Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Livraisons d’armes à l’Ukraine et dissuasion nucléaire au menu de la réunion de l’Otan

Les ministres de la Défense de l'Alliance atlantique se retrouvent ce mercredi 12 octobre à Bruxelles pour deux jours d'échanges occupés par la guerre en Ukraine et la menace russe.

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a estimé que l'Ukraine avait un "besoin urgent" de se protéger après les bombardements russes des derniers jours
Le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg a estimé que l’Ukraine avait un “besoin urgent” de se protéger après les bombardements russes des derniers jours - Crédits : Otan / Flickr

Mercredi 12 octobre “à Bruxelles, le ministre ukrainien de la Défense, Oleksii Reznikov, se joint aux membres de l’Otan pour une réunion ministérielle visant à déterminer les besoins hivernaux du pays pour sa guerre contre la Russie”, annonce Politico. “Cette réunion de deux jours comprendra également des décisions sur les mesures visant à ‘augmenter les stocks de munitions et d’équipements’ des pays de l’Otan”, a indiqué l’Alliance atlantique dans des propos rapportés par le média en ligne.

Même si “la réunion n’a pas été convoquée en réponse aux récentes menaces russes”, précise La Stampa, elle est un moyen de rappeler que l’organisation “est prête à faire face à toute attaque contre un de ses membres” [Europe 1]. Le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg a déclaré en marge de la réunion qu’il fallait se préparer à une “longue guerre”, rapporte la station de radio.

Livraisons d’armes à Kiev

Avant que les ministres de la Défense de l’Otan n’entament leurs discussions par un dîner mercredi, ils doivent rencontrer les partenaires du Groupe de contact pour l’Ukraine”, signale Reuters. “Un organisme créé à l’initiative des Etats-Unis pour maintenir les livraisons d’armes à Kiev”, explique l’agence de presse.

Une cinquantaine de pays sont attendus à la réunion. L’ambassadrice des Etats-Unis auprès de l’Otan Julianne Smith a déclaré mardi soir que “l’envoi de systèmes de défense aérienne à l’Ukraine serait une priorité pour tous” [Politico]. “L’Union européenne s’apprête à lancer une mission de formation des forces ukrainiennes qui impliquera 15 000 soldats en Pologne et dans un autre Etat membre”, rapporte par ailleurs La Stampa.

Exercice de dissuasion nucléaire

À partir de lundi, plus de 50 avions militaires de l’Otan s’envoleront au-dessus de l’Europe pour un exercice de ‘dissuasion nucléaire’ “, relate aussi le journal italien. Le nom de l’opération : Steadfast Noon. “Il s’agit d’un entraînement de routine, qui a lieu chaque année et l’annuler serait un mauvais signal [adressé à la Russie]”, a souligné Jens Stoltenberg [Europe 1]. Une opération “au cours de laquelle les forces aériennes de l’Otan s’exercent à l’utilisation de bombes nucléaires américaines basées en Europe lors de vols d’entraînement, sans armes réelles”, ajoute Reuters.

La manœuvre militaire ne fait pourtant pas l’unanimité en Europe. “Certaines capitales ont exprimé des réserves sur ces exercices”, note El Mundo. Elles comprennent qu’ils sont nécessaires, peut-être plus que jamais depuis des décennies, mais soulignent en même temps qu’il s’agit d’une période particulièrement sensible et que tout malentendu, erreur ou imprécision pourrait avoir des conséquences désastreuses”, relate le média espagnol.

Protection des infrastructures critiques

La sécurisation des infrastructures dites critiques, c’est-à-dire des installations essentielles au bon fonctionnement de l’économie comme les sources d’approvisionnement en énergie, sera aussi débattue. “Les attaques contre les pipelines Nord Stream, qui passent sous la mer Baltique, ont contribué à aggraver les tensions, même si l’on ne sait toujours pas qui est à l’origine de ces explosions” survenues fin septembre, rappelle Reuters. “Mardi, l’Otan a prévenu Moscou qu’elle répondrait aux attaques contre les infrastructures critiques des alliés par une ‘réponse unie et déterminée’ “, poursuit l’agence de presse.

L’organisation transatlantique souhaite donc renforcer la protection de ces infrastructures. “La présence en mer Baltique a déjà doublé, avec plus de 30 navires engagés dans des opérations de surveillance” [La Stampa]. Une vigilance complétée par “des avions de patrouille maritime et des capacités sous-marines”, a annoncé Jens Stoltenberg [Europe 1].

Les autres sujets du jour

Diplomatie

Energie

Groupe de Visegrád 

Guerre en Ukraine

Hongrie

Institutions

Numérique

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Livraisons d'armes à l'Ukraine et dissuasion nucléaire au menu de la réunion de l'Otan

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide