Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Ukraine : l’Union européenne affiche son soutien unanime à Kiev et muscle encore ses sanctions face à Moscou

Les Européens veulent frapper la Russie de Vladimir Poutine d’anathème en intensifiant son isolement économique mais aussi médiatique. Alors que le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est exprimé en visioconférence au Parlement européen mardi 1er mars et que le conflit s’intensifie, l’UE témoigne ainsi de son unité dans son soutien à l’Ukraine.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'adresse au Parlement européen, le 1er mars 2022 - Crédits : Alain Rolland / Parlement européen
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’adresse au Parlement européen, le 1er mars 2022 - Crédits : Alain Rolland / Parlement européen

Sa prise de parole a été suivie d’une “ovation et [d’]applaudissements nourris” dans l’hémicycle du Parlement européen, relève Libération ce mercredi 2 mars. Le journal fait référence à l’adresse, en visioconférence, de Volodymyr Zelensky diffusée hier en milieu de journée devant les députés européens. Le président ukrainien a réitéré sa demande d’adhésion “sans délai” à l’Union européenne avec un message : “j’aimerais entendre de vous aujourd’hui que l’Europe choisit l’Ukraine”, cite Libération.

Un message entendu par les Vingt-Sept qui affichent “haut et fort [leur] unité face à la Russie”, titrent Les Echos. Charles Michel, le président du Conseil européen, a notamment accusé Moscou de “terrorisme géopolitique”. La réunion extraordinaire des eurodéputés s’est achevée par l’adoption “à une très large majorité (637 pour, 13 contre, 26 abstentions) [d’une] résolution qui ‘condamne avec la plus grande fermeté l’agression militaire illégale, non provoquée et injustifiée’ menée par Moscou” [Les Echos]. “La façon dont nous répondons déterminera l’avenir du système international. Le destin de l’Ukraine est en jeu, celui de l’Europe est aussi dans la balance. Nous devons montrer la puissance qui réside dans nos démocraties”, considère la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, dont les propos sont rapportés par le quotidien économique.

Ce mercredi 2 mars, la cheffe de l’exécutif européen a par ailleurs proposé “l’octroi d’une protection temporaire aux Ukrainiens fuyant le conflit et se réfugiant dans l’Union européenne” [Ouest-France]. Une “proposition sera discutée jeudi [3 mars] lors d’un Conseil réunissant les ministres de l’Intérieur des Vingt-Sept”, poursuit le journal.

Sanctions économiques et médiatiques

En parallèle des discours de soutien, les Européens ont acté de nouvelles sanctions économiques mais aussi médiatiques, relate Politico. A Bruxelles mardi 1er mars, “les représentants des Etats membres ont […] approuvé l’exclusion de certaines banques russes du système de messagerie SWIFT. Des mesures qui entrent “en vigueur aujourd’hui après publication au Journal officiel de l’UE” [Politico].

En coopération avec les Etats-Unis, les Etats membres “ont retiré sept banques russes dont le deuxième établissement financier du pays VTB, du système de messagerie internationale […] utilisé pour traiter les paiements”, indique Politico. Les autres banques concernées sont Bank Otkritie, Novikombank, Promsvyazbank, Rossiya Bank, Sovcombank et VEB. “Cependant, ni Sberbank, la plus grande banque de Russie, ni Gazprombank, son troisième prêteur étroitement lié au secteur de l’énergie, ne sont inclus. L’accord comprend également une période de grâce de 10 jours”, précise le média.

Malgré cette exemption, Sberbank a annoncé quitter le marché européen, fait savoir France info. Les “sanctions financières massives imposées en représailles à l’invasion de l’Ukraine” ont affecté les huit filiales européennes de l’établissement, qui “n’est pas en mesure de [leur] fournir des liquidités”. Mardi soir déjà, “le régulateur bancaire de l’UE, le Conseil de résolution unique (CRU), avait annoncé qu’une procédure de dépôt de bilan allait être ouverte concernant la principale filiale en Europe de Sberbank”, ajoute France info.

C’est l’un des premiers effets visibles des sanctions prises contre la Russie ces derniers jours, en plus de la fermeture de la Bourse de Moscou et de l’effondrement du rouble de près de 30 %. Des résultats dont “se sont félicités” les ministres des Finances du G7, réunis virtuellement hier à l’initiative de la présidence allemande, écrit Richard Hiault pour Les Echos.

La Biélorussie devrait elle aussi être frappée par de nouvelles mesures de rétorsion. “Des diplomates de l’Union européenne ont approuvé de nouvelles sanctions contre la Biélorussie en raison de son soutien à l’invasion de l’Ukraine par la Russie”, selon un dignitaire européen de haut rang interrogé par Reuters [Challenges].

L’Europe souhaite aussi court-circuiter la stratégie médiatique de Moscou, en bannissant de l’UE les médias RT et Sputnik, affiliés au Kremlin. Après le feu vert des Etats membres à la proposition de la Commission mardi et la publication de la sanction au Journal officiel de l’UE ce mercredi matin, les “autorités nationales de régulation des médias [auront] les moyens de sévir contre RT et Sputnik”, explique Politico. Les réseaux sociaux Facebook, YouTube ou encore TikTok ont en outre mis hors ligne les deux médias. D’abord en retrait, Twitter a déclaré mardi soir qu’il “se ‘conformera’ aux sanctions imposées par Bruxelles”, note Le Monde.

Intensification du conflit

Un ensemble de sanctions qui intervient au septième jour de guerre sur le territoire ukrainien et alors que Moscou annonce avoir pris le contrôle de la ville portuaire de Kherson, comme le relate France 24. L’armée russe intensifie son action à Kharkiv avec le bombardement des locaux de la police régionale. D’après les autorités ukrainiennes, des troupes aéroportées auraient également été envoyées dans la ville de l’est du pays, rapporte la chaîne d’information en continu.

Face à cette intensification, “l’Assemblée générale de l’Onu est appelée à voter dans la journée un projet de résolution destiné à condamner la Russie et lui demander un retrait ‘immédiat’ de ses troupes” [France 24]. Enfin, dans un communiqué, l’Otan a annoncé hier la tenue d’une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères des pays de l’organisation en présentiel à son siège de Bruxelles vendredi. “La réunion doit permettre aux ministres d’échanger sur la situation en Ukraine depuis l’invasion […] et le renforcement des défenses de l’Alliance sur le flanc est”, détaille la RTBF.

Les autres sujets du jour

Economie

Energie

Migrations

Politique

Santé

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Ukraine : l'Union européenne affiche son soutien unanime à Kiev et muscle encore ses sanctions face à Moscou

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide