Derniers articles publiés
Dernière mise à jour : 01.02.2020

Malte

Tout savoir sur Malte : ses relations avec l'Union européenne, sa géographie, son économie, son histoire, son drapeau et son hymne.

Malte

drapeau Malte
  • Capitale : La Valette
  • Superficie : 316 km² - (Eurostat - 2016)
  • Population : 0,49 million - (Eurostat - 2019)
  • Date d'adhésion : 2004
Monnaie : Euro Espace Schengen : oui
Système politique : République parlementaire Chef d'Etat : George Vella Chef du Gouvernement : Robert Abela Prochaines élections : Elections générales : 2022
Hymne national : L-Innu Malti (Hymne maltais) Fête nationale : 21 septembre - indépendance Langue officielle : Anglais, maltais Indicatif téléphonique : 356
Villes principales : La Valette Découpage administratif : 3 régions, 68 communes
PIB : 12,4 milliards d'euros (Eurostat - 2018) Taux de croissance : 4,0 % - (Eurostat - T2 2019)
Taux de chômage : 3,4 % (Eurostat - T3 2019)
Dette publique : 45,7 % (Eurostat - T2 2019)

Déficit public : Excédent : 1 % (Eurostat - T2 2019)
Inflation : 1,7 % (Eurostat - 2018)
Indice de développement humain : 0,885 (ONU - 2018) Émissions de gaz à effet de serre : CO2 : 3,3 tonnes/hab. (OCDE - 2017)

Politique

Dix ans après son indépendance, Malte - qui fait toujours partie du Commonwealth - devient une république parlementaire en 1974, marquée par un fort bipartisme et organisée sur le modèle britannique.

Le président de la République est actuellement George Vella. Troisième président travailliste (centre-gauche) consécutif, il a succédé en avril 2019 à Marie-Louise Coleiro Preca, qui avait accédé au pouvoir à l'issue du mandat de George Abela.

Le Premier ministre du pays, Robert Abela (fils de l'ancien président George Abela), est également issu de Parti travailliste.

Emportant la majorité parlementaire aux élections anticipées de 2013, le Parti travailliste avait précédemment porté à la tête du gouvernement son leader Joseph Muscat, reconduit en juin 2017 avec 55% des voix. C’était alors la première fois, depuis l'indépendance du pays en 1964, que la formation de gauche remportait deux élections générales consécutives.

La même année, l’implication de deux proches du Premier ministre dans l’affaire des "Panama papers" avait toutefois entaché l'image de Joseph Muscat. En octobre 2017, le meurtre de la journaliste d'investigation Daphne Caruana Galizia, qui enquêtait sur l'affaire, avait marqué le début d'une spirale infernale pour le Premier ministre, accusé de protéger son entourage mis en cause dans cet assassinat.

Poussé à la démission, il a finalement été remplacé par Robert Abela, élu par les militants travaillistes, le 13 janvier 2020.

Depuis le scandale entourant la mort de Daphne Caruana Galizia, les dénonciations de la corruption se font de plus en plus fréquentes à Malte. Plusieurs mouvements de société civile ont émergé pour réclamer plus de transparence, de lutte contre cette corruption des responsables politiques et moins de collusion avec les grandes fortunes. La Commission européenne a également lancé des avertissements au pays, appelant à plus d'indépendance de la justice.

Le pays et l'UE

La première demande d'adhésion officielle de l’archipel date de 1990. Elle a été renouvelée en 1999. Quelques années plus tard, les chefs d’Etats et de gouvernements des Quinze estiment lors du conseil de Copenhague en 2002, que l’archipel remplit les critères d’adhésion : des institutions stables, des droits de l’homme et des libertés fondamentales respectés, une économie de marché ouverte et concurrentielle.

La même année, les Maltais ne se montrent pas aussi optimistes à l'idée d'entrer dans l'UE : un référendum consultatif donne 47% de la population favorable. En 2003, un nouveau référendum, cette fois contraignant, voit 53,5% des votants se prononcer pour l'adhésion. Le pays signe le traité d’adhésion à Athènes en 2003 et rejoint l’UE le 1er mai 2004.

Malte a finalement franchi tous les échelons de l'intégration européenne. Le 21 décembre 2007, l'Etat adhère à l'Espace Schengen, avant d'adopter l'euro en janvier 2008. 41% des Maltais ont une image positive de l'Union européenne (soit 7 points au-dessus de la moyenne de l'UE) contre seulement 13% qui en ont une vision négative et 43% une image "neutre", selon une étude Eurobaromètre de 2016.

Le pays compte 6 députés au Parlement européen, également répartis entre centre-droit (PPE) et centre-gauche (S&D). De 2014 à 2019, le commissaire européen maltais est Karmenu Vella, chargé de l'environnement, des affaires maritimes et de la pêche. En 2019, la présidente de la Commission Ursula von der Leyen nomme au poste de commissaire à l'Egalité l'ancienne ministre des Affaires européennes et de l'Egalité, Helena Dalli.

L'île a assuré la présidence du Conseil européen au cours du premier semestre 2017, dans le contexte délicat du lancement des négociations du Brexit et de la crise migratoire.

Géographie

Ce petit archipel, très densément peuplé, avec 400 000 habitants concentrés sur 316 km2, doit les aléas de son histoire, comme ses succès, à sa situation au coeur de la mer Méditerranée, puisque Malte est à mi-chemin entre Gibraltar et Alexandrie, à la sortie du resserrement entre la côte tunisienne et la pointe de la Sicile.

A ce titre, elle a été et demeure par essence un lieu de rencontre des cultures et de mélange des peuples. La République de Malte se compose de huit îles, dont quatre sont habitées : Malte, Gozo, Comino et Manoel ; quatre autres sont inhabitées : Cominotto, Filfla et les deux îles de Saint-Paul.

La situation méditerranéenne, les côtes et les étés chauds et humides expliquent l’importance du tourisme dans les activités des Maltais.

Economie

Dépourvue de ressources naturelles, l’économie maltaise est essentiellement orientée vers les services, qui représentent 80% du PNB. Le tourisme représente une part importante du PIB avec 2,6 millions de touristes pour 446 000 habitants en 2018. Avec ses quatre ports, c'est également le 6ème pays au monde en termes d'enregistrement de navires. On y trouve aussi des usines de produits chimiques et pharmaceutiques. Enfin, le secteur financier représente 15% du PIB et gère l'équivalent en actifs de 534% du PIB en 2015.

Malte a su tirer avantage des liens qu’elle entretenait tant avec le Proche-Orient qu’avec l’UE (60% des échanges commerciaux), pour attirer les investisseurs étrangers, notamment grâce à une fiscalité très favorable puisque que les revenus d'une société détenus par des actionnaires étrangers peut être imposée à un taux de 5% (contre 33,3% en France). En mai 2017, le réseau de journalistes d'investigation European Investigate Collaborations (EIC) a d'ailleurs révélé de nombreux documents attestant l'existence de montages fiscaux, ce qui conduit certains observateurs à qualifier l'île de paradis fiscal, bien que les autorités maltaises s'en défendent.

Cependant, dans ce cadre, la performance économique du pays demeure conditionnée par la croissance enregistrée chez ses principaux partenaires commerciaux et en particulier par l’impact des plans d’austérité en Europe. Toutefois, la croissance économique du pays se situe parmi les plus élevées de la zone euro avec un taux de croissance du PIB à 4,0 % au second trimestre 2019 (6,7 % en 2018) et de 4,75 % en moyenne entre 2010 et 2015. Le pays, désormais excédentaire depuis 2016, est sorti de la procédure de déficit excessif, et sa dette est en baisse en termes de pourcentage du PIB depuis 2014 pour atteindre 45,7 % en 2019.

Le taux de chômage relativement faible (3,4 %) implique que l'île connait un certain manque de main d'œuvre.

Histoire

Une île maintes fois conquise

  • IXème siècle avant notre ère : l’île de Malte devient un poste phénicien, avant d’être occupée par les Grecs puis par les Carthaginois.
  • 218 avant notre ère : l’île est annexée par les Romains. Les premières conversions chrétiennes datent de 60 après J.-C. : les habitants de l’île figureraient parmi les premiers convertis.
  • 870 : après la domination byzantine, l’île est conquise par les Arabes.
  • 1070 : le roi normand de Sicile Roger Ier conquiert l’île, qui reste rattachée à la Sicile jusqu’au XVIème siècle.
  • 1530 : de nombreuses dynasties se succèdent jusqu’à ce que Charles Quint fasse don de l’archipel à l’ordre hospitalier de Saint Jean de Jérusalem, en échange de sa contribution dans la lutte contre les Ottomans.
  • 1566-1571 : la nouvelle capitale, La Valette, est construite.
  • 1798 : Bonaparte débarque sur l’archipel, qu’il conserve pendant 17 mois.

La colonisation britannique, le Commonwealth et l'Union européenne

  • 1814 : le Traité de Paris fait de Malte une colonie britannique, et l’île conserve ce statut pendant 150 ans. Pendant la seconde guerre mondiale, l’archipel joue un rôle stratégique : place forte détenue par les Britanniques, Malte reçoit plus de 6 500 bombes allemandes.
  • 1964 : Malte devient indépendante et se transforme en république en 1974 sans cesser d’appartenir au Commonwealth.
  • 2004 : Malte adhère à l’Union européenne.

Hymne et drapeau

Cette nation souveraine, appartenant au Commonwealth depuis 1964, devient une république indépendante en 1974. Durant toutes ces époques, de nombreux étendards et drapeaux sont hissés sur le territoire maltais.

Le drapeau maltais est créé en 1947 avec deux bandes verticales égales de couleur blanche et rouge qui constituent le pavillon. Adopté officiellement en même temps que la Constitution, il porte la Croix de Saint-Georges décernée à toute l'île en 1942 par le roi d’Angleterre George VI. Depuis 2004, il est, par décret, associé systématiquement à celui du drapeau européen à l’intérieur des bâtiments officiels et à toutes les entrées du pays.

L'hymne maltais a été créé en 1922 autour de la composition au timbre musical anglais du Dr  Robert Samut, professeur et musicien militaire. C'est Dun Karm Psaila, qui compose ses poèmes en maltais, qui concevra une prière chantée, dédiée à la nation, soulignant l’attachement profond à cette terre, considérée comme la mère protectrice dont on vante les atours. Il renforce ainsi l’unité politique de l’île forgée autour d’une profonde pratique religieuse catholique.

Voir l'étude de Notre Europe - Institut Jacques Delors