Derniers articles publiés

Auditions des commissaires : Cañete et Hill en difficulté

Revue de presse 02.10.2014

Les députés européens n'ont pas lâché les deux commissaires désignés lors de leurs auditions hier. Le choix de l'Espagnol Miguel Arias Cañete au portefeuille de l'Environnement et du Climat et celui du Britannique Jonathan Hill aux services financiers avait déjà été vivement critiqué. Le premier a du se justifier sur de potentiels conflits d'intérêts, le second sur son activité de lobbyiste.

Jonathan Hill

 Seul Le Monde titrait "Lord Hill réussit son examen de passage au Parlement européen", jusqu'à ce matin. Le quotidien a ajusté son titre pour "Lord Hill tente de convaincre les parlementaires européens". En effet, le Britannique, affecté aux services financiers, n'a pas convaincu et devra repasser une audition la semaine prochaine. Il lui est reproché de vouloir protéger les intérêts de la City, ce dont il s'est défendu.

Autre difficulté, "il est resté vague sur plusieurs sujets, avouant n’avoir pas eu le temps de se plonger dans des dossiers très techniques", rapporte le Soir. Pour Chris Morris, correspondant à Bruxelles de la BBC, "il faudrait peut-être laisser le bénéfice du doute à Lord Hill, il a eu moins de trois semaines pour maîtriser un portefeuille d'une complexité technique considérable". The Guardian, quant à lui, explique l'échec du candidat par "la nonchalance des réponses [qui] a irrité des membres du comité, déclenchant la demande pour un nouvel interrogatoire du candidat". Le journal ajoute que "Hill est un ami personnel de David Cameron qui espère renégocier les termes de l'adhésion britannique à l'Union européenne".

La partie n'a pas été simple non plus pour Miguel Arias Cañete, pour qui "les trois heures d’audition auront été bien longues", commente Euronews. Avant son audition, près de 300 000 personnes ont signé une pétition contre sa nomination et 76 eurodéputés ont signé un manifeste réclamant son retrait. Une campagne "Stop Cañete" a été lancée sur les réseaux sociaux et a donné lieu à une manifestation le jour de l'audition.

Pour El Mundo, "à la différence de ce qui s'est passé dans la majorité des audiences des autres commissaires cette semaine, les questions ont pris une forte composante personnelle". Sachant ses points faibles, "ses relations avec le secteur pétrolier et ses déclarations sexistes pendant la campagne des européennes, […] il a essayé de les trancher dès le début de sa présentation", explique El Pais.

Cela n'a pas suffi à rassurer tout le monde, "le président-élu de la Commission, Jean-Claude Juncker, pourrait être contraint de demander son remplacement" selon Le Point, pour qui " les votes sur le sort de MM. Canete et Moscovici ont été liés et renvoyés à mardi".

2014-2019 : une nouvelle Commission, pour quelle Europe ?

Les autres sujets du jour

Asile, migrations, Schengen

Sécurité, terrorisme

Pays de l'UE