Derniers articles publiés
Dernière mise à jour : 07.02.2020

Pays-Bas

Tout savoir sur les Pays-Bas : leurs relations avec l'Union européenne, leur géographie, leur économie, leur histoire, leur drapeau et leur hymne.

drapeau Pays Bas
  • Capitale : Amsterdam
  • Superficie : 41 540 km² - (Eurostat - 2013)
  • Population : 17,28 millions (Eurostat - 2019)
  • Date d'adhésion : 1957 (Membre fondateur)
Monnaie : Euro Espace Schengen : oui
Système politique : Monarchie parlementaire Chef d'Etat : Sa Majesté le Roi Willem-Alexander Chef du Gouvernement : Mark Rutte Prochaines élections : Législatives : 2021
Hymne national : Wilhelmus van Nassouwe (Guillaume de Nassau) Fête nationale : 27 avril - Le Jour du Roi (anniversaire) Langue officielle : Néerlandais Indicatif téléphonique : 31
Villes principales : Amsterdam, Rotterdam, La Haye, Utrecht, Eindhoven Découpage administratif : 12 provinces, 496 provinces
PIB : 702,6 milliards d'euros (Eurostat - 2016) Taux de croissance : 2,2% (Eurostat - 2016) Taux de chômage : 3,3% (Eurostat - 2019) Dette publique : 54% (Eurostat - T2 2018) Déficit public : -2,1% (Eurostat - T2 2018) Inflation : 1,9% (Eurostat - 2018)
Indice de développement humain : 0,924 (ONU - 2015) Émissions de gaz à effet de serre : CO2 : 8,8 tonnes/hab. (OCDE - 2014)

Politique

Les Pays-Bas (Nederland) sont une monarchie parlementaire de longue tradition. Après l'abdication de Beatrix I, son fils Willem-Alexander a été intronisé roi le 30 avril 2013, à l'âge de 46 ans.

Depuis le 14 octobre 2010, le Ministre-président (Premier ministre) est Mark Rutte (Parti populaire pour la liberté et la démocratie, VVD).

Dans ce système bicaméral, l’élection à la proportionnelle intégrale et pour quatre ans de la deuxième chambre, qui est le cœur de la politique gouvernementale, aboutit très fréquemment à la formation de gouvernements de coalition.

Le Parti libéral conduit par le Premier ministre Mark Rutte remporte donc les élections de mars 2017, en perdant néanmoins 9 sièges par rapport aux élections de 2012. Les négociations pour former une coalition politique se sont retrouvées dans une impasse.

Le VVD ne pouvait compter que sur des partis qui ne sont pas de son bord politique dans le peloton des formations parvenues aux alentours de la vingtaine de sièges. Les travaillistes du PVDA, jusqu'ici partenaires de coalition de M. Rutte, se sont en effet effondrés, là où l'Appel démocrate-chrétien (CDA) et les centristes de Démocrates 66 (D66) ont obtenus 19 sièges chacun.

Finalement, après sept mois d'âpres négociations, Mark Rutte a réussi à former une coalition hétéroclite composée de D66, et des démocrates-chrétiens de la CDA et de l'Union chrétienne (UC).

 

Comme d’autres pays membres de l'UE, les Pays-Bas ont été confrontés ces dernières années à la percée électorale de mouvements populistes d’extrême droite.

Parmi eux, le parti de Pim Fortuyn en 2002 ou encore le Parti de la liberté (PVV) dirigé par Geert Wilders. Cet ancien membre du Parti libéral (VVD) a connu une ascension rapide aux Pays-Bas après la création de sa propre formation politique en 2006. Dès les élections législatives de 2010, provoquées par la démission anticipée du gouvernement en place, son parti confirme sa percée dans le paysage politique néerlandais en remportant 15,5% des voix et 24 sièges.

Les élections législatives de 2012 marquent un premier échec pour le PVV qui passe de 15% à 10% des voix. Bénéficiant par la suite d'un regain de popularité, le PVV fait office de favori pour les élections du 15 mars 2017, avant d'être finalement devancé par le VVD en dépit d'un score tout de même élevé (19 sièges contre 32 pour le parti de Mark Rutte).

Le pays et l'Union européenne

Les Pays-Bas sont l'un des six membres fondateurs de l'Union européenne. Ce statut ne les empêche pas d'avoir adopté dès le début de la construction européenne une position souvent qualifiée de "pragmatique".

Le pays est très attaché à la défense des intérêts des "petits" pays au sein de l'Union européenne. Il promeut en outre une Europe libérale, dans laquelle l'approfondissement et la stabilisation du marché commun sont des priorités.

Les Pays-Bas accueillent plusieurs institutions européennes, notamment à La Haye, qui est devenue au cours du XXème siècle la capitale mondiale du droit. On y retrouve ainsi Europol et Eurojust.

Les Pays-Bas ont participé à toutes les étapes de la construction européenne. Ils sont ainsi membres de la zone euro et de l'espace Schengen. Toutefois, depuis les années 2000, un euroscepticisme croissant plane sur le pays. En 2005, il s'est traduit par le rejet massif du Traité constitutionnel, avec 61,6% de "non" au référendum et une très forte participation. La percée de cet euroscepticisme a été confirmé par la montée du parti populiste d'extrême droite et anti-européen, le PVV.

Les Pays-Bas élisent 29 députés au Parlement européen. Déjà vice-président de la Commission européenne de 2014 à 2019, le Néerlandais Frans Timmermans est aujourd'hui vice-président exécutif en charge du Green deal européen et de la Lutte contre le changement climatique. Le pays a exercé la présidence du Conseil de l'UE à 12 reprises, la dernière fois lors du premier semestre 2016.

Histoire

La naissance des Pays-Bas

  • Ier-IIème siècles : les aires correspondant aux Pays-Bas actuels sont romanisées et administrées sous le nom de province de Germanie Inférieure. Elles constituent avant tout une marche militaire dont les camps formeront plus tard les grandes villes de Nimègue, Utrecht et Maastricht.
  • 1384-1543 : les 17 provinces des Pays-Bas sont lentement unifiées sous l’autorité de la maison de Bourgogne puis des Habsbourg.
  • 1566-1568 : sous l’influence d’oppositions politiques et religieuses, avec la conversion au calvinisme d’une grande partie de la noblesse et de la bourgeoisie commerçante des Pays-Bas du Nord en plein essor, les élites se soulèvent contre le pouvoir des Habsbourg d’Espagne. La "révolte des Gueux" marque le début de la Guerre de Quatre-vingts Ans.
  • 1579 : les efforts des Etats Généraux ne parviennent pas à empêcher la séparation des provinces méridionales, restées attachées au catholicisme, et des sept provinces du nord, calvinistes, réunies sous l’égide de l’Union d’Utrecht.

Le "Siècle d'Or"

  • 1602 : la fondation de la Compagnie des Indes Orientales initie une période d’essor commercial et politique très rapide qui propulse les Provinces Unies au premier rang des puissances européennes et les amène à se constituer un vaste empire colonial, dont les pièces maîtresses sont Sumatra et Bornéo.
  • 1648 : les Traités de Westphalie entérinent l’indépendance des Provinces Unies et ils sont suivis d’une période particulièrement brillante, désignée comme "Siècle d’Or", jusqu’à la très coûteuse guerre contre la France de 1672 à 1679.

La période française

  • 1794-1795 : la conquête des Pays-Bas au lendemain de la bataille de Fleurus provoque la création de la République batave, sur le modèle du Directoire français. Le pays reste un protectorat français jusqu’à la défaite de Napoléon.
  • 1814 : le retrait des troupes françaises et les Traités de Vienne confirment le Royaume des Pays-Bas, incluant les provinces méridionales. Celles-ci se séparent en 1830 pour former le Royaume de Belgique.

Le XXe siècle : la Seconde Guerre mondiale et la construction européenne

  • 1940 : l’invasion de la Wehrmacht allemande place les Pays-Bas sous la férule du commissaire du Reich Seyss-Inquart. Les Juifs des Pays-Bas sont fortement touchés par la solution finale.
  • 1950-1957 : les Pays-Bas s’associent et promeuvent tous les projets successifs d’union politique et économique des Etats européens et ils sont parmi les six pays signataires de la CECA et du Traité de Rome de 1957.

Géographie

Avec 16,82 millions d’habitants sur un territoire de 41 864  km2 (polders inclus), les Pays-Bas se caractérisent avant tout par leur très forte densité (près de 400 habitants au km2), qui en fait la zone la plus densément peuplée d’Europe. La population est en outre très largement urbanisée et elle se concentre tout particulièrement dans le quadrilatère restreint formé par les villes d’Amsterdam, Rotterdam, Utrecht et La Haye.

Le destin des Pays-Bas est fortement marqué par son contact avec la mer du Nord, sur quelques 800 km de côtes, qui constituent un fragment important du Northern Range aux fonctions d’interface économique et commerciale de dimensions mondiales. La large embouchure du Rhin assure aux Pays-Bas le rôle de débouché de l’axe rhénan, assumé en particulier par Rotterdam, le plus grand port du monde. Si la mer fut la source de la richesse hollandaise, elle marqua aussi une menace et une limite, dont témoignent les importants travaux d’endiguement et la poldérisation de 6 500 km2, gagnés sur la mer.

Les terres basses (pour une partie situées en dessous du niveau de la mer) et humides, le climat océanique dominant sur le territoire ont été de longue date favorables à des mises en culture intensives. 

Economie

L'économie néerlandaise a été fortement touchée par la crise économique de 2008-2009, du fait de sa dépendance au commerce mondial et de l’importance du secteur financier. La situation économique s’est toutefois redressée en 2010 grâce à la reprise des exportations et à un redémarrage de la consommation interne. Toutefois, les Pays-Bas sont l’un des pays les plus riches de l’Union européenne, le PIB par habitant étant également parmi les plus élevés de l'UE.

Les Pays-Bas sont la principale porte d’entrée commerciale de l’Europe grâce à leur situation géographique. Le port de Rotterdam est ainsi la première place portuaire européenne avec 416 millions de tonnes de marchandises transbordées en 2017. Plus de la moitié du PIB est générée par le commerce international, dans une économie tournée vers l’exportation pour plus de 40% de sa production, notamment concernant les produits chimiques, les médicaments ou encore le matériel informatique. L’agriculture prend une place importante de ces échanges : malgré sa surface restreinte, le pays est le deuxième exportateur agricole européen.

Les industries de transformation, le textile et la confection ont reculé au profit de l’agroalimentaire, de la chimie fine et des constructions mécaniques, électriques et électroniques. 75 % des emplois appartiennent au secteur des services, et particulièrement 23% à l'activité touristique. L’économie néerlandaise peut s’appuyer sur un grand nombre de géants industriels fortement internationalisés, tels que Unilever, Philips ou Royal Dutch Shell. Les efforts d’aménagement du territoire des années 1950 en faveur de la décentralisation industrielle ont connu de réels succès. Les Pays-Bas abritent de puissantes multinationales, ce qui est également en partie lié à des conditions fiscales particulièrement avantageuses.

La solidité de la structure économique nationale peut s’appuyer également sur l’efficacité du modèle économique hollandais au cours du dernier demi-siècle, connu comme "économie de consensus". Ce modèle s’appuie sur des négociations collectives et un dialogue social fort et institutionnellement soutenu.

Hymne et drapeau

Créé vers 1572, le drapeau hollandais est adopté en 1937. Guillaume de Nassau, prince d'Orange, établit ses couleurs afin de proclamer la souveraineté des régions du nord. Le bleu, blanc et orange représentent les provinces desquelles il fut gouverneur. Pour des raisons incertaines, l'orange est remplacé par le rouge au 17e siècle. Le drapeau néerlandais est similaire à celui du Luxembourg. La seule différence étant le ton de bleu : bleu ciel pour le drapeau luxembourgeois et bleu outre-mer pour le drapeau des Pays-Bas.

Composé par Adriaan Valerius, l'hymne néerlandais rend hommage à Guillaume de Nassau, descendant allemand de la branche ottonienne des Nassau, prince d’Orange et instigateur des révoltes des Pays-Bas du Nord, qui mèneront plus tard à la Guerre des Quatre-Vingts puis à l'indépendance reconnue des Provinces unies. Resté très populaire, le chant Het Wilhelmus est adopté comme hymne national officiel en 1932. Depuis cette date on chante habituellement le premier couplet.

Voir l'étude de Notre Europe - Institut Jacques Delors