Derniers articles publiés
Dernière mise à jour : 22.08.2017

Slovaquie

Slovaquie

drapeau Slovaquie
  • Capitale : Bratislava
  • Superficie : 49 036 km² - (Eurostat - 2013)
  • Population : 5,43 millions (Eurostat - 2017)
  • Date d'adhésion : 1083362400
Monnaie : Euro Espace Schengen : oui
Système politique : République parlementaire Chef d'Etat : Andrej Kiska Chef du Gouvernement : Robert Fico Prochaines élections : Présidentielle : 2019
Hymne national : Nad Tatrou sa blýska (Au-dessus des monts Tatras brille l’éclair) Fête nationale : 1er juillet - indépendance Langue officielle : Slovaque Indicatif téléphonique : 421
Villes principales : Bratislava, Košice, Prešov, Nitra, Žilina Découpage administratif : 8 régions, 21 districts, 2887 communes
PIB : 80,9 milliards d'euros (Eurostat - 2016) Taux de croissance : 3,3% (Eurostat - 2016) Taux de chômage : 8,1% (Eurostat - 2017) Dette publique : 51,9% (Eurostat - 2016) Déficit public : 1,7% (Eurostat - 2016) Inflation : -0,5% (Eurostat - 2016)
Indice de développement humain : 0,845 (ONU - 2015) Émissions de gaz à effet de serre : 5,4 tonnes/hab. (OCDE - 2014)

Politique

Indépendante depuis le 1er janvier 1993, la Slovaquie (Slovenska republika) est une république parlementaire. Le Conseil national (Parlement monocaméral) est une chambre unique composée de députés élus pour 4 ans à la proportionnelle avec un seuil de 5% des voix.

Le Président de la République, Andrej Kiska, a été élu au suffrage universel direct pour cinq ans en mars 2014, avec 59,4 % des voix face au Premier ministre actuel Robert Fico. Ce dernier est à la tête du pouvoir exécutif depuis le 10 mars 2012, après un premier mandat de 2006 à 2010. A la suite des élections législatives de mars 2016, il conserve son poste mais doit former un gouvernement de coalition entre son parti (Smer-SD, gauche populiste), le Parti National Slovaque (extrême droite), Most Hid (centre droit) et Network (centre droite).

Le pays et l'Union européenne

La Slovaquie s’est engagée sur la voie de l’adhésion à l’Union européenne en 1993, peu de temps après son indépendance. Elle a déposé sa candidature à l’UE le 27 juin 1995. Le 15 juillet 1997, la Commission émet un premier avis positif sur la candidature slovaque.

Pendant plusieurs années cependant, cette candidature patine. Malgré des progrès économiques, l'instabilité politique et l'insuffisance démocratique freinent le processus. Les élections législatives de 1998 marquent un tournant, ce qui permet au pays d'entamer les négociations d’adhésion lors du sommet d'Helsinki en 1999. En 2002, le sommet de Copenhague fixe la date de l'adhésion de la Slovaquie à l'Union européenne et marque par la même occasion la fin des négociations.

Le 16 mai 2003, les Slovaques établissent un record d’"euro-enthousiasme" avec 92,46% de "oui" au référendum organisé sur l’adhésion à l’Union (avec une participation de 52,15 %). Le pays entre dans l’UE le 1er mai 2004.

Cet enthousiasme pro-européen ne s'est pas démenti, avec son adhésion à l'Espace Schengen en décembre 2007 et l'adoption de l'euro le 1er janvier 2009.

La Slovaquie est représentée par 13 députés au Parlement européen et dispose de 7 voix au Conseil de l'UE. Maros Sefcovic est l'actuel Vice-président de la Commission européenne, chargé de l'union de l'énergie. Le pays a assuré pour la première fois la présidence du Conseil de l'UE lors du deuxième semestre 2016.

Géographie

La Slovaquie a des frontières communes avec la République tchèque, la Hongrie, l’Autriche, la Pologne et l’Ukraine. Pour certains géographes, le centre de l’Europe se trouve dans la région centrale du pays.

Le paysage slovaque est très contrasté dans son relief. Les Carpates s'étendent sur la majorité de la moitié nord du pays. Les plaines se trouvent au sud-ouest et au sud-est.

Le territoire slovaque est traversé par le plus grand fleuve d’Europe, le Danube, sur lequel se trouve la capitale Bratislava.

Economie

<p>Les réformes entreprises à la fin des années 1990 ont permis de redresser l’économie, de diminuer le poids de l’agriculture (largement privatisée) et de faire émerger un secteur des services dynamique. Le secteur agricole est ainsi relativement peu présent en Slovaquie tandis que le secteur tertiaire emploie environ 73% de la main d'œuvre, notamment dans le commerce et l'immobilier et de plus en plus dans le tourisme. Le secteur secondaire privilégie l'électronique ou encore l'ingénierie.</p>
<p>Cinquième économie la plus ouverte au monde, la Slovaquie réalise près de 89 % de ses exportations et 72% de ses importations avec l'Union européenne. L'investissement privé est notamment porté des investissements étrangers : les usines PSA et VW dans l'ouest du pays sont en pleine extension tandis que Jaguar Land Rover s'installe dans le pays en 2017.&nbsp; Les véhicules automobiles représentent ainsi 25% des exportations en 2015. Ses principaux clients et fournisseurs sont l’Allemagne et la République tchèque.</p>
<p>Depuis 2000, le pays connait une forte croissance économique, qui a atteint 10,8% en 2007 avant de s'écrouler à - 5,4% en 2009 avec la crise financière. Dès 2010, la croissance s'établit par ailleurs à 5% et se maintient au-dessus des 3% depuis 2015. En revanche, le PIB par habitant représente 51% de la moyenne européenne en 2016 et est toujours inférieur à son niveau de 2008. Ainsi, les mesures permettant de réduire les dépenses publiques telles que la réforme des retraites de 2013 mises en œuvre par le gouvernement social-démocrate ont été relativement impopulaires. En contrepartie, celui-ci cherche à améliorer les standards sociaux via une augmentation du salaire minimum en 2014 ou la lutte contre le chômage, qui reste à un taux proche de 10% au sens de l'OIT (34% chez les jeunes) en 2016, bien qu'il ait atteint 14,2% en 2013.</p>
<p>Le déficit public a connu une importante diminution depuis 2010 (de 7,7% à 4,3% en 2012) et est passé sous la barre des 3% depuis 2013 pour atteindre 2,2% du PIB en 2016. En revanche, la dette publique a connu une forte augmentation entre 2008 et 2015 puisqu'elle est passée de 32% à 56% du PIB, mais reste néanmoins inférieure au plafond européen. </p>

Histoire

  • VIème siècle : la Slovaquie constitue pendant onze siècles une province du royaume de Hongrie.

  • 1918 : signature du Traité de Trianon. La Slovaquie et la République tchèque forment un nouvel Etat jusqu’en 1992 : la Tchécoslovaquie (à l'exception des années 1939 à 1945). Cet Etat de 15 millions de personnes au cœur de l’Europe connaît une réelle prospérité dans l’entre-deux-guerres. C’est aussi le seul Etat d’Europe centrale à connaître la démocratie pendant cette période.

  • 1938 : Accords de Munich. La Tchécoslovaquie est envahie par l’Allemagne nazie. L’Armée rouge occupe le pays à la fin de la guerre.

  • 1948 : "Coup de Prague" : le président de la République tchécoslovaque cède le pouvoir aux communistes.

  • 1968 : lors du "Printemps de Prague", le pays devient une république fédérale.

  • 1993 : la "Révolution de Velours" met fin au pouvoir des communistes. Création de la République Slovaque. Qualifié de "divorce de velours", le démantèlement de la Tchécoslovaquie est réalisé sans heurts.

  • 2004 : adhésion à l’Union européenne.

Hymne et Drapeau

Le drapeau slovaque arbore les mêmes couleurs blanc-bleu-rouge caractéristiques de la région ; elles font référence au panslavisme, mouvement romantique par lequel les Slaves étaient destinés à fonder une communauté unie. Sa particularité réside dans le blason qui l’orne, mis en place en 1993 lors de la scission avec la République tchèque, le différenciant ainsi des drapeaux de ses pays voisins. La croix blanche patriarcale est posée sur les trois sommets mythiques du pays, les monts Tatra, Fatra et Matra.

L’hymne slovaque, intitulé "nad Tatrou sa blyska" ("au-dessus des monts Tatras brille l’éclair"), est un chant folklorique composé et écrit en 1844 par Janko Matuska, officiellement adopté en 1993. Son texte encense le peuple slave et la beauté du paysage slovaque, avec ses montagnes.

 

Voir l'étude de Notre Europe - Institut Jacques Delors

Culture

Jan Kollar (1793-1825)

Le développement de la langue, de la littérature et de la poésie slovaques est intimement lié à l’essor du sentiment national au XIXème siècle, conçu en résistance aux influences concomitantes magyare, tchèque et autrichienne dans la culture de la Slovaquie. Les recueils folkloriques et poétiques de Jan Kollar (1793-1825) se veulent les vecteurs d’une culture nationale de l’authenticité slave et de la simplicité rurale. La renaissance culturelle et l’éveil de la conscience nationale slovaque en réaction à une domination hongroise et à la "magyarisation" ont mené à la codification de la langue slovaque en 1843 (Bernolak puis Ludovit Stur).

Sans doute Pavol Orszagh Hviezdoslav (1849-1921) est-il le plus connu des poètes classiques de langue slovaque, s’appuyant sur cet héritage national des décennies précédentes.

La culture slovaque est également fortement marquée par le caractère de très grande tolérance religieuse qui a prévalu malgré les conflits historiques (Guerre de trente ans, etc.). La ville de Presbourg (Bratislava) s’est longtemps, et à juste titre, enorgueillie d’être une capitale pluri-culturelle (slovaque, tchèque, allemande, hongroise, yiddish) et pluriconfessionnelle (catholique, orthodoxe, protestante, juive). Les églises rurales présentent une originalité architecturale et une authenticité qui leur attire les faveurs, en particulier les nombreuses églises de bois de la partie orientale du pays.