Derniers articles publiés

2016 : année de la stabilisation européenne ?

Revue de presse 04.01.2016

A l'aube de cette nouvelle année, la presse française comme européenne dresse un bilan des évènements de 2015 et établit ses perspectives pour 2016. A commencer par les questions les plus urgentes pour la présidence néerlandaise du Conseil de l'Union européenne. Or, chaque pays européen mettant l'accent sur ses propres priorités, une lourde tâche semble peser sur les Pays-Bas.

Jean-Claude Juncker devant le Parlement européen

Vu de France : l'Europe des crises en question

"La présidence néerlandaise face au risque d’implosion de l’Europe" titrent Les Echos. Pour le quotidien économique, "la présidence des Pays-bas à la tête du Conseil de l'Union européenne relève du défi". En haut de l'agenda se situent menace de Brexit et gestion des flux migratoires.

Cette vision des priorités européennes est partiellement partagée par Mediapart, pour qui 2016 sera une "année périlleuse pour l'unité européenne. La menace terroriste et la crise de réfugiés sont juste deux des défis auxquels est confronté le continent en 2016".

Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles, s'interroge : "L'Union européenne passera-t-elle l’année 2016 ? Jamais depuis le début de la construction communautaire, dans les années 50, elle n’a encaissé une telle succession de chocs". Le journaliste s'inquiète : "les dirigeants européens, de droite comme de gauche, au lieu d’aller à contre-courant d’opinions publiques travaillées au corps de leurs peurs, n’ont rien trouvé de mieux que de courir après les partis extrémistes".

D'autres adoptent une vision plus positive. C'est le cas de Nicolas Gros-Verheyde, rédacteur en chef de Bruxelles2, pour qui "contrairement aux apparences, et à ce que disent certains commentateurs, l’année 2015 n’a pas été une année totalement noire ou morose. Elle a même été plutôt positive. […] Plusieurs accords de paix ont ainsi été engrangés dans de nombreuses zones de crise". Reste à construire par-dessus.

Un optimisme que partage Noëlle Lenoir : l'ancienne ministre des Affaires européennes écrit pour l'Express que 2016 sera une "année de lutte contre les intégrismes et de responsabilité". Elle affirme que "l’Europe se doit de réagir quand ses Etats membres dépassent nettement la ligne jaune", en évoquant notamment la Pologne.

Pour les médias britanniques, un bilan en demi-teinte

"La zone euro a survécu", poursuit l'Irish Independent. Pour le journal irlandais, "il y avait peu à apprécier à propos de l'Union européenne ces dernières années  […] mais 2015 a été l'année où [elle] est sortie du pire".

La BBC quant à elle dresse les grands défis de l'Europe pour l'année à venir, Brexit en tête.

La Pologne se dresse contre le monde "des cyclistes et des végétariens"

En France comme en Allemagne, le sujet européen retenant l'attention des rédactions est l'annonce par la Commission européenne d'un débat sur l'Etat de droit en Pologne, "après le vote d'une loi controversée sur les médias publics", précise Le Point. Il s'agirait de la première phase d'évaluation de l'Etat de droit dans ce pays.

"L'UE regarde une Pologne égarée", titre l'allemand Die Welt, tandis que le Zeit Online rapporte les propos tenus en réaction par le ministre polonais des Affaires étrangères, qui estime qu'il y a des "maladies" dont il faut libérer le pays, et met en garde contre le "monde des cyclistes et des végétariens".

En Espagne, la procédure déclenchée par la Commission européenne est qualifiée de "sans précédent" [La Rioja].

L'Italie s'inquiète de sa place dans l'Europe

En Italie, les médias s'émeuvent peu de la situation polonaise et préfèrent se concentrer sur la place que tient le pays dans l'Union. "L'Italie au ralenti, ses chiffres sont les pires de l'UE" peut-on lire dans La Stampa, tandis que Renzi s'oppose au "diktat de Bruxelles" [La Stampa]. Tandis qu'Il Giornale liste les 89 conflits qui ont éclaté entre l'Italie et la Commission européenne en 2015...

Les autres sujets du jour