplissement monétaire, permet ainsi de redynamiser l'activité économique. Elle éloigne en outre un risque de déflation, engrenage synonyme de baisse des prix mais aussi de diminution des salaires et de la consommation.

Cette décision fait suite à la baisse de l'inflation dans la zone euro. Au mois d'octobre, celle-ci est tombée à 0,7%, alors que l'objectif de la BCE est fixé juste en-dessous de 2%, note La Tribune

Le ministre de l'économie Pierre Moscovici a salué une "bonne nouvelle (...) limitant les risques de déflation". Et le FMI de juger cette décision "totalement justifiée" au vu de la fragilité de la reprise dans la zone euro, rapporte Le Monde.

Selon Les Echos, cette baisse d'un quart de point ne suffira pas à donner un coup de fouet à une économie européenne toujours ankylosée mais  c'est une nouvelle démonstration de la "méthode Draghi". Un style très différent de celui de ses prédécesseurs à la tête de la BCE, à la fois plus proactif, plus pragmatique et plus souple.

Le mouvement de la BCE va dans le bon sens, estime Frédéric Rollin, conseil en investissement chez Pictet Asset management, cité par La Croix.  "Il devrait nous éviter la déflation. Il pourrait s’accompagner de moins de rigueur à l’avenir dans les politiques budgétaires".

La Bourse de Francfort, comme la place parisienne, a réagi avec enthousiasme à la décision de la BCE. Son indice vedette (Dax), déjà à un niveau record en séance dans la matinée, a accéléré après cette annonce, gagnant 1,12 % vers 13 h 55. Quant à l'euro, il est tombé jeudi à son plus bas niveau depuis mi-septembre face au dollar, note Le Monde.

Jonathan Loynes, chef économiste Europe chez Capital Economics, estime cependant que la BCE ne peut pas résoudre à elle seule tous les problèmes  structurels de l'UE. C'est aussi aux Etats, désormais, de coordonner leurs politiques économiques et fiscales pour accélérer la sortie de crise [Le Monde].

Les autres sujets du jour

Pays de l'UE

Culture, Sport

Emploi, social

Asile, migrations, Schengen