Logo Toute l'Europe

[Revue de presse] Etats-Unis : l'Europe salue l'arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche

Hier soir, l'Europe a suivi avec intérêt l'investiture de Joe Biden, le 46e président des Etats-Unis, qui se déroulait à 12h (heure locale) à Washington. Si les dirigeants européens ont unanimement salué l'arrivée du nouveau président à la Maison-Blanche, beaucoup restent prudents après 4 années de présidence Trump.

L'investiture de Joe Biden a été unanimement saluée par les dirigeants européens qui espèrent relancer les relations transatlantiques sur des bases plus saines
L’investiture de Joe Biden a été unanimement saluée par les dirigeants européens qui espèrent relancer les relations transatlantiques sur des bases plus saines - Crédits : compte Twitter @JoeBiden

“Une nouvelle ère” s’ouvre, se réjouit Der Standard après l’investiture de Joe Biden à la présidence des Etats-Unis le 20 janvier. Tout comme le quotidien autrichien, de nombreux titres de la presse européenne montrent leur enthousiasme. Le Figaro salue “la bonne nouvelle” , Le Soir se félicite de l’arrivée d’un “guérisseur à la Maison-Blanche”, El País y voit “la reconstruction de l’Occident” . C’est “avec soulagement” [Associated Press] que les médias saluent un nouveau président qui “balaie les années Trump” , écrit Courrier international.

Dans l’ensemble, les dirigeants européens ont eux aussi accueilli l’investiture de Joe Biden avec enthousiasme. La chancelière allemande Angela Merkel a ainsi “adressé ses ‘plus chaleureuses félicitations’, ajoutant qu’elle attendait avec impatience un ‘nouveau chapitre’ dans les relations de l’Allemagne avec les Etats-Unis” [CNN]. Le président allemand Frank-Walter Steinmeier a pour sa part exprimé “son soulagement, un sentiment partagé par beaucoup en Allemagne selon lui”, comme le note RFI. Il s’est cependant montré inquiet des soubresauts politiques provoqués par la présidence Trump outre-Atlantique. “Malgré toute la joie que nous avons aujourd’hui, nous ne devons pas oublier que le populisme a séduit même la démocratie la plus puissante du monde” , a-t-il déclaré [CNN]. Le président français Emmanuel Macron s’est joint aux félicitations de ses homologues. Le chef de l’Etat français a envoyé à Joe Biden et Kamala Harris ses “meilleurs vœux en ce jour le plus significatif pour le peuple américain” en soulignant les défis qui les attendent et en les félicitant pour leur retour dans l’accord de Paris [Politico] qui devrait intervenir dans un mois. Se félicitant de cette perspective, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé le nouveau président américain “à proposer une ‘nouvelle contribution nationale’ ambitieuse pour cette lutte dans les dix ans à venir” [Le Figaro].

À Londres, le Premier ministre Boris Johnson s’est lui aussi dit impatient de collaborer avec le nouveau président américain” , rapporte RFI. Ouest-France rappelle les origines irlandaises du nouveau président américain, soulignant que “le Royaume-Uni a clairement été prévenu qu’il ne faudrait pas jouer avec la paix irlandaise pour conserver de bons rapports commerciaux avec la Maison-Blanche” . Un déplacement de Joe Biden et son équipe en Irlande pourrait avoir lieu dès le mois de juin.

L’Europe enthousiaste…

Les dirigeants des institutions européennes qui “piaffaient d’impatience depuis des semaines à l’idée de voir se tourner la page maudite des années Trump” n’ont pas attendu l’investiture du 46e président des Etats-Unis pour saluer ce changement. “Dès mercredi matin, Bruxelles multipliait les messages de soutien et d’encouragement à l’intention du nouveau président” , note Le Figaro. “De nouveau, après quatre longues années, l’Europe a un ami à la Maison-Blanche” , a ainsi déclaré la présidente de la Commission européenne devant le Parlement européen réuni cette semaine en session plénière. “Cette nouvelle aube en Amérique est le moment que nous attendions depuis si longtemps. L’Europe est prête pour un nouveau départ avec notre partenaire le plus ancien et le plus fiable” , a-t-elle ajouté [CNN]. Le président du Parlement européen David Sassoli a également félicité le nouveau locataire de la Maison-Blanche en rappelant que “le monde a besoin d’une relation forte entre l’Europe et les États-Unis” .

“De son côté, le président du Conseil européen, Charles Michel, a estimé qu’il était ‘temps de revenir aux convictions, au bon sens et de moderniser notre relation’, après avoir lancé ‘un appel à construire ensemble un pacte fondateur, nouveau’ ” [France 24]. “Ce “pacte fondateur’ […] couvre cinq priorités : lutte contre le changement climatique, renforcement de la coopération multilatérale, combat contre le Covid-19, reconstruction des économies, commerce équitable et transformation numérique et, bien sûr, nécessité d”unir nos forces pour la sécurité et la paix’ ” , liste Le Figaro.

…mais prudente

Face à l’instabilité de Donald Trump, l’Europe a été “bousculée dans sa politique extérieure et de défense (au moins au portefeuille), bousculée sur le plan commercial avec de nouvelles barrières douanières ou la menace de leur mise à exécution”, expliquent Les Echos. Ainsi, avec l’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche, “on sent monter [en Europe] un optimisme réel, une attente active d’une météo plus calme et stabilisée, mais surtout une grande détermination à affirmer ce que l’on nomme ‘l’autonomie stratégique ouverte’ du bloc européen depuis le Conseil des chefs d’Etats et de Gouvernement à la Commission en passant par le Parlement et la BCE” [La Tribune]. Cependant, l’Europe reste sur ses gardes. “Joe Biden à la présidence des Etats-Unis […] est peut-être une chance pour l’Amérique et notamment pour son influence sur la scène internationale, mais en est-ce une pour l’Europe ?”, s’interrogent Les Echos.

Sophie Besch et Luigi Scazzieri, du Center for European Reform expliquent pour le New York Times que si “de nombreux Européens voudront oublier que la présidence de Trump a eu lieu”, l’Europe ne peut cependant “continuer à se tourner vers les États-Unis pour répondre à des questions essentielles sur ce que sont ses intérêts et sur la façon dont elle doit les poursuivre” . Un avis partagé par le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire dans les colonnes du quotidien américain : “Les problèmes mondiaux se sont accélérés sous la présidence de M. Trump, et l’Europe ne peut pas subordonner ses propres intérêts et son agenda, même au désir d’une alliance revigorée et d’un ‘changement de climat politique’.”

Les autres sujets du jour

Brexit

Covid-19

Espace

Italie

Institutions

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur [Revue de presse] Etats-Unis : l'Europe salue l'arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide