Toute L'Europe – Comprendre l'Europe
  • Revue de presse

Mort d’Alexeï Navalny : le Conseil de l’Union européenne approuve de nouvelles sanctions contre la Russie

Réunis lundi 18 mars à Bruxelles, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne ont décidé d’imposer de nouvelles sanctions à une trentaine de responsables russes en réponse à la mort de l’opposant politique Alexeï Navalny. Leurs avoirs seront gelés et ils n’auront plus l’autorisation de se rendre sur le territoire de l’UE.

Lundi 18 mars, les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont décidé d'imposer des sanctions contre "30 personnes et entités" russes impliquées dans la mort de l'opposant Alexeï Navalny, a annoncé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell - Crédits : Union européenne
Lundi 18 mars, les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont décidé d’imposer des sanctions contre “30 personnes et entités” russes impliquées dans la mort de l’opposant Alexeï Navalny, a annoncé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell - Crédits : Union européenne 

Nous avons décidé de sanctionner les responsables du meurtre d’Alexeï Navalny”, a annoncé lundi le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, à l’issue d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE à Bruxelles [Politico].

Figure majeure de l’opposition russe, Alexeï Navalny “est décédé [le 16] février dans une prison de l’Arctique où il était détenu dans des conditions difficiles”, rappelle Euronews. Si les “circonstances exactes de sa mort n’ont pas encore été déterminées”, l’Union européenne accuse “Vladimir Poutine et son entourage” d’en être “responsables”, poursuit la chaîne européenne d’information.

Une trentaine de personnes visées

La décision européenne viserait “30 individus et entités” issus “du monde judiciaire et de l’administration pénitentiaire”, selon Euronews. Leurs noms “devraient être publiés au Journal officiel de l’UE dans les prochains jours, après qu’une décision formelle de sanctions aura été prise”, précise Der Spiegel. “Les personnes concernées ne [seront] plus autorisées à entrer dans l’UE ou à faire des affaires avec les citoyens de l’UE”, tandis que “leurs comptes et avoirs dans l’UE [devront] être gelés”, détaille Die Zeit.  

Ces sanctions sont “similaires à celles déjà prises par les Etats-Unis et le Canada” afin d’intensifier la pression sur le régime russe, deux ans après l’invasion de l’Ukraine, fait remarquer Le Matin. “Les Etats-Unis avaient annoncé le 23 février leur plus importante salve de sanctions” depuis le début de la guerre, “dont certaines contre trois responsables russes en raison de leur implication dans la mort de l’opposant Navalny”, poursuit le journal suisse. Le 3 mars, le Canada avait de son côté “annoncé des sanctions contre six fonctionnaires des services judiciaires et pénitentiaires russes” [Le Matin].

Fin février, les Vingt-Sept avaient également décidé de “nouvelles sanctions contre la Russie à l’occasion du deuxième anniversaire de la guerre en Ukraine”, écrit Der Spiegel. Des mesures visant “106 personnes et 88 entités responsables d’actions portant atteinte ou menaçant l’intégrité territoriale, la souveraineté et l’indépendance de l’Ukraine”, dont des individus “impliquées dans des ventes d’armes de la [Corée du Nord] à la Russie”, précise le quotidien allemand. 

Les mesures décidées hier par l’UE “doivent être appliquées à l’aide d’un instrument permettant de sanctionner les violations graves des droits de l’homme”, souligne Die Zeit. Un mécanisme européen que Josep Borrell envisage par ailleurs de renommer “en l’honneur de Navalny”, note Der Spiegel.

L’UE condamne la réélection de Poutine

L’accord des Vingt-Sept intervient également “au lendemain de la victoire écrasante du président Vladimir Poutine lors du simulacre d’élection présidentielle russe qui a eu lieu du 15 au 17 mars”, commente Politico. Le chef de la diplomatie européenne a d’ailleurs déclaré que ces élections “n’ont pas été libres et équitables”, ajoutant qu’elles se sont déroulées “dans un environnement très restrictif” marqué par “la répression et l’intimidation” [Financial Times].

Les Etats membres ont également déploré que le scrutin se soit tenu “dans les territoires ukrainiens occupés par la Russie”, rapporte Die Zeit. “Les élections dans la péninsule de Crimée et dans certaines parties des régions de Donetsk, Louhansk, Zaporizhzhia et Kherson constituent une autre violation flagrante par la Russie du droit international ainsi que de l’indépendance, de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine”, écrivent-ils dans une déclaration commune [Die Zeit].

Les sanctions doivent encore être formellement approuvées “dans les prochains jours, peut-être dès mercredi lors d’une réunion des principaux ambassadeurs de l’UE”, écrit Politico.

Les autres sujets du jour

Allemagne

Agriculture

Banque européenne d’investissement

Climat

Commerce extérieur

Commission européenne

Economie

Innovation

Israël/Hamas

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Pour approfondir

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Mort d'Alexeï Navalny : le Conseil de l'Union européenne approuve de nouvelles sanctions contre la Russie

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide