Logo Toute l'Europe

Paris plaide pour une refondation du partenariat entre l'Afrique et l’Union européenne

Organisée lundi 10 janvier dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’UE (PFUE), une conférence internationale sur la refonte du partenariat commercial entre l’Europe et l’Afrique a eu lieu à Paris. Une rencontre en préparation du sommet Union européenne-Union africaine à Bruxelles, les 17 et 18 février.

L'événement "hybride", mêlant une réunion à Paris et une partie en visioconférence, était organisé par la direction générale du Trésor pour le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères
L’événement “hybride”, mêlant une réunion à Paris et une partie en visioconférence, était organisé par la direction générale du Trésor pour le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères - Crédits : Commission européenne

Une conférence internationale s’est tenue lundi 10 janvier à Paris, sous la houlette de Franck Riester, le ministre français délégué chargé du Commerce extérieur et de l’Attractivité. La réunion a porté sur une refondation du partenariat entre l’Union européenne et le continent africain en matière de commerce et d’investissement.

Nous voulons renforcer l’intégration des chaînes de valeurs entre l’Europe et l’Afrique et répondre à l’impératif de transition écologique de nos différentes économies”, a indiqué M. Riester en ouverture de la conférence. Celle-ci a réuni des responsables politiques et économiques des deux continents, dont le vice-président exécutif de la Commission européenne Valdis Dombrovskis, la ministre du Commerce du Kenya Betty Chemutai Maina ou encore le ministre marocain de l’Industrie Ryad Mezzour.

Trois moments d’échanges

Dans un premier temps, une table ronde s’est tenue le matin sur l’état des lieux et les enjeux du partenariat économique UE-Afrique. L’occasion pour les panélistes d’échanger sur les perspectives de la mise en œuvre de l’accord post-Cotonou, conclu avec l’Organisation des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP) en avril 2021.

L’après-midi, les participants ont débattu des futures relations entre l’Union européenne et les pays de la région en matière de commerce et d’investissement. En premier lieu, les panélistes se sont penchés sur l’espace méditerranéen lors d’une première table-ronde. Il y existe déjà des liens dans certains secteurs, tels que l’automobile et l’aéronautique. Pour autant, la part de l’UE dans les échanges avec l’Afrique du Nord a diminué entre 1999 et 2019, selon la direction général du Trésor. 

Ensuite, un second temps d’échanges a été consacré aux relations commerciales avec l’Afrique subsaharienne. L’objectif est notamment de mieux intégrer les exigences de développement durable dans les relations de part et d’autre de la Méditerranée, notamment les ambitions de l’accord de Paris et du Pacte vert européen. Des initiatives sur le cacao durables ont par exemple déjà été prises par l’UE, en partenariat avec des pays tels que la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Cameroun.

L’approfondissement des Accords de Partenariat Economiques (APE) était également à l’ordre du jour. Ces ententes commerciales avec les pays extra-européens libéralisent les marchés tout en excluant parfois certains produits de la concurrence. Actuellement, il existe par ailleurs un mécanisme selon lequel des importations dans l’UE peuvent être réalisées à taux réduit ou nul lorsque des marchandises proviennent de pays en voie de développement. Ce “système des préférences généralisées” a fait l’objet d’une proposition de la Commission en septembre 2021, qui entend introduire la possibilité d’annuler ces préférences commerciales en cas d’atteinte grave à l’environnement. Le texte doit encore faire l’objet de négociations entre le Parlement européen et le Conseil.

Les participants ont enfin examiné le soutien de l’UE à la nouvelle Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), entrée en vigueur le 1er janvier 2021 et qui a vocation à s’étendre sur une zone comptant 1,3 milliard de personnes.

Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a finalement plaidé pour un “renouveau” des partenariats entre les deux continents, appelant de ses vœux un “New Deal euro-africain” en conclusion de la conférence. Alors que la France prépare le sommet entre l’Union européenne et l’Union africaine qui aura lieu les 17 et 18 février à Bruxelles, et qui réunira les dirigeants des Vingt-Sept ainsi que ceux des 55 membres de l’UA, le ministre a annoncé que le travail s’articulerait autour de trois priorités : “un triptyque prospérité-sécurité-mobilité”.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Paris plaide pour une refondation du partenariat entre l'Afrique et l’Union européenne

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide