Derniers articles publiés

Allemagne : Martin Schulz prend la tête des sociaux-démocrates en vue des élections législatives

Revue de presse 25.01.2017

Coup de théâtre chez les sociaux-démocrates (SPD) en Allemagne. Sigmar Gabriel, ministre de l'Economie et vice-chancelier dans le cadre de la grande coalition au pouvoir, a renoncé, à la surprise générale, à diriger son parti lors des prochaines élections législatives allemandes de septembre prochain. Certain de son échec en cas de candidature, il estime que le président sortant du Parlement européen Martin Schulz aura plus de chances face à Angela Merkel.

Martin Schulz

Un retrait inattendu

Prenant acte du retard considérable du SPD face à la CDU d'Angela Merkel dans les sondages (20% contre 35%), Sigmar Gabriel, actuel chef de file des sociaux-démocrates, tente le tout pour le tout en adoubant son rival Martin Schulz en tant que candidat pour les élections législatives de septembre [Le Monde avec l'AFP]. Un retrait qui "a surpris tous les observateurs politiques", rapporte Le Figaro.

Celui qui "apparaissait pourtant jusqu'alors comme le plus légitime pour mener la bataille électorale au nom des sociaux-démocrates" considère que sa candidature signifierait un échec assuré pour son parti [Le Figaro]. "Si je me présentais, j'échouerais, et avec moi le SPD", a-t-il expliqué dans une interview qui paraîtra mercredi dans le magazine Stern, citée par Le Figaro. Devant les instances dirigeantes du SPD, Sigmar Gabriel a même estimé que la "survie du parti" était en jeu, relate également le quotidien.

Sigmar Gabriel devrait par conséquent devenir le nouveau ministre des Affaires étrangères - un poste pour lequel Martin Schulz était initialement pressenti -  et remplacer ainsi Frank-Walter Steinmeier. Ce dernier est appelé à devenir en février président de la République, une fonction essentiellement honorifique en Allemagne. Et pour succéder à M. Gabriel au portefeuille de l'Economie, Brigitte Zypries, actuellement secrétaire d'Etat aux Affaires économiques et à l'Energie, apparaît comme la mieux placée, informent Les Echos.

Nouvel espoir pour le SPD

Cette annonce du changement de direction au SPD intervient alors que le Parti social-démocrate connaît d'importantes difficultés sur le plan politique. "Le SPD peine depuis 2013 [année de la mise en place de la grande coalition qui réunit la droite et la gauche dans le gouvernement d’Angela Merkel] à se démarquer de la politique de Mme Merkel, qui a recentré son parti (CDU), notamment sur les questions d’immigration, siphonnant l’électorat traditionnel des sociaux-démocrates. Par ailleurs, Sigmar Gabriel, personnalité abrupte, n’a jamais réussi à se faire réellement apprécier des Allemands", analyse Le Monde (avec l'AFP). "Tous les sondages indiquent que les gens ne veulent plus de grande coalition, mais dans la tête des gens, j'y suis associé", a reconnu M. Gabriel [Le Figaro].

Martin Schulz figure, au contraire de Sigmar Gabriel, parmi les personnalités politiques préférées des Allemands. Une popularité qui pourrait bien être "l’ultime chance pour les sociaux-démocrates de ne pas perdre leur position de deuxième formation politique du pays", selon La Croix.

Un candidat novice en politique intérieure

Si "au cours de ses deux mandats à la présidence [du Parlement européen], [Martin Schulz] a réussi à [le] replacer au centre du jeu politique" [Euronews], le nouveau candidat du SPD n'a cependant jamais eu de responsabilités politiques à l'échelle nationale.

Une caractéristique qui pourrait être un atout dans la campagne selon Frank Decker, politologue à l’université de Bonn interviewé par Arte, qui voit en lui "le candidat le plus dangereux pour Angela Merkel". "Schulz peut arriver les mains libres, car - au contraire de Gabriel - il n’a jamais fait partie de la grande coalition", analyse ainsi le chercheur. "Le mandat de président du Parlement européen n’était pas une fonction qui l’a exposé sur le plan de la politique intérieure", poursuit le politologue. Toutefois, "tout va changer maintenant et s’il fait des erreurs, la presse se montrera sans pitié", annonce Frank Decker.