Logo Toute l'Europe

Migrations : à Calais, les Européens s'entendent pour mieux lutter contre les passeurs

Réunis dimanche 28 novembre, les ministres de l’Intérieur français, belge, allemand et néerlandais ainsi que des représentants de l’UE ont annoncé plusieurs mesures visant à endiguer les traversées de migrants dans la Manche et en mer du Nord.

Lors de la réunion consacrée aux migrations à Calais, les ministres et responsables européens présents ont insisté sur la nécessité de coopérer davantage - Crédits : Union européenne
Lors de la réunion consacrée aux migrations à Calais, les ministres et responsables européens présents ont insisté sur la nécessité de coopérer davantage, y compris avec le Royaume-Uni - Crédits : Union européenne

Quatre jours après le naufrage d’une embarcation causant la mort de vingt-sept migrants qui tentaient de rejoindre l’Angleterre en traversant la Manche”, une réunion européenne sur la question migratoire a eu lieu hier à Calais [Le Monde].

Outre les ministres de quatre pays côtiers de la mer du Nord (France, Allemagne, Belgique, Pays-Bas), “la commissaire européenne aux Affaires intérieures, et des directeurs des agences européennes de police criminelle Europol et des frontières Frontex” étaient présents, indique Le Parisien.

Pour l’essentiel, c’est le principe d’une coopération policière et judiciaire renforcée qui a été acté afin de lutter contre les passeurs, avec notamment le déploiement d’un avion de la mission Frontex” [Le Monde].

Européaniser le dossier

Depuis 2018, les traversées clandestines de la Manche et de la mer du Nord “ont explosé et ont permis, en 2021, à plus de 26 000 personnes de rejoindre le Royaume-Uni à bord d’embarcations pneumatiques de fortune”, relève Le Monde.

Si peu de pays de l’UE semblent a priori concernés par ce dossier, Paris compte néanmoins mobiliser ses partenaires européens, rapporte le média. Le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin a ainsi insisté sur le fait qu’il s’agissait d’un problème commun”, “européen et britannique” [LCI]. “Souvent, les achats de bateau se font en Allemagne, l’argent [est] en Belgique, les passeurs sont logés aux Pays-Bas”, a-t-il justifié [Le Monde].

Les pays se sont accordés hier pour accroître leurs “échanges de renseignements” : “des actions concrètes vont par exemple viser l’acheminement de bateaux ou de moteurs, en coopération avec la Turquie et la Chine, dont vient ce matériel”, a précisé le locataire de la place Beauvau [RFI].

Un avion de l’instance de contrôle des frontières européennes”, Frontex, “sera par ailleurs déployé dès le premier décembre pour aider à gérer le contrôle des flux migratoires dans la région”, a-t-il déclaré, précisant que cet appareil “survoler[ait] jour et nuit” la zone, de la France aux Pays-Bas [Le Parisien].

Pas “antianglaise”

Parmi les principaux concernés, les Britanniques n’ont quant à eux pas été conviés à cette réunion. Raison invoquée par Paris : la publication sur Twitter, par le Premier ministre Boris Johnson, d’une “lettre dans laquelle il demande au président français de reprendre les migrants arrivant en small boats”, fait savoir Le Monde.

Gérald Darmanin a assuré que cette réunion n’était pas “antianglaise, mais proeuropéenne” [Le Figaro]. Il a néanmoins enjoint aux “Britanniques de se demander pourquoi autant de migrants veulent entrer au Royaume-Uni. C’est avant tout parce que le marché du travail dans votre pays fonctionne en partie grâce aux immigrés clandestins”, a-t-il poursuivi [Courrier international].

Pacte migratoire

Les participants ont toutefois appelé à davantage de coopération avec le pays. Le secrétaire d’Etat parlementaire au ministère fédéral de l’intérieur allemand, Stephan Mayer, a ainsi jugé “urgente” l’adoption “d’un accord entre l’Union européenne et la Grande-Bretagne” pour répartir les demandeurs d’asile [France 24]. La Commission européenne, qui pour Le Monde “n’a pas manifesté jusqu’ici le désir de beaucoup s’impliquer dans le conflit entre les Français et les Britanniques”, a quant à elle rappelé qu’un “pacte européen sur les migrations et l’asile” était en souffrance, ajoute le média. 

Lancée par l’exécutif européen en septembre 2020, cette proposition permettrait notamment d’éviter que des migrants ne “transitent par des Etats sans y demander l’asile”, et conduirait à mieux “filtrer et enregistrer les migrants [avant] leur arrivée jusqu’aux côtes de la Manche” [RFI]. Mais bien que “la France et ses pays voisins se [soient hier] engagés à faire progresser les négociations”, l’adoption d’un tel instrument reste toutefois un “vœu pieux”, considère Le Monde, “tant les divisions entre les Vingt-Sept sur ce sujet sont ancrées depuis des années”.

Les autres sujets du jour

Brexit

Covid-19

Défense

Relations extérieures

République tchèque

Suède

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Migrations : à Calais, les Européens s'entendent pour mieux lutter contre les passeurs

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide