Derniers articles publiés
Dernière mise à jour : 22.08.2017

Islande

Islande

drapeau Islande
  • Capitale : Reykjavik
  • Superficie : 103 125 km²
  • Population : 0,34 million (Eurostat - 2017)
  • Date d'adhésion : Non membre de l'UE
Monnaie : Couronne islandaise Espace Schengen : oui
Système politique : République parlementaire Chef d'Etat : Gudni Johannesson
Chef du Gouvernement : Sigmundur Gunlaugsson Prochaines élections : Présidentielle : 2020
Hymne national : Lofsöngur Fête nationale : 17 juin - date de naissance de Jon Sigurdsson, défenseur de l’indépendance Langue officielle : Islandais Indicatif téléphonique : 354
Villes principales : Reykjavik
Découpage administratif : Huit régions
PIB : 18,1 milliards d'euros (Eurostat - 2016) Taux de croissance : 7,2 % (Eurostat - 2016)
Taux de chômage : 2,6% ( Eurostat - 2017)
Dette publique : 87,1% (Banque Mondiale - 2015)
Déficit public : -17,2% (OCDE - 2016)
Inflation : 1,96% (Banque Mondiale - 2016)
Indice de développement humain : 0,921 (ONU - 2015) Émissions de gaz à effet de serre : 6,3 tonnes/hab. (OCDE - 2014)

Le pays et l'UE

Après l'approbation par le Parlement islandais (33 voix contre 28) de l'ouverture des négociations en vue de son adhésion à l'Union, l'Islande a remis sa candidature officielle à la Commission européenne le 17 juillet 2009. Elle l'a ensuite retirée en mars 2015. 

Le 24 février 2010, la Commission a déposé un avis sur la demande d'adhésion de l'Islande à l'UE, validé le 17 juin 2010 par le Conseil, qui a donné son accord à l’ouverture des négociations de candidature avec l’Islande. Mais les quotas de pêche (notamment la surpêche du maquereau fortement critiquée par certains acteurs européens) et la pêche à la baleine ont constitué les principaux obstacles sur le chemin de l'adhésion à l'UE.

En mai 2013, le nouveau gouvernement de M. Gunnlaugsson a affirmé qu'il souhaitait interrompre les négociations dans l'attente d'un référendum sur cette question. Finalement, le Parti du Progrès a annoncé le 12 mars 2015 que le pays se retirait du processus d'adhésion.

Un partenaire proche de l'UE

L'Islande est l'un des partenaires les plus proches de l'Union européenne. Soumises tout d'abord à un accord bilatéral de libre-échange depuis 1972, une grande part des relations économiques et commerciales entre l'UE et l'Islande s'inscrivent désormais dans le cadre de l'espace économique européen (EEE).

Depuis le 1er janvier 1994, cet espace étend en effet la législation européenne du marché intérieur (à l'exception de l'agriculture et de la pêche, gérées via des accords bilatéraux distincts) à ses relations avec la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein. A travers l'EEE, l'Islande est également membre (bien que sans droit de vote) d'un grand nombre d'agences européennes et participe à des programmes dans les domaines de l'entreprise, l'environnement, l'éducation ou la recherche. Le pays contribue financièrement à la cohésion économique et sociale de l'EEE et de l'Union européenne. Le pays est également signataire du système de Dublin relatif aux demandes d'asile et un partenaire des "politiques nordiques" menées par l'Union européenne.

L'Islande a adhéré à l'espace Schengen en 1996, en même temps que la Norvège, le Danemark, la Finlande et la Suède. Les cinq pays étant membres de l'Union nordique des passeports depuis 1954, l'adhésion séparée du Danemark, de la Finlande et de la Suède à l'espace Schengen (suite à leur entrée dans l'Union européenne) aurait créé deux espaces entremêlés de libre circulation. C'est pourquoi les cinq, dont l'Islande et la Norvège non membres de l'UE, sont membres de l'espace Schengen depuis 1996 (la mise en oeuvre des accords ayant eu lieu en 2001).