Derniers articles publiés

Accord du Parlement européen pour une meilleure régulation financière en Europe

Revue de presse 16.01.2014

"Les Européens s'entendent enfin sur l'encadrement des marchés financiers" s'exclame Challenges. Le Parlement européen et le Conseil européen ont en effet trouvé un terrain d'entente mardi soir afin de mieux encadrer les marchés financiers, après deux années d'immobilisme sur le sujet. En 2011, la Commission européenne avait en effet proposé une révision de la directive sur les marchés d'instruments financiers ("Mifid").

Parlement européen à Strasbourg

Les quotidiens en ligne saluent tous unanimement l'"accord de principe" [La Croix] obtenu dans la nuit de mardi à mercredi. L'accord vise à "rendre les marchés financiers plus sûrs et plus efficaces, (…) mieux protéger les investisseurs, (…) limiter la spéculation sur les marchés de matières premières et (…) réguler le trading à haute fréquence" indique un communiqué du Parlement européen [Le Monde].

L'encadrement prévu par cet accord comporte un volet sur le trading à haute fréquence et un autre sur la spéculation sur les matières premières. Il s'agit ainsi de protéger les investisseurs [Challenges] en leur assurant une meilleure information des risques liés aux produits financiers, selon "des règles de transparence strictes" souligne La Tribune.

L'accueil de cet accord de principe est donc majoritairement enthousiaste. Michel Barnier, Commissaire européen au Marché intérieur et aux services a déclaré "Ces nouvelles règles amélioreront le fonctionnement des marchés des capitaux au profit de l'économie réelle" [Le Monde]. Un autre acteur très impliqué sur le sujet, l'ONG Oxfam, a accueilli la nouvelle avec joie, indique Challenges.

Toutefois, il n'en reste pas moins que "réguler les dérivés seuls ne suffira pas à éradiquer la spéculation excessive" selon le quotidien Les Echos. D'autres réactions font part d'une grande prudence quant à l'issue de ces avancées. Par exemple, Benoît Lallemand, membre de Finance Watch, estime qu'"il y a toujours une possibilité pour les lobbys bancaires de détricoter la loi lorsqu'on arrivera aux discussions techniques qui se tiendront sous l'égide de l'ESMA, l'Autorité européenne des marchés financiers, à Paris" [Le Monde].

Les autres sujets du jour