Derniers articles publiés

Accord sur le gaz, l'ambiance se réchauffe entre l'UE, l'Ukraine et la Russie ?

Revue de presse 31.10.2014

L'Ukraine et la Russie ont trouvé un terrain d'entente, hier soir, à propos de leur litige gazier. La dette ukrainienne sera réglée à Gazprom et les livraisons repartiront avant l'hiver. La Commission Barroso, dans ses dernières heures de mandat, a voulu peser de tout son poids pour régler la situation.

Gaz

Les vannes du gaz étaient coupées par la Russie depuis juin dernier. "L'Union européenne était déterminée à arracher un accord pour sécuriser l'acheminement des achats européens de gaz russe transitant par l'Ukraine à hauteur de 125 milliards de mètres cubes par an, déjà bloqués à plusieurs reprises", expliquent Les Échos.

Rassurant pour l'Ukraine, dépendante du gaz russe, cet accord est également une bonne nouvelle pour la Russie "alors que l'économie russe pâtit de la baisse des prix du pétrole et des sanctions économiques imposées par les Etats-Unis et l'Europe, qui l'accusent de soutenir l'agitation séparatiste pro-russe dans l'est de l'Ukraine", explique La Tribune. Euronews précise tout de même que "le ministre russe de l'Énergie a souligné les nombreux compromis acceptés par Moscou sur la dette, sa restructuration et sur le prix du gaz".

L'UE s'était posée en tant que médiatrice pour arriver à un accord entre les deux voisins sous tension. "Cet accord est aussi une victoire personnelle pour le commissaire Oettinger, qui a travaillé plus de six mois sur cet accord, et termine son mandat de cinq ans, vendredi 31 octobre, sur cette signature", précise Le Monde.

François Hollande, Angela Merkel, Valdimir Poutine et Petro Porochenko "ont salué la conclusion des négociations sur les livraisons de gaz russe à l'Ukraine, menées grâce à la médiation de l'Union européenne", rapporte RTL, qui ajoute que Hollande et Merkel "ont souligné l'importance d'une pleine mise en oeuvre du protocole de Minsk du 5 septembre 2014, en vue d'une solution politique durable à la crise actuelle dans l'est de l'Ukraine" et "ont souhaité la relance du dialogue national entre les autorités ukrainiennes et les séparatistes".

L'accord pourrait représenter une baisse des tensions dans ce que le Courrier International appelle le "parfum de guerre froide en Europe", malgré le "regain de tension en Ukraine orientale", souligné par Les Échos.

Les autres sujets du jour

Diplomatie, Défense