Logo Toute l'Europe
Drapeau Serbie Dernière mise à jour le 22.03.2021

Serbie

Dernière mise à jour le 22.03.2021

Géographie et démographie

Capitale

Belgrade

Villes principales

Belgrade, Valjevo, Vranje

Découpage administratif

5 Régions, 29 Districts

Population

6,93 millions d'habitants (2020)

Eurostat

Superficie

88 361 km²

Indice de développement humain

0,806 (2019)

ONU

Environnement

CO2 : 6,6 tonnes/hab. (2017)

OCDE

Politique

Système politique

République parlementaire

Chef d'état

Aleksandar Vučić

Chef du gouvernement

Ana Brnabić

Prochaines élections

2022

Présidentielle

2022

Législatives

Municipales

2022

Économie

PIB

45,97 milliards d'euros (2019)

Eurostat

Inflation

1,85 % (2019)

Banque mondiale

Taux de croissance

7,4 % (T3 2020)

Eurostat

Taux de chômage

9,5 % (2019)

DG trésor

Dette publique

52 % (2019)

DG Trésor

Déficit public

10,4 % (2019)

Banque mondiale

Serbie

Politique

La constitution de l’Etat de Serbie a été promulguée le 8 novembre 2006. Elle prend acte de sa séparation avec le Monténégro, indépendant depuis le 3 juin 2006. Le 15 mai 2007, le Parlement serbe a approuvé, plusieurs mois après les élections législatives du 21 janvier 2007, la formation d’un gouvernement serbe.

Le 17 février 2008, le Kosovo a proclamé unilatéralement son indépendance. Bien que la Serbie n’ait toujours pas reconnu formellement cette indépendance, un pas important a été réalisé le 24 février 2012, avec la conclusion d’un accord de coopération régionale entre Belgrade et Pristina. Grâce à cette amélioration des relations, exigée par l’Union européenne, la Serbie a obtenu le 1er mars 2012 le statut de candidat officiel à l’adhésion à l’UE.

Gouvernement

De 2012 à 2017, Tomislav Nikolic (Parti radical serbe) a été le président de la République de Serbie. De 2012 à 2014, le gouvernement de la république de Serbie a été présidé par le Premier ministre Ivica Dacic, ex-dirigeant du parti socialiste et ministre des Affaires Intérieures.

Le 29 juin 2017, Ana Brnabić devient Première ministre, sous la présidence d’Aleksandar Vučić. Elle est la première Serbe à accéder à cette fonction. Elle est ouvertement homosexuelle et sa ligne est résolument pro-européenne.

Chef d’Etat

Lors des élections législatives d’avril 2014, Aleksandar Vučić, du Parti progressiste (conservateur, anicien ultranationaliste), est élu Premier ministre et est reconduit en 2016 aux élections législatives anticipées. En 2017, il remporte l’élection présidentielle. Désormais pro-européen tout en maintenant des relations avec la Russie, il souhaite rapprocher son pays de l’Union européenne. Le 21 juin 2020, la coalition menée par le Parti progressiste serbe (SNS) du président de la République Aleksandar Vučić remporte une large victoire aux élections législatives boycottées par la plupart des partis d’opposition. La coalition remporte 188 sièges sur 250.

Le pays et l’UE

A l’instar de cinq autres Etats des Balkans, la Serbie a été identifiée comme candidate potentielle à l’adhésion à l’UE en 2003, lors du sommet de Thessalonique. En octobre 2004, le Conseil ouvre un processus de négociation relatif à un accord de stabilisation et d’association (ASA), qui sera finalement signé le 29 avril 2008.

Le 19 décembre 2009, l’Union européenne octroie aux citoyens serbes une exemption de visa dans l’espace Schengen pour de courts séjours. Quelques jours plus tard, la Serbie effectue une demande d’adhésion formelle à l’Union européenne. La Commission rend un avis favorable sur l’attribution de son statut de candidat par le Conseil le 12 octobre 2011, notamment grâce à la meilleure coopération du pays avec le tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY).

Le 1er mars 2012, le Conseil suit l’avis de la Commission et la Serbie obtient le statut de candidat officiel à l’adhésion à l’Union européenne.

Grâce à la normalisation des relations du pays avec le Kosovo, la Commission européenne recommande d’ouvrir les négociations d’adhésion avec le pays en 2013. Le Conseil l’approuve et la première conférence intergouvernementale de négociation a lieu en janvier 2014. Depuis, 18 des 34 chapitres ouverts à la négociation ont été ouverts. Deux d’entre eux (“science et recherche” et “éducation et culture”) ont d’ores et déjà été clôturés.

Le dialogue entre la Serbie et le Kosovo, entamé en 2011 et facilité par l’Union européenne, a été interrompu en novembre 2018 après la décision du gouvernement kosovar de doubler les droits de douane sur les produits d’importation de fabrication serbe. Suite à de nombreuses initiatives franco-allemandes pour obtenir une solution à cette crise, les discussions ont repris en juillet 2020.

Le 29 mai 2020, en réponse à la crise du Covid-19, la Commission européenne a accordé au pays un nouveau paquet de mesures de soutien en vue de la préadhésion pour un montant supérieur à 70 millions d’euros. Ce programme d’assistance s’ajoute aux enveloppes de l’instrument de préadhésion (IAP) 2020 de l’UE qui vise à aider le pays à s’aligner sur les normes européennes.

Géographie

Au nord de la Serbie, la province de la Voïvodine s’ouvre sur la grande plaine centre-européenne et, au sud, elle s’adosse aux chaînons accidentés des Balkans. Depuis l’indépendance du Monténégro en 2006, le pays ne possède plus aucun débouché sur la mer.

Le Danube, avec ses deux principaux affluents serbes, la Tisza au nord et la Morava au sud, dessine à travers le pays un grand axe de pénétration s’étendant des confins de la Hongrie à ceux de la Bulgarie. Ce couloir de plaines fertiles a fait de la Serbie une voie de passage naturelle entre l’Europe centrale et la mer Égée. À l’approche des Carpates, il se fraye un chemin entre de hautes falaises, dessinant plusieurs passages successifs de gorges étroites (150 m), baptisés “Portes de Fer” .

La vallée de la Morava est enserrée par des massifs très accidentés, qui délimitent tout le tiers sud de la Serbie : à l’est, les prémices des Carpates et l’extrémité des Balkans proprement dits (Stara Planina, culminant au Midzor à 2 168 m) ; au sud, les Rhodopes, puis les chaînons de Mokra Gora (2 154 m) et Kopaonik (2 016 m) à l’approche du Kosovo ; à l’ouest, contre la Bosnie, les hautes collines de Zlatibor (1 496 m), principale région touristique d’altitude du pays. Ces montagnes ne sont pas très hautes, mais leur imbrication a historiquement rendu la circulation difficile (et la résistance aux envahisseurs aisée).

Economie

Dans les années 1990, l’Union européenne et l’ONU imposent un embargo économique à la Serbie, suite au massacre de civils sur le marché de Sarajevo par des milices serbes. Ces sanctions ont eu des effets particulièrement négatifs sur l’économie du pays.

Après plusieurs années de croissance, le pays a traversé trois années de récession depuis la crise de 2008 : -3,1 % en 2009, -1 % en 2012 et -1,8 % en 2014, imputables à la diminution de la demande intérieure, à l’effondrement de l’investissement ainsi qu’à une instabilité de la parité entre le dinar et l’euro. Cependant, en 2016, le PIB a de nouveau retrouvé son niveau d’avant la crise et la croissance a atteint 2,8 % en 2016 dans un environnement relativement plus favorable.

En effet, les investissements dans les infrastructures ferroviaires, routières et énergétiques s’accroissent même si le retard dans ces domaines reste important. Les exportations du pays s’améliorent notamment dans le secteur automobile (Fiat contribue aux exportations à hauteur de 8,5 %), des produits alimentaires (céréales, fruits et légumes) et chimiques ainsi que dans la vente de services IT. Membre de l’Association de libre-échange centre européen (ALECE), la Serbie a signé de nombreux accords commerciaux avec la Russie, la Turquie ou encore les Etats-Unis. La consommation des ménages soutient également la croissance malgré les resserrements budgétaires.

Dans le cadre de son processus d’adhésion à l’Union européenne, la Serbie a mis en place des mesures d’austérité pour réduire le déficit jusqu’à 1,4 % du PIB en 2016 alors qu’il s’élevait à 6,6 % en 2016 ; la dette diminue en 2016 pour la première fois depuis 2008. Cependant, elle est libellée aux trois quarts en euros et en dollars. Son niveau dépend donc de la parité entre ces monnaies et le dinar serbe. Des réformes du système fiscal et de l’administration publique doivent par ailleurs permettre d’augmenter les recettes et diminuer les dépenses.

Selon le FMI et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), qui apportent une aide financière et des prêts au pays, le gouvernement doit privatiser massivement les entreprises publiques - les aciéries de Smederevo ont par exemple été rachetées par un groupe chinois en 2016. Le système éducatif doit également être amélioré. En effet, le taux de chômage était de 17 % en 2016 et le nombre de travailleurs qualifiés serbes ne répond pas aux besoins de compétences du pays, d’autant plus que les jeunes sont nombreux à émigrer.

Les indicateurs de développement traduisent effectivement des conditions de vie difficile dans ce pays, où le taux de pauvreté monétaire atteignait 23,2 % de la population en 2019.

Si l’année 2019 avait été prometteuse pour l’économie serbe renouant avec une croissance de 4,2 %, la crise du Covid-19 a eu un fort impact. Les secteurs les plus touchés ont été la construction, le transport aérien, l’agro-industrie, l’automobile et le tourisme. Cependant, le PIB du pays a progressé de 5 % au 1er trimestre 2020, par rapport à la même période en 2019. La Banque centrale de Serbie a prévu une baisse modérée du PIB de 1,5 % pour l’ensemble de 2020, avant une reprise de 6 % en 2021. Le déficit du compte courant se maintiendrait en 2020 à 5 % du PIB et la dette publique à moins de 60 % du PIB. Le taux de chômage (9,5 % fin 2019) augmenterait à 13,4 % en 2020 puis baisserait légèrement à 13 % en 2021. Selon le FMI, la Serbie serait l’un des pays les moins durement affectés dans la région. Le pays bénéficiait notamment avant la crise d’une situation budgétaire assainie et d’une moindre dépendance au tourisme que plusieurs autres pays de la région.

Source : DG Trésor

Histoire

1043 : La Serbie s’affranchit du joug grec.

1165 : Étienne Nemanja consolida l’indépendance de son pays, et fonda une dynastie qui, de sa capitale, Nassa (plus tard Novi-Bazar ou Novi Pazar), s’appela Grande-Zupanie de Nassa; et ensuite royaume des Serbes, ou des Rasciens.

1389 : Les Serbes furent vaincus par le sultan ottoman Amurat Ier à la bataille dite de Cassovie ou Kosovo, perdirent leur indépendance et devinrent tributaires de l’Empire Ottoman. Cette bataille est considérée dans la mythologie nationale serbe comme l’événement clef de le défaite face aux Turcs.

1718 : La paix de Passarovitz fit passer Belgrade et la partie septentrionale de la Serbie sous l’autorité de l’Autriche, mais le traité de Belgrade en 1739 rendit le pays tout entier à la Turquie.

1804 : Djordje Petrovic mena l’insurrection contre les Turcs, fut élu Prince héréditaire des Serbes en 1808 mais finit par être battu.

1878 : La Serbie, malgré les défaites subies dans la lutte contre la Turquie, obtient, avec son indépendance, un agrandissement territorial lors du congrès de Berlin.

1903 : Pierre Ier de Serbie, arrivé sur le trône de Serbie met en place la Constitution la plus démocratique et la plus libérale en Europe après celle de Grande-Bretagne. Cette liberté favorisa un foisonnement culturel qui fît de Belgrade un phare de liberté pour tous les Serbes des Balkans.

1914 : Le 28 juillet, le ministre autrichien des Affaires étrangères, Leopold Berchtold, déclara la guerre à la Serbie, en réaction à l’attentat organisé par des jeunes nationalistes yougoslaves, des serbes de Bosnie et des Musulmans, ayant provoqué la mort de l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo.

1919 : A l’issue de la Première guerre mondiale et de l’explosion des vieux Empires, la Serbie (vainqueur aux côtés de la “Triple Entente” française, britannique et russe), est l’un des grands privilégiés du Traité de Versailles : le royaume serbe s’agrandit et devient “Royaume des Serbes, Croates et Slovènes” , rebaptisé “royaume des Yougoslaves” en 1929.

1921 : Avec la mise en place du régime yougoslave, la Serbie, sous l’impulsion de la France, poussa Pierre Ier à instaurer un régime plus centralisateur et plus autoritaire dans le but de lutter contre le risque de contamination communiste.

1941 : Le Royaume de Yougoslavie est envahi par l’Allemagne nazie, et la Serbie bombardée.

1945 : A l’issue de la Seconde Guerre mondiale, la seconde Yougoslavie est fondée le 29 novembre. Elle prendra le nom de République fédérative socialiste de Yougoslavie le 7 avril 1963.

1992 : Le 15 janvier, la Slovénie, la Croatie, la Bosnie-Herzégovine et la Macédoine font sécession, ce qui entraine la formation de la troisième république de Yougoslavie, la République fédérale de Yougoslavie, comprenant la Serbie et le Monténégro.

2006 : Le 21 mai, à l’issue d’un référendum, le Monténégro se déclare favorablement pour l’indépendance à 55,4 % des suffrages exprimés. La Yougoslavie cesse définitivement d’exister.

2008 : Le 17 février, le Kosovo proclame unilatéralement son indépendance.

2009 : La Serbie effectue une demande d’adhésion formelle à l’Union européenne.

2011 : La Commission européenne octroie officiellement le statut de candidat à la Serbie.

2014 : Première conférence intergouvernementale de négociation pour l’adhésion à l’Union européenne.

2020 : Reprise du dialogue avec le Kosovo, après 20 mois d’interruption.

Flèche vers le haut